LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
David Diop et Nicolas Fargues

David Diop et Nicolas Fargues : faire parler l'Afrique

59 min
À retrouver dans l'émission

Un dialogue entre deux auteurs qui font parler l’Afrique, qui la font entendre dans leur livre, avec beauté, avec violence, aussi.

David Diop et Nicolas Fargues
David Diop et Nicolas Fargues Crédits : Christophe Ono Dit Biot - Radio France

L’Afrique des tirailleurs sénégalais avec David Diop, et le Cameroun d’aujourd’hui avec Nicolas Fargues. Les deux auteurs se rencontrent et échangent : comment faire parler l'Afrique ?

L’ultraviolence des tranchées

David Diop publie Frères d’âme au Seuil, un roman qui vient d’obtenir le Prix Goncourt des Lycéens et qui nous emmène dans l’ultraviolence des tranchées de la Première Guerre mondiale, aux côtés du capitaine Armand et de ceux qu’il envoie se faire tuer sous le feu allemand.

Notamment un détachement de tirailleurs sénégalais dont David Diop a extrait le personnage de Alfa Ndiaye, qui s’est refusé à achever, alors qu’il souffrait pourtant terriblement, son camarade Mademba Diop. Tout à ce sentiment de culpabilité, Alfa va se mettre à raconter, à la première personne, son quotidien de soldat, mais surtout la violence dont il fait usage, chaque jour, au combat, faisant la guerre comme un fou, effrayant par cette folie ceux qui se battent avec lui, jusqu’à être renvoyé à l’arrière pour prendre du repos.

Alfa Ndiaye a en effet la particularité, et le tort, aux yeux de ses compagnons, de ramper jusqu’à la tranchée ennemie, d’y prélever un soldat, de le tuer et de trancher l’une des ses mains, celle qui tient le fusil. Chaque main constitue pour lui une partie d’un trésor aussi puissant que dérisoire pour ce tirailleur que David Diop fait parler à la première personne, lui inventant un langage, cru et poétique, pour nous dire la relation qui se noue entre lui et sa victime, mais aussi entre son présent de soldat et le passé de sa jeunesse africaine, où il sera, aussi, question de désir, loin de ces tranchées décrites comme un sexe béant. Frère d’âme semble porté par un travail sur le langage de l’Afrique, sur la voix de l’Afrique et de ceux qui en ont été séparés pour se battre en Europe. L’idée était-elle de donner une voix romanesque à ce dont on n’avait, peut-être, jusque là, que des images ? Et quelle est cette âme dont parle le titre, écho perturbé, sublimé, du mot « arme » ?

Tirailleurs sénégalais
Tirailleurs sénégalais Crédits : AFP

Recueil d’instantanés camerounais

Nicolas Fargues, lui, publie Attache le cœur chez POL. Un recueil d’instantanés camerounais, comme le dit le sous-titre. Quinze portraits, à la première personne, de Noirs et de Blancs qui vivent au Cameroun, ou qui l’ont quitté, mais qui ont tissé, et gardé avec lui un lien fort. Ils s’appellent  Landry, Gilberte, Eric, Claude, Julien, Jean-Fils, Marie-Marthe, Sylvie.

En quelques phrases, en quelques pages, ils nous content un morceau de leur vie, à la première personne, « comme ça sort ». Il y a, par exemple, l’artiste africain qui postule pour une résidence d’artiste et qui demande à sa vieille maîtresse blanche de relire son dossier, sans s’apercevoir qu’il est totalement à sa merci. Il y a la jeune femme qui raconte comment sa famille, par rapacité, est en train de mettre à genoux son mari en lui demandant, cadeau après cadeau, de se saigner les veines. Il y a cet expatrié qui, refusant les préjugés de ses collègues, décide de se rendre au stade voir un match de foot et, seul blanc dans la tribune, finira nu sur la pelouse. Et puis celui qui en profite, sans scrupules, sans illusion, non plus. Il y a Honoré, qui vit à l’étranger et qui, son père étant mort, va peut-être perdre tout ce qu’il a construit parce qu’il risque de devoir revenir pour être nommé chef du village.

Pas très roses, ces portraits, mais toujours mordants, et on le reconnaît bien là, Nicolas Fargues, qui s’est toujours fait fort de traiter les blancs et les noirs avec le même regard impitoyable, la même absence de jugement, depuis ses premiers livres. Mais au fait, avec Attache le cœur, ne craint-il pas les accusations en vigueur aujourd’hui d’ « appropriation culturelle » ?

David Diop Ismaël Lo Tajabone : https://www.youtube.com/watch?v=YUWyUE6kqoU  

Nicolas Fargues       Maahlox le Vibeur : Ça sort comme ça sort

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......