LE DIRECT

Italie avec Cristina Comencini et Paolo Giordano

58 min
À retrouver dans l'émission

Les écrivains italiens Cristina Comencini et Paolo Giordano sont les invités de Christophe Ono dit Biot à l'occasion de leur passage au festival Italissimo.

Aujourd'hui une rencontre entre deux écrivains italiens de tout premier plan, Cristina Comencini et Paolo Giordano. L’une, Cristina Comencini, est en France à l’occasion de la parution de son nouveau et beau roman, au titre magnifique, Etre en vie, qui paraît chez Stock, et l’autre, Paolo Giordano, est en France à l’occasion du festival Italissimo, qui vient de se tenir à Paris, un festival qui fête la littérature italienne et auquel Cristina Comencini a également participé.

Cristina Comencini était venue dans cette émission il y a quelques années pour nous parler de Lucy, chez Grasset, l’histoire d’une femme d’aujourd’hui, une paléontologue qui, confrontée à la désagrégation de son couple, de sa famille, se regardait dans un étrange miroir : celui que lui tendait Lucy, l’australopithèque dont Yves Coppens découvrit le fossile en Ethiopie en 1974. Elle est la fille du cinéaste Luigi Comencini dont elle a été la co-scénariste, avant de voler de ses propres ailes comme réalisatrice de nombreux long métrages, dont La bête dans le cœur qui lui a valu d’être nommée aux Oscars en 2006, et comme écrivaine, auteure de neuf romans, de pièces de théâtre et d'essais. Mais elle a également été à l'origine d'une manifestation monstre organisée avec des amies le 13 février 2011 pour destituer Silvio Berlusconi, incarnation d’un pouvoir qui achetait les femmes. Tout ça s’est fini avec 1 million de personnes dans la rue. N'est-elle pas alors devenu dans son pays, où elle était déjà une figure artistique, une figure presque politique ?

Paolo Giordano a lui déchaîné les passions à 26 ans dès son premier roman, La Solitude des nombres premiers. Paru en 2008, il lui a valu la même année le prix Campiello  "première œuvre" et le prix Strega : faisant de lui le plus jeune auteur à avoir été couronné pour ce prestigieux prix remporté jadis par Alberto Moravia, Primo Levi, ou encore Umberto Eco. Apres ce livre traduit dans 30 langues, qui s’intéressait aux vies parallèles de deux adolescents malmenés par l'existence, vivant une "amitié bancale et asymétrique, composée de longues absences et de grands silences", qui les aidera quand même à cicatriser leurs blessures, à grandir et à s'émanciper du passé. Il y a eu Le Corps Humain, puis Les humeurs insolubles, des pièces de théâtre, des textes pour la presse, aussi… Et en mai en Italie il y a un nouveau, Devorare il cielo, qui parle d’engagement écologique, d’embrigadement aussi, dans les Pouilles d'aujourd’hui.

Interprète depuis l'italien : Valentina Gardet.

Leurs choix musicaux :

  • Cristina Comencini : “Secretly”, Skunk Anansie
  • Paolo Giordano : Sirtaki de Míkis Theodorákis, extrait de la bande originale du film de Michael Cacoyannis Zorba le Grec.

Pour aller plus loin :

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......