LE DIRECT
Une devanture de cinéma qui tombe en décrépitude interroge sur l'actualité du cinéma en tant que lieu et espace

Le cinéma est-il encore au cinéma ?

38 min
À retrouver dans l'émission

Le développement des plateformes telles que Netflix, interroge sur le futur du cinéma. Ce dernier existe-t-il aujourd’hui en dehors du cinéma ? Dans ce contexte, comment les réalisateurs, les producteurs, les scénaristes et les exploitants innovent-ils ?

Une devanture de cinéma qui tombe en décrépitude interroge sur l'actualité du cinéma en tant que lieu et espace
Une devanture de cinéma qui tombe en décrépitude interroge sur l'actualité du cinéma en tant que lieu et espace Crédits : Marcel ter Bekke - Getty

Quand on va au cinéma, on lève la tête. Quand on regarde la télévision, on la baisse.                                                                                                       
Jean-Luc Godard

La puissance des plateformes telles que Netflix, Disney plus ou Amazon Prime, ainsi que les critiques récurrentes contre la « marvellisation d’Hollywood » (Martin Scorsese) et le développement, non plus de films de cinéma mais, de « motion pictures », - c’est ainsi que les nomment certains réalisateurs de films à gros budgets hollywoodiens -, tout cela permet de se demander, à l’avant-veille des Oscars, où est aujourd’hui le cinéma.

Bien sûr, ces transformations auront et ont déjà des conséquences sur l’écriture du cinéma, sur son financement et sur sa survie en tant qu’art. 

La fin du "réalisateur-roi" ?

D'après Marie Masmonteil, les plateformes "ont plus de contrôle sur les séries", la preuve en est, qu'à propos d'une des séries les plus chères qui aient existé, Games of thrones, "on est incapable de citer un réalisateur". A ce titre, Thomas Cailley reconnait que dans "l'écriture sérielle", "la partie narrative est peut-être plus importante proportionnellement que la mise en scène [...], c'est pour ça que de l'importance est donnée au showrunner". 

L'usage de la salle 

Alors que Dominique Boutonnat, Président du Centre national du cinéma et de l'image animée, déclare que la salle n'est plus un "élément structurel", le réalisateur Thomas Cailley affirme qu'"au cinéma, il y a autre chose qui se passe, [et que cela est] rendu possible par l'image et par le rapport à la salle. C'est un rapport qui est dans la sensation beaucoup plus que dans la compréhension". 

Cependant, ce dernier reconnait que "le cinéma n'est pas qu'au cinéma, il est aussi sur les plateformes", en témoigne le dernier film des frères Safdie, Uncut Gems, sorti exclusivement sur Netflix, qu'il qualifie de "génial". 

Le cinéma n'est pas mort 

Carole Desbarats, ancienne directrice des études à la Fémis, relativise la présumée mort annoncée du cinéma français : "Dans les années 1950 on a dit que le cinéma allait mourir à cause de la télévision, dans les années 1980, à cause de la VHS, dans les années 2000, c'était le DVD, aujourd'hui ce serait Netflix".
Cependant elle s'inquiète des changements introduits par les plateformes dans la manière de créer et notamment de "l'emprise américaine qui peut avoir quelque chose de très dangereux sur la façon dont on fait de l'art en France". 

Intervenants
  • Réalisateur et scénariste
  • Directrice artistique des rencontres nationales du Havre sur les séries, ancienne directrice des études de la Fémis, l'Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son
  • Productrice pour Elvézir Films, présidente du collège cinéma Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI)
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......