LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les chercheurs de l'Institut Pasteur estiment qu'en septembre, moment où la quatrième vague devrait atteindre son pic, les mineurs représenteront 50% des contaminations en France.

Quel rôle pour les enfants dans l'immunité collective ?

43 min
À retrouver dans l'émission

Des récentes prévisions de l’Institut Pasteur ont de quoi alarmer : en septembre, les mineurs représenteront 50% des contaminations en France. Dès lors, pourra-t-on faire sans eux dans la lutte contre le Covid-19 ? Ne faut-il pas les intégrer complètement à la stratégie vaccinale ?

Les chercheurs de l'Institut Pasteur estiment qu'en septembre, moment où la quatrième vague devrait atteindre son pic, les mineurs représenteront 50% des contaminations en France.
Les chercheurs de l'Institut Pasteur estiment qu'en septembre, moment où la quatrième vague devrait atteindre son pic, les mineurs représenteront 50% des contaminations en France. Crédits : Franck Dubray - Maxppp

A seulement deux semaines de la rentrée scolaire la 4ème vague de la pandémie pourrait être celle des enfants. S’ils sont moins touchés par la maladie, ils restent un facteur moteur de la circulation du virus et leur taux de contamination augmente sensiblement.   Si la recherche de l’immunité collective s’annonce plus complexe depuis l’émergence du variant Delta, elle semble inatteignable sans eux.   

Le gouvernement souhaite accélérer en septembre la campagne vaccinale des plus de 12 ans, comment les adolescents vont il réagir en retrouvant leur classe et certains élèves non vaccinés ? Comment préserver leur équilibre psychologique ? Quid des professeurs et enseignants ? Plus globalement a-t-on sous-estimé depuis le début de cette crise sanitaire le rôle et les effets du Covid sur la santé physique et mentale des plus jeunes ?

Pour en débattre, nous recevons la docteure en science politique Mélanie Heard, la cheffe du service pédopsychiatrique à l'hôpital Necker-Enfants Malades Pauline Chaste et l'épidémiologiste Antoine Flahault.  

Ce qui nous préoccupe aujourd’hui c’est que le virus a une pression à aller vers les enfants parce que ce sont les moins protégés, du fait de leur absence de vaccination, et puis potentiellement à partir de la rentrée du fait de leurs conditions de vie de fort brassage.      
Mélanie Heard

C’est vrai qu’on craint cela : s’il devait y avoir des nouvelles restrictions, que les enfants et adolescents soient pris justement dans cette impression d’un jour sans fin. Et c’est vrai qu’il faut qu’on soit particulièrement vigilants parce que c’est un été quand même difficile à plein d’égards, y compris sur le plan climatique. Et on sait que les jeunes sont aussi extrêmement concernés par la question du réchauffement climatique.    
Pauline Chaste

Sur le covid long, on n’a pas chez l’enfant de données encore très précises et consensuelles. Il y a eu une telle négligence de l’épidémiologie chez l’enfant au début de cette pandémie, qui n’est pas due simplement au fait qu’on voulait mette la poussière sous le tapis, mais plutôt que les enfants ne faisaient pas beaucoup de formes graves, et comme les tests étaient rares et précieux (…) Il va falloir promouvoir des recherches, en financer, notamment en France.  
Antoine Flahault

Pour aller plus loin : 

Variant delta : les enfants, plus ciblés que jamais ?, un article Libération du 14/08/21

« Partir en vacances et arrêter le virus » : des ados plébiscitent la vaccination, un article Le Monde du 16/06/21

Bibliographie

Intervenants
  • Épidémiologiste et professeur de santé publique à l'université de Genève, directeur de l'Institut de santé globale à la faculté de médecine de l'université de Genève
  • Docteure en science politique, enseignante-chercheuse au Centre de recherches interdisciplinaire (CRI)
  • Cheffe du service pédopsychiatrique à l'hôpital Necker-Enfants Malades
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......