LE DIRECT
Bertrand Belin et Eric Vuillard

Bertrand Belin et Eric Vuillard : la colère et la peur

1h01
À retrouver dans l'émission

Ce sont deux écrivains bien dans leur temps que nous accueillons : Eric Vuillard, prix Goncourt 2017 pour « L’Ordre du jour ,» qui revient avec « La guerre des pauvres »; et Bertrand Belin, chanteur, musicien, et aussi écrivain qui publie « Grands carnivores ».

Bertrand Belin et Eric Vuillard
Bertrand Belin et Eric Vuillard Crédits : Christophe Ono Dit Biot - Radio France

Cette semaine dans le Temps des écrivains, de la colère et de la peur ! 

Un écrivain serait-il aussi un thermomètre, mesurant la fièvre des temps ? Ce sont deux écrivains bien dans leur temps que nous accueillons. Eric Vuillard, d’abord. Le prix Goncourt 2017 pour « L’Ordre du jour » revient avec « La guerre des pauvres » chez Actes Sud, texte présenté par cette phrase qu’on dirait en écho à la situation politique actuelle : « les exaspérés sont ainsi, ils jaillissent un beau jour de la tête des peuples comme les fantômes sortent des murs ». 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En face de lui, un drôle d’oiseau, qui ne pépie pas parce qu’il a la voix grave, mais un sacré cas quand même : chanteur, musicien, Bertrand Belin est aussi écrivain et il publie « grands carnivores », chez POL, en même temps qu’un nouvel album, « Persona », chez Cinq Sept/Wagram. 

Dans « Grands carnivores », de Bertrand Belin, des lions s’échappent d’un cirque et sèment la peur dans une ville non nommée, non datée. Mais il y a un autre grand carnivore à l’oeuvre, « le récemment promu nouveau directeur des entreprises de boulons » de la ville qui se prépare pour aller voir l’exposition de son frère peintre, dans cette même ville. Le problème, c’est qu’il hait cette peinture, et il hait les artistes, qui sont pour lui des parasites, couvrant le monde de « merde », un monde que lui voudrait voir plus ordonné, plus militarisé, et, disons le, moins libre. Il a la nostalgie, ce carnivore, de quelques défilés militaires aux bottes bien lustrées qui le ravissaient, il n’y a pas si longtemps, et pourvu que ça revienne... « L’époque est sinistre. Il s’y redoute et s’y désire une apocalypse salvatrice, purificatrice. » 

Dans « La guerre des pauvres », court texte plein de sang et de fureur, Eric Vuillard nous emmène, lui, au 16e siècle.  En Angleterre et en Allemagne, où les  peuples se lèvent contre les privilèges des puissants, lassés qu’on leur promette l’égalité au ciel, et pas sur la terre. En Allemagne, le prix Goncourt remet à l’ordre du jour le théologien Thomas Müntzer et la révolte qu’il mena et baptisa : « le soulèvement de l’homme ordinaire ». Un gilet jaune du XVIe siècle ?

Deux écrivains, donc, et deux textes de colère.

Chez Eric Vuillard, le soulèvement révolutionnaire d’un peuple qui a envie d’en découdre. Chez Bertrand Belin, le soulèvement réactionnaire d’autres forces prêtes au combat. 

Comment ces deux auteurs en sont-ils venus à enfanter ces textes qui semblent inspirés par notre aujourd’hui ?

Pourquoi, alors, avoir opéré ce mouvement de distanciation géographique, chronologique ? 

L’idée d’engagement de l’écrivain, de l’artiste, est-il quelque chose qui leur parle ?

On dit souvent que le passé éclaire le présent, mais en littérature, l’inverse ne se produit-il pas :  le présent qui ranime les feux du passé ? 

Choix musical d'Eric Vuillard : Heinrich Schutz, petits concerts spirituels, 4, Eile, micht, gott, zu erretten. René Jacobs. Sebastian Hennig

Sur demande du producteur  Christophe Ono Dit Biot le choix musical de Bertrand Belin : Bill Callahan - Too Many Birds  https://youtu.be/NELhSc7Ve3U   a été remplacé par un titre du dernier disque de Bertrand Belin : Glissé redressé https://youtu.be/-IDU-jOzN20

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......