LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une partie des maires de Bretagne, lors de l'Assise des Maires Bretons (Saint-Brieuc, le 03/04/2019)

Qui veut encore être maire ?

38 min
À retrouver dans l'émission

Le 102ème Congrès des Maires s'ouvre à Paris, à quatre mois des municipales. Plus de la moitié d'entre eux ont prévu de ne pas se représenter aux élections de 2020: ce symptôme de "blues des maires" est-il caractéristique de la réalité de cette fonction ? Que signifie être maire aujourd'hui ?

Une partie des maires de Bretagne, lors de l'Assise des Maires Bretons (Saint-Brieuc, le 03/04/2019)
Une partie des maires de Bretagne, lors de l'Assise des Maires Bretons (Saint-Brieuc, le 03/04/2019) Crédits : Damien MEYER - AFP

Nous sommes en direct depuis le Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris, où se tient le 102e congrès des maires de France. Cet après midi, vous l’avez entendu dans le journal, ce congrès attendait avec impatience le discours du Président de la République dont la politique a été sévèrement critiquée par le président de l’AMF, François Baroin. Son vice-président, André Laignel, a de son côté évoqué la fin de mandats d’un certain nombre de maires, des maires « marqués par un mandat municipal bouleversé et éprouvant » . Qui veut encore être maire ? C’est la question que nous posons à nos trois invités à quatre mois des municipales.

Pour aller plus loin :

Actualités :

Congrès des maires 2019 : l’AMF attend Emmanuel Macron de pied ferme, La Gazette des Communes, le 05/11/2019

Engagement et proximité: l'Assemblée nationale à son tour veille sur les maires, La Croix, le 16/11/2019

Loi « Engagement et Proximité » : les élus divisés sur l'intercommunalité, Les Echos, le 15/11/2019

La moitié des maires veulent passer la main en 2020, Le Monde, le 15/11/2018 [Abonnés]

Sur les inquiétudes et les colères des maires :

Luc Monnet, maire démissionnaire en colère contre la SNCF, Le Parisien, le 17/11/2019

Le Sénat au chevet des maires victimes de violences en tout genre, Le Point, le 02/10/2019

Le grand blues des maires de France, Le Monde, le 16/08/2019

François Rebsamen : « Il y a un décalage entre les paroles de Macron et les actes sur le terrain », Les Echos, le 18/11/2019

Heurs et malheurs des maires de France, Le Monde, le 15/11/2018 [Abonnés]

Sur nos invités :

Pierre REY, Maire d'Autrechêne (90140) et président de l'Association des maires du Territoire de Belfort.

Sur son métier de maire :

J'ai eu 71 ans la semaine passée et voilà, j'ai envie de vivre. J'ai sacrifié beaucoup de ma vie pour ma commune. Être maire, c'est un sacerdoce aujourd'hui. 

Dans une commune, dans les petits villages, le maire il est tout à la fois. Il n'y a plus de curé, donc il faut un psy de service. Il est employé communal. Il est secrétaire bis. Il conduit le bus scolaire aussi. C'est tout à la foi.

On est très économe, surtout dans les petites communes, avec des moyens qui ont diminués pratiquement de moitié. Je crois que c'est quelque chose qu'il faut bien noter. On a un mandat, un mandat pourri.  

L'Etat gère notre argent en nous retirant une partie et en ne nous donnant pas ce que nous avons produit et quelque part.

Christine de Neuville, Maire de Vicq sur Breuilh (87260). Elle a déjà fait 3 mandats et se présente à un 4ème. 

Sur son métier de maire :

Pour moi, c'est vraiment un cadeau de la vie parce que ça m'a permis de me déployer dans un univers ni trop grand ni trop petit. Et j'ai toujours trouvé que c'est intellectuellement absolument formidable d'être au début d'une décision, de la voir s'appliquer et d'être là pour en cueillir les fruit. 

On aimerait bien ne pas être considérés comme des demi citoyens. En fait, pour beaucoup de nous, un maire c'est quelqu'un qui essaye de voir un peu plus loin et qui a donc des projets. On ne fait pas que de la gestion de trottoir.

Agnès Le Brun, Maire de Morlaix (29600) depuis douze ans, et vice-présidente de l’Association des Maires de France (AMF).

La République des maires? Oui, bien sûr. Les maires sont le premier maillon de la cohésion sociale. 

Je pense qu'il y a eu un Acte I dans les relations entre le Président de République et les maires, qui a été un faux pas, c'est à dire qu'il y a eu une forme d'indifférence, il y a eu une forme d'ignorance, voire d'arrogance. Et c'est vrai que ça a posé problème. Ensuite la démocratie a pris un sacré coup de froid avec la crise et gilets jaunes et il a bien senti que nous avons tenu la maison.  

On est issu du suffrage universel, il n faudrait peut être pas l'oublier.  On n'est pas là par hasard. Nous sommes là pour servir, c'est à dire pour construire et pour donner des services de proximité.

Il y a la nécessité de créer une nouvelle citoyenneté. Et pour créer une nouvelle citoyenneté, il faut une implication collective autour d'un bien commun. L'impôt est l'un des leviers et l'un des moyens pour incarner ce bien commun;

L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......