LE DIRECT
Marie Darrieussecq

Emission en direct du Salon du livre de Radio France avec E. Bilal et M. Darrieussecq

58 min
À retrouver dans l'émission

La romancière Marie Darrieussecq et l'auteur de bande dessinée Enki Bilal sont les invités de Christophe Ono dit Biot à l'occasion de la publication de leurs livres respectifs, "Notre vie dans les forêts" (P.O.L) et "Bug" (Casterman).

Marie Darrieussecq
Marie Darrieussecq Crédits : Radio France
Enki Bilal
Enki Bilal Crédits : SL - Radio France

Aujourd’hui, une émission un peu spéciale, vous l’entendez car nous sommes en direct de la maison de la radio pour la 6e édition de "Radiofrance fête le livre" qui bat son plein jusqu’à demain. Et un peu spéciale parce que nous avons décidé de faire se rencontrer, autour de la notion de roman d’anticipation, de "dystopie", comme on le dit, de science fiction pourquoi pas, deux auteurs qui ne s’étaient jamais rencontrés alors qu’ils ont beaucoup de choses en commun malgré leurs univers différents, il s’agit d’Enki Bilal et de Marie Darrieussecq. 

Enki Bilal est celui dont on attend le nouvel album comme on attendait jadis les oracles de la pythie en se demandant ce qui va nous tomber, cette fois, sur le coin de la figure. En effet, non seulement il est une anomalie dans le paysage artistique européen puisqu'il sait tout faire : des albums de bande dessinée où la littérature joue une grande part, mais aussi des films, des costumes, des décors d’opéra, des mises en scène de théâtre, et mêmes des installations à base d’archéologie et de catastrophe écologique dans des musées à Venise, notamment à la dernière biennale d’art contemporain. Non seulement il sait tout faire mais il ajoute à ses talents d’auteur et de dessinateur un don de visionnaire : après avoir prédit la désintégration de l’empire soviétique dans Partie de Chasse, et annoncé les attentats du 11 septembre dans Le sommeil du monstre, nous avoir asséné avec son western aquatique Animal’z, paru en 2009, une catastrophe naturelle terrible deux ans avant Fukushima, mis en scène l'homme augmenté par sa mégalomanie d'immortalité bien avant Homo Deus de Yuval Noah Harari, il nous donne aujourd'hui avec Bug qui paraît chez Casterman, un scénario plausible pour 2040. Mark Zuckerberg a 57 ans, les Gafas sont plus puissants que les états mais ils sont bien embarrassés car un gigantesque bug a en effet dénumérisé toute la planète et réduit en miette la vie confortablement "hightechnologique" que l’homme du XXIe siècle s’était construite. L’internet ne fonctionne plus, nos mémoires de smartphones sont inopérantes, les contrôles aux frontières aussi, comme les systèmes de sécurité, avec pour conséquence crash d’avions, afflux de réfugiés, explosion des mafias et suicides en rafale d’adolescents incapables de résister au sevrage soudain de réseaux sociaux… Sans compter les fautes d’orthographes d’une humanité privée de correcteurs automatiques ! 

Et à côté de lui Marie Darrieussecq, propulsée sur la scène littéraire en 1996 avec Truisme, dont Jean-Luc Godard avait acheté les droits... Psychanalyste aussi, c’est intéressant surtout pour ce nouveau livre, Notre vie dans les forêts, qui parait chez P.O.L. C’est aussi une dystopie, où elle imagine, Marie Darrieussecq, une résistance organisée dans les forêts de quelques êtres humains contre une dictature dont on ne sait pas grand chose sinon qu’elle a partie liée avec des drones et des robots, et que Viviane, personnage principal du roman, l’a fuie. Pas avec n’importe qui, avec son clone, car dans le monde de la romancière, les humains ont un clone qui leur fournit tous les organes dont ils ont besoin si jamais ils ont un pépin.

Alors ce qui frappe en lisant ces deux livres, c’est plusieurs choses, d’abord l’espèce de fantasme d’une déconnexion généralisée qui réunit ces deux histoires, et puis l’idée d’un homme mystérieusement augmenté, chez Marie Darrieussecq à travers ces clones dont on flanque les êtres humains, et chez Enki Bilal, à travers cet homme, Cobb, qui se retrouve investi, lui, de toute la mémoire du monde, comme un internet géant à lui tout seul, ce qui fait qu’il va se retrouver pourchassé par les plus puissants des états ou les plus puissantes des compagnies et des mafias qui veulent mettre la main sur ce savoir... 

Alors nous nous sommes dit, il faut qu’ils se rencontrent.

J’aime cette liberté que donne la très légère anticipation. L’imminence (...) On pousse à bout des choses en cours, Marie Darrieussecq

Le terme "science-fiction" est un peu dépassé. Ce qu’on vit c’est de la science-fiction, Enki Bilal

Leurs choix musicaux :

  • Marie Darrieussecq : "La fin du monde", Juniore
  • Enki Bilal : "Les vestiges du chaos", Christophe

Pour aller plus loin :

Bibliographie

Bug

BugEnki BilalCasterman, 2017

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......