LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
 Suite aux manifestations, une dizaine de plainte a été déposée dans les commissariats corses.

#IwasCorsica : un "post #MeToo" français ?

43 min
À retrouver dans l'émission

La force d’un hashtag a libéré la parole des femmes corses. Pour en finir avec l’omerta, des centaines de jeunes filles manifestent sur l’île, depuis juin, pour réclamer justice contre leurs agresseurs présumés. La Corse incarne-t-elle la nouvelle vague du féminisme français "post #MeToo" ?

 Suite aux manifestations, une dizaine de plainte a été déposée dans les commissariats corses.
Suite aux manifestations, une dizaine de plainte a été déposée dans les commissariats corses. Crédits : Pascal Pochard-Casablanca - AFP

#IwasCorsica. Derrière ce titre friand de hashtags : la naissance d’un mouvement citoyen qui a surpris. Suite au succès sur les réseaux sociaux de ce mot-dièse par lequel des femmes révélaient avoir été violées à l'âge de 13, 14, 15 ans ou plus, deux manifestations ont eu lieu dans la région. Une première le 21 juin, à Bastia, et une seconde à Ajaccio, dimanche dernier, en présence de plus de 400 personnes. L’objectif des protestataires : dénoncer les viols et les violences sexuelles en Corse.  

Alors que le mouvement #MeToo, en forte croissance avant la crise de la Covid-19, semblait marquer le pas, trouvera-t-il sur l'île de Beauté – où il était auparavant peu suivi – un nouveau relais ? 

Pour en débattre, nous recevons Julie Allione, réalisatrice du documentaire Viril.e.s sorti en 2019 (disponible en DVD), Laetitia Maroccu, présidente de l'association Donne e Surelle, conseillère municipale d'Ajaccio et Laure Murat, chercheuse spécialisée dans l'histoire culturelle et Professeure à l'UCLA.

Il y a un court-court-circuitage de la transmission. Les jeunes filles qui sont aujourd’hui dans la rue ont grandi avec le mouvement #Metoo. Elles ont trouvé leurs informations via les réseaux sociaux, et pas seulement via la transmission de leur mère ou de leur grand-mère. Elles portent un nouveau féminisme.      
Julie Allione, réalisatrice du documentaire "Viril.e.s"

Il faut faire un effort critique pour revoir nos habitudes, afin de comprendre par quoi on est agi. C’est très difficile, car on baigne dedans, mais il faut que les normes actuelles changent.      
Laure Murat, historienne et professeure à l'UCLA

Il y a une immense prise de conscience, mais il reste encore  beaucoup à faire. A la préfecture, nous avons ainsi formulé plusieurs demandes, comme  la formation des professionnels du monde médical, éducatif et de la police, avec une prise en compte systématique des plaintes. Il ne faut pas généraliser ces actes, mais il ne faut pas non plus les minimiser.      
Laetitia Maroccu, conseillère municipale d'Ajaccio et présidente de l'association corse Donne e Surelle. 

Pour aller plus loin :

Agressions sexuelles : la Corse témoigne sur Twitter, par Jeanne-F. Colonna, Nice-Matin, 09.06.2020.

#IwasCorsica, le #Metoo corse : sur l’île aussi, les femmes s’unissent contre les violences sexuelles, par Valérie Lehoux, Télérama, 07.07.2020.

Quand l’homme se pose en insulaire du continent qu'est la femme, par Cédric Lépine, Médiapart, 01.07.2020.

Intervenants
  • chercheuse spécialisée dans l'histoire culturelle, professeure au département d'études françaises et francophones de l'Université de Californie-Los Angeles.
  • réalisatrice
  • Présidente de Donne e Surelle, conseillère municipale d'Ajaccio
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......