LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Armistead Maupin et Dany Laferrière

Voyages vers soi-même avec Armistead Maupin et Dany Laferrière

58 min
À retrouver dans l'émission

Les romanciers Armistead Maupin et Dany Laferrière sont les invités de Christophe Ono-dit-Biot. Emission enregistrée en public au festival "Les Etonnants voyageurs" de Saint-Malo.

Armistead Maupin et Dany Laferrière
Armistead Maupin et Dany Laferrière Crédits : Christophe Ono-dit-Biot - Radio France

Aujourd’hui en public une rencontre entre deux écrivains qui viennent de deux univers très différents qui mais qui ont pour point commun d’avoir eu tous les deux à quitter leur milieu, leur famille, leur île pourrait-on dire, pour devenir les écrivains qu’ils sont devenus. D’un côté, Armistead Maupin, le légendaire auteur des Chroniques de San Francisco, et de l’autre, Dany Laferrière, le non moins légendaire académicien venu de Port-au-Prince, en Haïti.

Armistead Maupin est l’auteur mondialement fêté des Chroniques de San Francisco, qui ont commencé à paraître en 1976 dans un quotidien, le San Francisco Chronicle, avant de connaître un succès immédiat en volumes. Il y racontait l’arrivée de Mary Ann à San Francisco, en pleine libération sexuelle, dans la pension tenue par Madame Madrigal, libraire à la retraite cultivant elle-même sa marijuana et abritant sur Barbary Lane des pensionnaires venus de tous les horizons : Michael Tolliver alias "Mouse", le jeune homosexuel intérimaire, Brian Hawkins, l’ancien avocat soixante-huitard très séducteur, Mona, conceptrice rédactrice bisexuelle, ou encore Monsieur Halcyon et sa fille Deedee, dont le mari couche avec son gynécologue, le fameux John Fielding, qui est aussi l’un des personnages clef de cette série de 8 volumes. La série a été adaptée en comédie musicale par le chanteur des Scissors sisters, et à l’écran sous forme de série. Netflix prépare d'ailleurs une nouvelle adaptation.

Armistead Maupin publie aujourd'hui en France Mon autre famille, aux Editions de l’Olivier (traduit de l'anglais par Marc Amfreville), récit de l’affirmation progressive d’une homosexualité difficile à assumer lorsque l'on est né dans une famille conservatrice du Sud des Etats-Unis, et c’est ce livre qui fait que nous avons trouvé intéressant de lui faire rencontrer Dany Laferrière, qui publie un livre qui a aussi une forte dimension autobiographique, Autoportrait de Paris avec chat (et avec dessins).

Dany Laferrière est né à Port-au-Prince, à Haïti, il vit à Montréal, mais il se prétend écrivain Japonais. Je suis un écrivain japonais a-t-il même intitulé un de ses livres. Prix Médicis pour L'énigme du retour, il est aussi capable de titres bien plus décoiffants comme Le Goût des jeunes filles, Cette grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit ? Eroshima, L’Art presque perdu de ne rien faire, ou encore Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer

Il appartient, de surcroît, à ce que Jules Renard appelait "le commun des immortels", puisque la vénérable Académie française l'a accueilli sous la coupole le 28 mai 2015, au fauteuil occupé par Montesquieu. "L’Académie française s’est jetée sur toi comme la pauvreté sur le monde !" lui avait d’ailleurs dit le regretté Jean d’Ormesson le jour de la remise de l'épée.

Dany Laferrière est de retour avec un livre qui nous montre qu'il a d’autres talents que celui d’écrire puisque cet "Autoportrait de Paris avec chat" est un livre écrit et dessiné à la main, écrit à la main, aussi. L'écrivain y fête Paris, la nouvelle ville, il croque les scènes de quartier, de la soupe populaire distribuée en bas de chez lui au chat (imaginaire) qui vient lui rendre visite. D’écrivain, il est beaucoup question. On croise ceux d’hier, Montaigne, Borgès, Sagan, Fargue, Breton, Malraux, et ceux d’aujourd’hui comme Alain Mabanckou, mais il n’y a pas que des écrivains qui sortent de sa boîte à crayons il y a également des villes, Port-au Prince, Montréal, où il a écrit son premier roman sur une Remington. Des baisers volés dans des taxis aussi, du jazz, des couleurs. Et un certain nombre de leçons dont on tirera profit.  "Comment faire ce qu’on ne sait pas faire" dit-il   à propos du dessin, mais est-ce que ce ne serait pas une phrase que se dit tout écrivain quand il commence à écrire ce qui sera, peut-être, son premier roman, ou son premier poème ?

Traduction : Marguerite Capelle.

Leurs choix musicaux :

  • Armistead Maupin : "Moon River", par Audrey Hepburn (bande originale du film Breakfast at Tiffany’s de Blake Edwards)
  • Dany Laferrière : "Django's tiger", de Django Reinhardt

Pour aller plus loin :

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......