LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestants brandissant des cartes, pour soutenir Cassandre Fristot condamnée pour ses slogans antisémites lors d'une manifestation contre le pass sanitaire

L'antisémitisme d'aujourd'hui est-il l'antisémitisme de toujours ?

38 min
À retrouver dans l'émission

Que nous apprennent les slogans antisémites brandis par certains manifestants contre le pass sanitaire ? Quels liens entre discours complotistes et antisémitisme ? Fait-on face à une résurgence de l’antisémitisme ? L’enseignement de la Shoah suffit-il pour changer ces comportements ?

Manifestants brandissant des cartes, pour soutenir Cassandre Fristot condamnée pour ses slogans antisémites lors d'une manifestation contre le pass sanitaire
Manifestants brandissant des cartes, pour soutenir Cassandre Fristot condamnée pour ses slogans antisémites lors d'une manifestation contre le pass sanitaire Crédits : Jean-Christophe Verhaegen - AFP

Que nous ont appris les slogans antisémites dans les manifestations contre le pass sanitaire ? Qu’un antisémitisme ancien, voire très ancien, nourri de complotisme, n’avait pas disparu malgré des décennies de messages et d’enseignement antiracistes.

Tristan Mendès-France, explique, au sujet des références utilisées en ligne : "Le "qui ?" est devenu un référent viral, dont certaines communautés extrémistes en ligne se sont emparées. C'est devenu un hashtag, un mot-clé, un véhicule utilisé pour exprimer son antisémitisme sans vraiment le dire… Le terme "qui" n'est pas problématique, c'est ce qu'on y met dedans et la référence qui pose problème. C'est une fausse interrogation qui pointe un antisémitisme."

La preuve que le mythe du « complot juif » ne s’était fracassé ni sur la réalité de la Shoah, ni sur l’enseignement de ce moment d’histoire. Alors, l’antisémitisme d’aujourd’hui est-il l'antisémitisme de toujours ?

L'enseignement de la Shoah

Pour Pierre-Jérôme Biscarat, l'enseignement est primordial : "S'il n'y avait pas l'enseignement de la Shoah, dans quel état serait la société ? L'éducation ne peut pas tout faire, c'est un pari. S'il n'y avait pas cette récurrence de l'enseignement, à l'école primaire, au collège, ou encore au lycée. La manière dont on enseigne cette histoire est importante.

Claire Podetti approfondit cet enjeu, sur la nécessité de déconstruire la pensée : "Si vous voulez déconstruire, il faut que les élèves aient la possibilité de pouvoir s'exprimer… L'an dernier, on travaillait sur deux personnes déportées, et une élève disait : "quand on écrit une biographie, on donne notre avis contre ce qui s'est passé. Et en cela, on résiste."

Intervenants
  • Professeure d'histoire-géographie au collège Charles Péguy de Palaiseau, lauréat en 2014 du 1er Prix Ilan Halimi contre l’antisémitisme organisé par le Conseil général de l’Essonne.
  • Historien à la Maison d'Izieu, Mémorial des enfants juifs exterminés
  • Maître de conférences associé à l'université Paris-Diderot, spécialisé en culture numérique et initiateur du projet "Stop hate money"
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......