LE DIRECT
Alberto Manguel

Emission spéciale Alberto Manguel

59 min
À retrouver dans l'émission

L'écrivain d'origine argentine Alberto Manguel est l'invité de Christophe Ono dit Biot.

Alberto Manguel
Alberto Manguel Crédits : Christophe Ono dit Biot - Radio France

"Vous pouvez être sûr que sur les étagères d'une bibliothèque, il y a un texte qui donne les mots à n'importe quelle expérience qu'on pourrait avoir", A.M.

Aujourd’hui c’est la dernière émission de la saison et nous avons choisi de vous emmener en voyage. En voyage en littérature, en voyage en lecture, en voyage en bibliothèque, avec l’un des meilleurs connaisseurs de ces contrées depuis qu’il y a été initié par Borges en personne. Borges étant en quelque sorte le père spirituel de cette émission, nous sommes très heureux de recevoir celui qui lui faisait la lecture lorsqu’il est devenu aveugle, l'écrivain d'origine argentine Alberto Manguel. Le grand écrivain avait 70 ans, lui en avait seize.

Alberto Manguel est né en 1948 à Buenos Aires, où il dirige désormais la Bibliothèque nationale. Il est l’auteur de plusieurs romans parmi lesquels Dernières nouvelles d'une terre abandonnée (Actes Sud, 1998), de nombreuses traductions, de textes sur Kipling, sur L’Iliade et L’Odyssée, sur Stevenson. Mais il est surtout un inlassable et un passionnant explorateur de la façon dont l'histoire du livre et celle de la littérature enrichissent les consciences, depuis sa célébrissime Histoire de la lecture (Actes Sud, 1998) jusqu’à La Bibliothèque, la nuit (Actes Sud, 2006). On lui doit de savoir que si, à Cuba, des cigares portent le nom de Montecristo, c’est parce qu’un « lector » en faisait la lecture à haute voix aux employés des manufactures de tabac. On lui doit encore d’être conforté dans l’idée que chaque livre tiré d’un rayonnage, et feuilleté, est non seulement un objet sensuel, unique, mais aussi la promesse d’un émerveillement. C’est cet émerveillement que nous allons approcher avec lui aujourd’hui. D’autant que le livre précédemment cité, La bibliothèque, la nuit, fait l’objet d’une exposition éponyme très étonnante à la Bibliothèque nationale de France, visible jusqu’au 13 août prochain, et qui promène le lecteur dans les bibliothèques les plus étonnantes de l’humanité - des bibliothèques réelles ou des bibliothèques imaginaires, dans sa bibliothèque, aussi - à l’aide d’un artifice : ce qu’on appelle la réalité virtuelle.

Mais comment est ce que l’homme qui ne cesse depuis ses premiers livres de nous dire le plaisir qu’il a à feuilleter les livres, à en caresser la couverture, à les tirer d’un rayonnage, a-t-il pu accepter d’être le médiateur d’une expérience technologique ultime, un voyage dans des bibliothèques qui n’existent que par la magie, l’illusion, l’apparence ?

Ses choix musicaux :

- "Reading of Sacred Books", de keith Jarrett, par Gurdjeff.

- "Volver" par Carlos Gardel.

- Sonate n 21 en Si bémol pour piano, de Schubert, par Alfred Brendel.

La Bibliothèque, la nuit

Le Temps des libraires :

Hugues Robert de la librairie Charybde, à Paris, nous présente : Kalpa Impérial d'Angelica Gorodischer, traduit de l'espagnol par Mathias de Breyne, La Volte, 320 pages.

Charybde

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......