LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une bolivienne en costume traditionnel, lors d'une manifestation en soutien à l'ancien président Evo Morales, devant les soldats (La Paz, le 15/11/2019)

Amérique latine : quel rôle pour l'armée ?

40 min
À retrouver dans l'émission

L'armée chilienne a été déployée dans les rues pour mettre fin à la contestation sociale. Evo Morales a été poussé à la démission par l'armée bolivienne. Au Brésil et au Venezuela, les militaires restent influents... L’armée joue-t-elle encore les premiers rôles en Amérique latine ?

Une bolivienne en costume traditionnel, lors d'une manifestation en soutien à l'ancien président Evo Morales, devant les soldats (La Paz, le 15/11/2019)
Une bolivienne en costume traditionnel, lors d'une manifestation en soutien à l'ancien président Evo Morales, devant les soldats (La Paz, le 15/11/2019) Crédits : RONALDO SCHEMIDT - AFP

Ces dernières semaines ont été marquées au Chili, en Colombie, en Équateur mais aussi en Bolivie par des mouvements sociaux de grande ampleur pour lesquels les forces militaires sont parfois intervenues très violemment.

Le souvenir terrible des dictatures militaires a immédiatement resurgi, interrogeant le rapport entre forces armées et pouvoirs civils. Ces interrogations légitimes ont empêché toutefois de distinguer les pays latino- américain dans leur rapport au pouvoir militaire.

Pour aller plus loin :

Situation en Amérique latine :

Argentine :

Brésil : 

Venezuela

Chili : 

Bolivie : 

Sur nos invités :

Gilles BATAILLON, directeur d’études à l’EHESS, sociologue de l’action armée, de la violence et de l’expérience démocratique en Amérique latine.

L'armée, les armées se pensent comme une espèce de classe universelle. Ils sont les porteurs de l'intérêt général et ils adhèrent à un projet développementiste et c'est au nom de cela qu'ils prennent le pouvoir. Avec souvent des visées contre révolutionnaires, comme au Brésil. Mais dans un pays comme le Pérou, on met de côté une oligarchie incapable et on va développer le pays. C'est la même chose en Équateur, en Honduras. 

Maud CHIRIO, historienne, maître de conférences à l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée. Elle est l’auteure de "A política nos quartéis" (Zahar, 2012) et de "La politique en uniforme" (PUR, 2016), et elle fait partie du Réseau Européen pour la Démocratie au Brésil (RED.Br). 

« Bolsonaro va mettre en place un régime fascisant », Le Monde, le 25/10/2018

T80% des grands leaders politiques en Amérique latine ont un passé militaire, des connexions militaires ou sont des militaires. L'armée est donc omniprésente.

[Sur le pronunciamiento] On l'associe à des coups d'État. Mais le pronunciamiento, au XIXème siècle, n'est pas un coup d'Etat. C'est un acte politique mené par un chef militaire qui prétend rétablir la souveraineté du peuple contre un mauvais gouvernement. Et cet imaginaire d'hommes en armes qui sont aussi des hommes politiques qui rétablissent la souveraineté populaire, a été présent tout au long du XXème siècle, y compris au service de ce qui était des coups d'État réactionnaires, y compris auteur à l'origine de dictatures militaires.  

Federico TARRAGONI, sociologue, maître de conférences à l'université Paris-Diderot, où il dirige le Centre de recherches interdisciplinaires sur le politique (CRIPOLIS). 

Je pense que la catégorie de coups d'état est mal utilisée et assez idéologique. Ce qui s'est passé, c'est une crise politique comme les sociétés en connaissent qui doit beaucoup à ce problème de la hantise de la réélection qui caractérise la culture politique bolivienne, mais également à un sentiment de déclassement des classes moyennes qui, pourvus de capitaux scolaires, de diplômes, voient en effet l'installation dans les postes de pouvoir, dans l'administration publique d'une élite indigène qui regarde avec beaucoup de méfiance. La Bolivie reste un pays très raciste, avec un colonialisme interne très puissant. 

Intervenants
  • Sociologue, spécialiste de l’Amérique latine contemporaine, directeur d’études à EHESS
  • Historienne, maître de conférences à l'Université de Paris-Est Marne-la-Vallée.
  • Maître de conférences en sociologie à l'Université Paris 7-Denis Diderot et agrégé de sciences sociales, auteur de Sociologies de l'individu (La Découverte, 2018)
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......