LE DIRECT
France Culture, studio 153... Aline Pailler, productrice & Benoît Broyart avec la troupe de comédiens de la Compagnie Askell

Week-end spécial New York ! Benoît Broyart “Un éléphant à New York” éd. Seuil-Jeunesse & “The Great disaster” de Patrick Kermann, mise-en-scène Emmanuelle Péron

30 min
À retrouver dans l'émission

Quand John découvrit un éléphant en sortant de chez lui, il fut étonné. Un éléphant dans les rues de New York, c'était impossible ! Et pourtant, l'éléphant était là, il prenait toute la place... & La traversée du Titanic racontée par 9 comédiens de la compagnie Askell... “The Great disaster”

France Culture, studio 153... Aline Pailler, productrice & Benoît Broyart avec la troupe de comédiens de la Compagnie Askell
France Culture, studio 153... Aline Pailler, productrice & Benoît Broyart avec la troupe de comédiens de la Compagnie Askell Crédits : Annick Haumier-France Culture - Radio France

**Week-end spécial New York... Avec Benoît Broyart « Un éléphant à New York » illustrations Delphine Jacquot, éditions Seuil Jeunesse.

Quand John découvrit un éléphant en sortant de chez lui, il fut étonné. Un éléphant dans les rues de New York, c'était impossible ! Dans un zoo, oui. Dans un cirque, aussi. Mais là, juste devant chez lui, c'était impossible. Et pourtant, l'éléphant était là. Et même, il prenait toute la place...

Benoît Broyart « Un éléphant à New York » illustrations Delphine Jacquot, éditions Seuil Jeunesse
Benoît Broyart « Un éléphant à New York » illustrations Delphine Jacquot, éditions Seuil Jeunesse Crédits : Delphine Jacquot

John, un petit garçon rêveur et solitaire, trouve un éléphant dans la cour de son immeuble. Ensemble, ils arpentent les rues de New York. Il fallait bien un album grand format pour raconter cette histoire ! Rassembler New York et un éléphant dans le même espace, c’est le jeu de Benoît Broyart et Delphine Jacquot qui convoquent la grande ville comme Little Nemo dans ses voyages imaginaires et un éléphant comme dans Babar.

John, puisque tel est son nom, sort un matin de chez lui. Il est tout étonné de voir dans le jardinet devant sa maison, un éléphant. La première illustration donne le ton, John est petit, un peu disproportionné, le regard figé sur un magnifique éléphant gris, massif, mal à l’aise dans les plates-bandes. Et c’est tout de suite, le rêve. John éléphant, en rêveur masqué, survole la ville dans la nuit étoilée. Dans sa trompe, il tient une brosse à dents, pour faire écho au texte qui rapporte les paroles acidulées des parents de John qui le qualifient de rêveur. La preuve ? « Il mettait un temps infini à se brosser les dents chaque matin ».

France Culture, studio 153... 2 comédiens de la troupe Askell en pleine lecture de “Un éléphant à New York” et Benoît Broyart, l'auteur (de g. à d.)
France Culture, studio 153... 2 comédiens de la troupe Askell en pleine lecture de “Un éléphant à New York” et Benoît Broyart, l'auteur (de g. à d.) Crédits : Annick Haumier-France Culture - Radio France

Le découpage de l’éléphant opéré en plans superposés au milieu de la circulation surprend, sans compter sa présence dans le bus ! Cette amitié rêvée, désirée fait sortir John de lui-même et l’entraîne au musée, assis côte à côte sur une banquette, en contemplation devant les tableaux ou dans une jungle de carte postale. Le regard ailleurs, John vit pleinement son aventure intérieure. A la fin de l’histoire, toujours seul, toujours décalé mais pacifié, John a grandi, fort de son ami et de son rêve assumés. Acheter l'album ici !

Benoît Broyart « Où Es-tu ? » illustrations Violaine Leroy, éditions Seuil jeunesse

Luc et son fils Jacques vivent tous deux dans une maison, à la lisière de la forêt. Un soir, Luc tarde à rentrer, occupé à couper un arbre. Jacques s'impatiente et décide d'aller retrouver son père. Il sait pourtant bien qu'il n'a pas le droit d'aller dans la forêt, seul, la nuit. Luc le lui a interdit de nombreuses fois. Mais il a tellement envie de se blottir contre lui !

Benoît Broyart « Où Es-tu ? » illustrations Violaine Leroy, éditions Seuil jeunesse
Benoît Broyart « Où Es-tu ? » illustrations Violaine Leroy, éditions Seuil jeunesse Crédits : Violaine Leroy

Il se promet de ne pas aller plus loin que le bout du sentier qui mène à l'épaisse forêt. Mais Luc et Jacques prennent deux chemins différents et le petit garçon s'égare dans la forêt sombre et peuplée de bruits terrifiants. De retour chez lui, Luc trouve la maison vide. L'inquiétude le submerge et il court à la recherche de son fils.

Ce soir-là, Luc et Jacques vont vivre une expérience forte où la peur, l'angoisse les mettront à rude épreuve et leur apprendront la grandeur du lien qui les unit. Acheter l'album c'est ici !

Avec Cecile Lancia, Charle-Henry Tricoire et Jean-Marc Khawam « The Great disaster » de Patrick Kermann sous la direction d’Emmanuelle Péron.

La traversée du Titanic est racontée par une multitude de voix enchevêtrées dont les neuf comédiens de la compagnie Askell se font l’écho, permettant aux disparus qui n’ont jamais eu la parole dans le monde des vivants d’enfin se faire entendre. Deux musiciennes accompagnent ce soliloque transformé en une pièce chorale, où la polyphonie réunit dans un même espace les exploités de l’entrepont et les classes mondaines du célèbre navire.

Sur scène « The Great disaster » de Patrick Kermann, mise en scène Emmanuelle Péron
Sur scène « The Great disaster » de Patrick Kermann, mise en scène Emmanuelle Péron Crédits : Compagnie Askell

Mise en scène Emmanuelle Péron - Comédiens : Manon Aounit - Tristan Cecille - Laura Cazes Pailler - - Nathan Dupuis - Jean-Marc Khawam - - Cécile Lancia - Aude Ollier - Hélène Rossignol - Charlenry Tricoire

Musiciennes : Amélie Vuilaume, accordéon et Bénédicte Friedmann, violon - Création lumières : Yan Dekel

La Compagnie Askell « les ailes » en breton
La Compagnie Askell « les ailes » en breton Crédits : Askell

Les dates des représentations : jeudi 13 octobre à 21h au Festival les Théâtrales en Couserans à St-Girons (09)

Du 29 octobre au 4 novembre au Festival international de Theatre de Bejaia (Algérie)

"The Great Disaster" de Patrick Kermann. Le 14 avril 1912 à 23h40, le Titanic, paquebot pratiquement insubmersible sombre au sud de Terre-Neuve, lors de sa première traversée de l’Océan Atlantique. Dans la cale du bateau, Giovanni Pastore lave et essuie les 3177 petites cuillères utilisées lors des repas des première et deuxième classes.

Les 7,8 et 14 et 15 novembre 20h au Cirque des Romanes ( Paris 16eme)

Submergé par la vague Giovanni Pastore raconte en boucle et jusqu’à la nuit des temps sa tragédie de cette nuit du 14 au 15 avril 1912. Ses souvenirs nous embarquent en Italie, sur le chemin de l’immigration en France, en Suisse et en Allemagne. Apparaissent alors des personnages du passé , la Mamma, le curé de l’école, Cecilia son amoureuse de toujours. De ces réminiscences Giovanni Pastore donne vie à des personnages historiques du Titanic : Thomas Andrews, le Capitaine Smith, Gatti le chef du restaurant « À la carte », des voyageurs comme Lady Duff Gordon, Marguerite Frolicher, le couple Astor ... Entre fantasmes et fantômes, Giovanni nous projette avec fugacité dans des espaces, des rythmes et des couleurs toujours différents.

Emmanuelle Péron fait le choix de travailler avec 9 comédiens et 2 musiciennes pour explorer les différentes paroles et les nombreux corps qu’invoque Giovanni. La polyphonie créée par la parole seule de Giovanni Pastore est décuplée par l’interprétation des neuf comédiens. « Je veux chercher à créer une parole multiple pour atteindre une unité et dans un même temps, cet accord impossible fait apparaître les dissonances de chacun » Emmanuelle Péron

L’intention de la metteure en scène est de traverser les formes chorales connues et d’en inventer une, propre à la troupe et propre à ce projet ; chercher les possibles formes d’être ensemble, de se déplacer et de déambuler, afin que le mouvement génère la chorégraphie du corps collectif sur scène.

La Compagnie Askell « les ailes » en breton est née du désir d’Emmanuelle Péron de réunir des comédiens, photographes, musiciens, graphistes d’univers différents afin de mutualiser expériences et savoir-faire, désirs et rêves. Comédienne et metteure en scène, consciente des difficultés de professionnalisation pour les jeunes comédiens au sortir d’écoles ou de conservatoires Emmanuelle Péron décide de créer une structure à but professionnel pour créer et se soutenir entre jeunes artistes.

  1. Ce spectacle vous intéresse ? N’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact pour contacter la Cie Askell
France Culture, studio 153... sur le vif ! les comédiens de la troupe Askell et leurs portables !
France Culture, studio 153... sur le vif ! les comédiens de la troupe Askell et leurs portables ! Crédits : Annick Haumier-France Culture - Radio France
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Chronique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......