LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Eleanora Harris Fagan dite Billie Holiday, surnommée Lady Day, vers février 1947

Vincent Bessières : "Il n'y a aucune ambiguïté chez Billie Holiday, quand elle dénonce le racisme, l'injustice, on sait de quoi elle parle"

22 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec le spécialiste de jazz, Vincent Bessières, à propos du film documentaire "Billie" de James Erskine

Eleanora Harris Fagan dite Billie Holiday, surnommée Lady Day, vers février 1947
Eleanora Harris Fagan dite Billie Holiday, surnommée Lady Day, vers février 1947 Crédits : Wikipedia

Mercredi-Ciné

Tewfik Hakem s'entretient avec le spécialiste de jazz, Vincent Bessières, à propos du film documentaire "Billie", du Britannique James Erskine sur la vie de la chanteuse Billie Holiday (1915-1959), diva du jazz et du blues et première icône de la protestation contre le racisme

A la fin des années 1960, la journaliste, Linda Lipnack Kuehl, commence une biographie officielle de Billie Holiday. Elle recueille 200 heures de témoignages inédits, de Charles Mingus à Tony Bennett, en passant par ses amants, ses avocats, ses proxénètes et même, les agents du FBI qui l'ont arrêtée… Le livre reste inachevé et la journaliste meurt. Les bandes étaient demeurées inédites jusque-là.

La grande force du film est qu'il parle à tout le monde, on ne sait rien, on va découvrir. On est extrêmement touché. On va entendre ce chœur de voix qui va raconter Billie. Ils ont tous été interviewés dans les années 70 ; les amants, les cousins, les amis d'enfance, un proxénète rencontré quand elle était adolescente … Le film fait entendre des voix qu'on n'entendait pas à l'époque.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Je ne m'attendais pas à une version colorisée. Je trouve que le cinéma des années 30-40, noir et blanc, dans son clair-obscur, est souvent très beau. D'autant plus que la couleur de peau est un enjeu de taille pour Billie Holiday, donc ce parti-pris de colorisation m'est étrange. Le noir et blanc se défend toujours très bien. 

"Billie Holiday interprète "Strange Fruit" pour la première fois au Café Society, à New York, en 1939, une chanson qui dénonce le lynchage des Noirs aux Etats-Unis - violentés, noyés, pendus livrés au vent, et largement acceptés par les autorités"

Le jazz est une musique faite pour distraire, généralement. Tous ceux qui ont approché Billie Holiday sont assez unanimes pour dire qu'elle vivait intensément ses chansons - un peu comme en France, Edith Piaf ou Jacques Brel. Elle est habitée par ces Strange Fruits  - une chanson écrite pour elle par un jeune juif new-yorkais anti ségrégationniste - comme par une chanson d'amour désespérée.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Il n'y a aucune ambiguïté chez elle : quand elle dénonce le racisme, l'injustice, on sait de quoi elle parle. Elle refusait de coller à l'image polie de la chanteuse de blues.

Elle dénonçait la discrimination en la mettant en scène. Elle prenait tout le temps de la drogue. Elle n'a fait que souffrir. " Les choses que je chante disait-elle, ont un rapport avec moi " (James Erskine)

L'autre grand force du film est que la journaliste, Linda Lipnack Kuehl, était une fouineuse, elle arrivait à tirer les vers du nez de ses témoins. On a des témoignages assez glaçants de la vie de Billie Holiday, d'autant plus que la plupart des acteurs de cette époque sont encore vivants.

Programmation musicale

Extrait du film, extrait de la chanson de Billie Holliday, Strange Fruit

Intervenants
  • Commissaire d' expositions (Django Reinhardt à la Cité de la Musique), journaliste, producteur de disques.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......