LE DIRECT
Yomeddine

" Yomeddine " : Un road movie avec un lépreux et un jeune orphelin sur les routes de la campagne égyptienne

26 min
À retrouver dans l'émission

Entretien avec le cinéaste Abu Bakr Shawki, et Jérôme Baron, directeur artistique du Festival des 3 Continents, à Nantes.

Yomeddine
Yomeddine Crédits : A.B.Shawki ©Le Pacte Distribution

Mercredi-ciné 

avec le cinéaste égyptien Abu Bakr Shawki, pour la sortie de son premier long-métrage, Yomeddine, un road-movie qui nous entraîne sur les routes de la campagne égyptienne, loin de l'Egypte touristique et des vestiges du Caire, et s'ouvre dans une léproserie où vivent les deux protagonistes du film ; un quadragénaire lépreux et un jeune orphelin qui, tous les deux veulent retrouver leur famille. Avec A.B. Shawki, Jérôme Baron, directeur artistique du Festival des 3 Continents, à Nantes, du 20 au 27 novembre, viendra évoquer les grandes lignes et les films de cette 40 e édition du  Festival. 

[Abu Bakr Shawki] J'avais fait un documentaire il y a dix ans sur cette léproserie, j'avais entendu plein d'histoires au sujet de gens qui avaient été été abandonnés là et complètement oubliés, je trouvais intéressant de faire un film dessus. C'est quelque part, la genèse de Yomeddine.   

J'étais fasciné par le fait que quelque chose comme cela existe, la lèpre est une maladie rare, une maladie très ancienne, et la plupart des gens ne savent pas qu'elle existe encore, qu'il existe des léproseries encore en Egypte, et ensuite, aller là, et faire un documentaire, et entendre toutes ces histoires de gens qui me disaient "on  n'a plus jamais entendu parler de notre famille depuis qu'on est là ", et je me suis dit que peut-être là, il y avait matière pour un road-movie, que peut-être là, il y avait quelque chose qui justifiait de revenir dans cet endroit. 

Yomeddine
Yomeddine Crédits : Abu Bakr SHAWKI © Le Pacte Distribution

L'influence de " Elephant Man ", de David Lynch est très claire, avec une scène notamment en hommage au  réalisateur; lorsque Beshay dit :  "mais je suis un être humain ", un peu exactement comme le disait le personnage d' Elephant Man, à la gare de Liverpool. C'est un peu la même chose avec le film de Tod Browning, " Freaks ", les monstres. Je voulais montrer que ces gens-là ne sont pas des monstres.

[Jérôme Baron] Cette 40e édition du Festival des 3 Continents, on l'a voulue résolument contemporaine dans sa programmation. Depuis une petite vingtaine d'années, avec le passage au numérique, on s'est aperçu que les choses se sont un peu redéployées sur la carte du cinéma mondial ; que des pays de peu d'existence se sont mis à produire des films en nombre, que l'appropriation des outils a permis à des cinéastes ici ou là de voir le jour et de devenir même des références du cinéma contemporain.

L'idée était de cartographier, à travers 40 films pour les 40 ans, cette reconfiguration de la carte cinématographique entre ces trois continents africain, latino américain et asiatique, avec des films qui courent de la fin des années 90 jusqu'à 2018. Il y a des films de cinéastes référencés et aussi, une ouverture avec des choses auxquelles le cinéma est poreux ...

Lien Festival des 3 Continents, à Nantes, 20-27 novembre, édition 2018

Cheerful Wind, Hou Hsiao-hsien, Programme Taipei Stories
Cheerful Wind, Hou Hsiao-hsien, Programme Taipei Stories Crédits : © Festival de 3 Continents

Programmation musicale : 

A.B. Shawki, BO deYomeddine

Mohamed Mounir, 3ali Sotak

Bibliographie

D'autres continents, mouvances du cinéma présent

D'autres continents, mouvances du cinéma présent Jérôme BaronFestival des 3 Continents, Nantes/ WARM, 2018

Yomeddine

YomeddineLe Pacte Distribution, 2018

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......