LE DIRECT
Yves Ravey et Jean-Paul Kauffmann

Jean-Paul Kauffmann et Yves Ravey : l'écrivain enquêteur

58 min
À retrouver dans l'émission

20 avril

Yves Ravey et Jean-Paul Kauffmann
Yves Ravey et Jean-Paul Kauffmann Crédits : Christophe Ono Dit Biot - Radio France

" Il y a en amont du travail d'écriture un travail considérable un peu simenonien d'absorption des bruits, des sons et des odeurs."  Jean-Paul Kauffmann 

"Je ne conserve dans le texte que l'essentiel et l'indispensable". Yves Ravey 

Cette semaine dans « Le temps des écrivains »,  une émission placée sous le signe de l’enquête, qu’elle soit fictive ou bien réelle, avec deux écrivains qui s’y adonnent, et en jouent comme des petits fous dans leur dernier livre : Yves Ravey, avec « Pas dupe » (éditions de Minuit), et Jean-Paul Kauffmann qui publie « Venise à double tour » (éditions des Equateurs)

Une femme blonde, morte

Yves Ravey est l’auteur de « Trois jours chez ma tante », de « Enlèvement avec rançon », de « Sans état d’âme ». Il publie aujourd’hui le beau et machiavélique « Pas dupe » qui, comme les titres sus-cités, hésite entre le polar et la parodie de polar. Quand le livre commence, une femme blonde est morte au volant de sa voiture précipitée dans un ravin, sur la route de Santa Clarita, aux premières heures de l’aube. Son mari, Salvatore Meyer, est appelé sur les lieux où est déjà présent un certain Kowalski qui était, disons, lié à sa femme… Pourquoi est-il là ? C’est ce qui étonne Salvatore Meyer, qui lui même étonne un certain inspecteur Costa Martin Lopez qui veut savoir si Salvatore est pour quelque chose dans ce drame. Salvatore, qui est le narrateur, et qui a beau marteler au lecteur qu’il aimait tant Tippi, sa femme, ne paraît décidément pas très clair… On pense, en lisant Ravey, à la série Colombo, mais aussi à Hitchcock, la faute à ce prénom, notamment, de Tippi qui fait penser à Tippi Hedren, l’actrice des oiseaux, mais on pense aussi à Psychose, et au delà, à cause des noms Kowalski ou Gladys Lamarr - comme Hedi -  à la grande mythologie hollywoodienne… Yves Ravey s’est-il amusé à revoir tout le cinéma hollywoodien, pour écrire ce livre qui nous fait traverser l’Atlantique ?

Un polar sans crime à Venise

Autre voyage et autre enquête avec Jean-Paul Kauffmann qui publie « Venise à double tour ». Ah, on aura essayé de le dissuader, d’écrire ce livre ! « On », c’est-à-dire les écrivains qui l’ont précédé à Venise, et qui se sont tous dit que tout, ou presque, avait déjà été écrit sur Venise ! Et pourtant, Kauffmann parvient à faire du nouveau en enquêtant sur les églises fermées de la « Sérénissime » - mot à bannir, « qui a vraiment trop servi », précise l’auteur. Kauffmann pose ses bagages et ses livres dans la Giudecca, qui offre quand même la plus belle vue sur Venise, et part en quête de ces églises - Zitelle, Pénitents, Capucins - et de la raison, surtout, de leur fermeture, donnant à son livre le rythme d’un polar sans crime, et encore, est-ce bien sûr ?, tant Venise a été menacée de mort… L’auteur était venu ici même pour parler d’ « Outre Terre », où il retraçait le périple qui l’avait mené, avec sa famille, sur les traces du colonel Chabert, héros balzacien, mais d’abord héros napoléonien, donné pour mort lors de la charge de cavalerie de Murat à la bataille d’Eylau. « C'est mon deuxième voyage à Eylau », écrivait-il. « Même sensation que la première fois : un carambolage, une curieuse façon d'être bousculé sans heurts, une sorte d'enchevêtrement qu'il sera difficile de dénouer. » Est ce le même genre d’impressions que lui a donné son enquête vénitienne ? 

Un suspect et une ville imprenable

D’un côté, donc, un polar, ou du moins une histoire qui se présente comme un polar, avec un accident mortel (celui d’une femme dont on ne sait pas ce qui lui est arrivé, sinon que sa voiture est tombée au fond d’un ravin), un suspect, le narrateur, et un lieutenant de police qui mène la danse. 

De l’autre, un homme, seul, essayant de résoudre l’énigme d’une ville imprenable en entrant dans ses églises fermées à double tour. 

Tout écrivain serait-il un enquêteur ?

Choix musical d'Yves Ravey : Générique de début de la série The Wire

Choix musical de Jean-Paul Kauffmann : "Gracias a la vida" de Violetta Parra

Bibliographie

.

Venise à double tourJean-Paul KauffmannEditions des Equateurs, 2019

.

Pas dupeYves RaveyMinuit, 2019

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......