LE DIRECT
Extrait de la couverture du "Rapport Brazza, le premier secret d’Etat de la ‘Françafrique’" aux éditions Futuropolis

Tristan Thil : "En 1905, le rapport Brazza dénonçait l’exploitation de la population au Congo français"

24 min
À retrouver dans l'émission

Tristan Thil est l’auteur d’une BD sur le rapport Brazza évoquant un pan sombre de l’Histoire française coloniale qui relatait des faits d’exactions commis par des administrateurs coloniaux au Congo français au début du XXème siècle, censuré, disparu puis retrouvé par une historienne en 1966.

Extrait de la couverture du "Rapport Brazza, le premier secret d’Etat de la ‘Françafrique’" aux éditions Futuropolis
Extrait de la couverture du "Rapport Brazza, le premier secret d’Etat de la ‘Françafrique’" aux éditions Futuropolis

VENDREDI BD

avec Tristan Thil, auteur de la BD Le Rapport Brazza, le premier secret d’Etat de la ‘Françafrique’ aux éditions Futuropolis.

En 1903, un homme est exécuté de manière barbare, dynamité par deux administrateurs coloniaux au nord de Bangui.
En 1905, l’histoire est révélée par la presse et « l’affaire Gaud et Toqué » est un véritable choc en France, car comme l’évoque Tristan Thil, « à l’époque, l’idée est assez répandue que la présence française en Afrique est là pour apporter humanisme et civilisation ».
Pierre Savorgnan de Brazza, un explorateur français, est alors missionné pour partir enquêter et démontrer le caractère isolé de cet acte barbare. Mais sur place, Brazza découvre que cette violence est répandue et rédige un rapport à charge contre le colonialisme.
Ce rapport sera censuré, le scandale étouffé et c’est une historienne, Catherine Coquery-Vidrovitch, qui retrouva ce document en 1966. C’est grâce à son travail que Tristan Thil et Vincent Bailly signent aujourd’hui une BD qui retrace l’histoire de ce rapport et mettent au jour un pan sombre de l’histoire du colonialisme français.

Plus Brazza va avancer dans son enquête, plus il va se rendre compte non seulement de la violence mais aussi de la façon dont elle est presque institutionnalisée.                            
Son rapport montre la mise en place de ce système qui va perdurer bien au-delà de la période de la décolonisation.

Catherine Coquery-Vidrovitch m’a dit que si on voulait connaître la vérité, il fallait consulter aux archives les notes privées de Brazza puisque c’est là qu’est la source même de l’information. C’est ce que j’ai fait et j’ai pu trouver des documents sur lesquels m'appuyer pour écrire la BD, des éléments qui ne figurent pas dans le rapport final.

Je trouve intéressante la dualité chez Brazza, un héros du roman national, d’une colonisation vendue comme humaniste et civilisatrice et en même temps c’est le premier accusateur du système colonial. 

Extrait du "Rapport Brazza, le premier secret d’Etat de la ‘Françafrique’" aux éditions Futuropolis
Extrait du "Rapport Brazza, le premier secret d’Etat de la ‘Françafrique’" aux éditions Futuropolis

Programmation musicale

Les Tambours de Brazza, Brazza

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......