LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour certain·e·s, la levée de l'anonymat en ligne est nécessaire à l'apaisement du débat public.

Qu'apporte l'anonymat au débat public ?

43 min
À retrouver dans l'émission

L'anonymat en ligne est souvent perçu comme un vecteur de haine et de violence et nuirait dès lors au débat. Quand certains militent pour son interdiction, d'autres au contraire revendiquent ses vertus, voire le défendent comme une liberté fondamentale. Qu'apporte-t-il vraiment au débat public ?

Pour certain·e·s, la levée de l'anonymat en ligne est nécessaire à l'apaisement du débat public.
Pour certain·e·s, la levée de l'anonymat en ligne est nécessaire à l'apaisement du débat public. Crédits : Esch Collections - Getty

Peut-on discuter et débattre entre anonymes ? Comment qualifier et analyser cette parole qui a pris une place importante dans nos interactions en ligne ? 

L’anonymat est il toujours bien compris et défini ? Existe-t-il réellement dans nos sociétés numérisées où le moindre clic semble tracé ?  

Tantôt perçu comme le visage de la haine, l’anonymat serait pour certains la voie d’un exutoire, outil cruel de lynchages en ligne. L’actualité nous le rappelle souvent…Mais il est aussi le lieu de la liberté d’expression. Indispensable pour s’affranchir de certains carcans, le moyen de partager révélations et d’éclairer des sujets sensibles.  

L’anonymat est il un acquis démocratique ?  Qu’apporte-t-il au débat public et comment celui ci pourrait être menacé ? 

Voici les nombreuses questions qui vont agiter notre dernière émission de la semaine !      

Pour en débattre, nous recevons Romain Pigenel, enseignant en communication digitale à Sciences Po et ancien directeur adjoint en charge du numérique du Service d'Information du Gouvernement, Benjamin Tainturier, doctorant au Medialab de Sciences Po et Mélusine, militante féministe et antiraciste active en ligne, notamment sur Twitter

Le pseudonymat apporte un certain confort, permet sans doute pour moi et pour beaucoup d’autres militants de continuer leur expression publique, mais il ne faut pas oublier que ça apporte d’autres protections : celle vis-à-vis de l’employeur, puisqu’il est tout à fait normal que les citoyens puissent s’exprimer sur des questions politiques, sur des questions de société, également sur des questions intimes comme la famille, la maladie, la sexualité, sans pouvoir être lus par leur hiérarchie, par leurs collègues, par leur famille également.                
Mélusine

La volonté de lever l’anonymat en ligne illustre un conflit entre deux façons de considérer l’espace public. Vous avez traditionnellement l’espace public hors-ligne qui s’est construit après la Révolution française sur cette idée que le citoyen devait apparaître à visage découvert (…). Inversement, vous avez la façon dont on considère qu’Internet et les réseaux sociaux forment un espace public où là, la question de la protection de l’identité ne se pose pas du tout dans les mêmes termes. Et je dirais même dans des termes opposés.      
Benjamin Tainturier 

La levée de l’anonymat aurait deux conséquences dramatiques : de mettre entre les mains des GAFA un énorme fichier qui permettrait toutes les manipulations possibles (…) Ce serait une catastrophe absolue. Et puis surtout, ça graverait dans le marbre l’entièreté de la vie des individus. Qui se souvient de ce qu’il a écrit sur Facebook il y a six mois, un an, deux ans ? Vous auriez tout d’un coup une espèce de livre de l’entièreté de nos expressions en ligne sur l’entièreté d’une existence. Donc c’est un délire totalitaire qui n’a même jamais, je crois, été imaginé. Et je crois que ceux qui défendent la levée de l’anonymat n’ont pas de systèmes alternatifs, parce que quand on pose l’équation sur la table elle est inacceptable.  
Romain Pigenel 

Pour aller plus loin : 

Anonymous, de l’humour potache à l’action politique, par Felix Stalder, un article du Monde diplomatique de février 2012

Juliette Alpha, «flic de terrain» et grande gueule des réseaux sociaux, un article Le Parisien du 29/01/20

Ligue du LOL : 3 questions sur l’anonymat et le pseudonymat sur Internet, un article Le Monde du 11/02/19

Intervenants
  • enseignant en communication digitale à Sciences Po, ancien directeur adjoint en charge du numérique du Service d'Information du Gouvernement
  • militante féministe et antiraciste active en ligne, notamment sur Twitter
  • Doctorant au Medialab de Sciences Po sur le “Renouvellement de l’engagement militant de la droite radicale sur internet et les médias sociaux”
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......