LE DIRECT
Adeline Dieudonné et Nicolas Mathieu

Adeline Dieudonné et Nicolas Mathieu : deux voix percutantes

59 min
À retrouver dans l'émission

"Le temps des écrivains" reçoit deux têtes d'affiche de la rentrée littéraire, Adeline Dieudonné, pour son roman "La vraie vie" (L'Iconoclaste), et Nicolas Mathieu, pour "Leurs enfants après eux", son deuxième roman (Actes Sud).

Adeline Dieudonné et Nicolas Mathieu
Adeline Dieudonné et Nicolas Mathieu Crédits : Christophe Ono Dit Biot - Radio France

Cette semaine dans "Le temps des écrivains", un dialogue entre deux auteurs dont les livres rayonnent en cette rentrée : Adeline Dieudonné, qui publie son premier roman La vraie vie (L’Iconoclaste), prix du roman Fnac 2018, en lice pour le Prix Renaudot et le Goncourt des lycéens, tout comme Nicolas Mathieu, l’auteur du roman noir Aux animaux la guerre, qui publie Leurs enfants après eux (Actes Sud), sélectionné pour le Prix du roman des Étudiants France-Culture / Télérama et déjà couronné du Prix Blu Jean Marc Roberts.

Deux voix percutantes en cette rentrée, malgré le fait qu’elles chantent un motif particulièrement apprécié des écrivains, et arpenté par eux : la jeunesse, l’adolescence, comment on devient un adulte, comment on quitte l’enfance…  "Là où est l’enfance est l’âge d’or", disait Novalis. Pas tout à fait ce que pensent nos deux jeunes écrivains…

Nicolas Mathieu, "Leurs enfants après eux"

Chez Nicolas Mathieu, on est plongés dans la jeunesse, dans l’adolescence, mais cette fois du côté de l’Est de la France, dans une vallée déshéritée qui fait penser à celle de la Fensch, dont les hauts-fourneaux sont aujourd’hui éteints. Le héros de Leurs enfants après eux a 14 ans, il s’appelle Anthony, il a une drôle de gueule, grandit entre un père violent et une mère usée, qui a été belle mais dont les rêves n’ont jamais pu prendre corps. "Les siens, il les trouvait finalement bien petits, par leur taille, leur situation, leurs espoirs, leurs malheurs même, répandus et conjoncturels. Chez eux, on était licencié, divorcé, cocu ou cancéreux", écrit Nicolas Mathieu. 

Chez eux, c’est Heillange, presque comme Hayange, qui a déjà fait parler d’elle. On croise la route d’un autre adolescent, Hacine, 17 ans, voyou par ennui. Et puis il y a Steph, la fille des beaux quartiers. Quand Anthony la regarde, "Il souffrait ; c’était bon." Nicolas Mathieu suit ses personnages sur quatre étés, et on va les voir eux aussi grandir, devenir adultes, dans un univers sinistré, mais où la vie pousse quand même. Leurs enfants après eux est un mot qui vient du Siracide, l’un des livres sapientiaux de l’Ancien Testament. Mais est-ce que ce morceau de phrase ne sonne un peu comme une malédiction ?

Le livre se passe dans un sentiment de fatalité. Les personnages sont pris entre un destin qu'ils ne veulent pas, et des structures qui les poussent à reproduire la vie de leurs parents. Et ils vont essayer de jouer leur part de liberté. Quand on écrit un roman, on fait vivre des personnages. À partir de ce moment, il se passe des choses qui nous échappent. Nicolas Mathieu 

Le roman de Nicolas Mathieu évoque un moment court et moteur de la vie humaine, celui où l'on quitte l'enfance pour devenir un adolescent. Le corps, l'âme et les envies changent, comme dans le film Mud, de Jeff Nichols, qui a beaucoup marqué l'écrivain : 

Je me souviens d'une image où l'on voit les enfants, sur une embarcation, sur le Mississippi. Le soleil se lève sur leur visage, et je me suis dit, c'est cela que je veux raconter. Ce soleil qui se lève, et cette enfance qui finit. L'un des projet du livre était de parler de ce que c'est que le désir, à l'adolescence. C'est un moment particulièrement intense. C'est pour cela que l'histoire se déroule en été. Le climat devient un personnage. Nicolas Mathieu 

La sexualité est très présente dans l'ouvrage de Nicolas Mathieu, à la fois comme un élément libérateur et de conflit :

Je ne sais pas si c'est la sexualité qui est émancipatrice, c'est plutôt le mélange de l'amour et de la sexualité. [...] La morale de ce roman, c'est la restitution, rendre le réel. Donc, pour la description du sexe aussi, j'ai essayé d'appeler un chat, un chat, et de susciter chez le lecteur, des choses qui pouvaient se passer dans le corps des personnages. Nicolas Mathieu

La famille, en revanche, apparaît comme un cadre d'enfermement pour les personnages de Leurs enfants après eux :

C'est vrai que ce sont des familles déglinguées, mais il me semble que la famille saine, équilibré et heureuse est un mythe. Ce qu'il y a ce sont les secrets de famille. Et derrière la vitrine, on essaye toujours de faire bonne figure. La famille est une formidable usine à névroses avant tout ! Mais cette famille est une famille comme les autres. Nicolas Mathieu 

Smell like spirit   de Nirvana

Adeline Dieudonné, "La Vraie vie"

Chez Adeline Dieudonné, ça commence dans un lotissement. Des pavillons gris, "alignés comme des pierres tombales". L’héroïne est une petite fille, qui n’a pas de nom. À la maison, ils sont quatre. Deux enfants - elle et son petit frère, Gilles - la mère, décrite comme une "amibe", et le père, à la "carrure d'équarrisseur" dont les mains "auraient pu décapiter un poussin comme on décapsule une bouteille de Coca", et qui fait régner la terreur dans la maison. Celle-ci se caractérise d’ailleurs par la présence d’une chambre dite "des cadavres", où le père entrepose ses trophées : des animaux empaillés. La fillette aime par dessus tout son frère et lui témoigne une "tendresse de mère".

Un jour, la fillette et son frère assistent à la mort tragique de leur marchand de glace. Gilles, traumatisé, se renferme et se réfugie auprès de la hyène empaillée de la chambre des cadavres. "Il ne ressentait presque plus rien. Sa machine à fabriquer les émotions était cassée". Dans une atmosphère qui emprunte beaucoup à l’univers du conte noir, entre l’ogre, la hyène et "Le Champion", la sœur fera tout pour "réparer" son frère. Le lecteur va la suivre sur six étés, sur le chemin de l’adolescence, vers l’âge adulte et la prise de conscience de son désir. "La vraie vie", dit son titre. Est-ce à dire qu’il y en aurait une fausse ? Quelle part joue la fiction, les histoires que l’on (se) raconte, dans ces deux vies ? 

Deux romans, donc, qui font la part belle au temps long pour parler de ce moment très court, mais déterminant de la vie humaine, celui où l’on quitte l’enfance pour devenir un adulte. Un thème que les romanciers ont particulièrement eu à cœur de traiter - citons L’enfant de Jules Vallès, L’Adolescent de Dostoïevski, ou David Copperfield de Dickens. Ces grands romans d’apprentissage ont-ils été un modèle pour nos invités ? Pourquoi ont-il choisi de traiter ce thème à travers un cadre familial déglingué ? Réminiscence gidienne, ou proustienne : "Nous tenons de notre famille aussi bien les idées dont nous vivons que la maladie dont nous mourrons" ?

Du hast  de Rammstein

Bibliographie

bibliography

La vraie vieAdeline DieudonnéL'Iconoclaste, 2018

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......