LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un kiosque à journaux dans le quartier du Panier à Marseille, en France (1977)

Le fait divers fait-il diversion ?

48 min
À retrouver dans l'émission

Le Figaro qui crée une cellule spéciale contestée par la SDJ, France 2 qui lance ce samedi une nouvelle émission présentée par Marie Drucker, BFM toujours... beaucoup de médias mettent l'accent sur le traitement des faits divers. Miroir ou écran de notre société ?

Un kiosque à journaux dans le quartier du Panier à Marseille, en France (1977)
Un kiosque à journaux dans le quartier du Panier à Marseille, en France (1977) Crédits : Jean-Marc ZAORSKI/Gamma-Rapho via Getty Images

Ce samedi, France 2 lançait son nouveau magazine, Au bout de l’enquête : la fin du crime parfait ?, produit et présenté par Marie Drucker qui défend une forme élégante, ni sordide, ni voyeuriste, du fait divers. Un peu plus tôt, le 5 février, les éditions de l’Olivier publiaient L’Inconnu de la Poste de Florence Aubenas, qui fait aussi le pari du temps long et de la forme élaborée pour transformer le fait divers en fresque sociale. Mais on apprenait par ailleurs, il y a quelques jours, que la création d’une nouvelle cellule fait divers au Figaro, qui alimente depuis le 11 janvier le site du journal, suscitait l’inquiétude de la société des journalistes du quotidien. 

« Développer la couverture des faits divers à dix-huit mois d’une élection présidentielle n’a rien d’anodin » remarque dans Le Monde un journaliste du Figaro qui redoute la « volonté d’entretenir une psychose sécuritaire ». C’est l’éternelle question à propos de ce type d’informations bien spécifique, qui fascine et attire toujours lecteurs et spectateurs : d’un côté, ils peuvent être traités comme des faits de société, mettre à l’agenda des préoccupations légitimes liées à la sécurité, aux mœurs, aux crimes… de l’autre, il y a le risque de monter en épingle des faits anodins, ou en tout cas qui ne sont pas représentatifs de quoi que ce soit. Il s’agit donc toujours de s’interroger, à quelle condition un fait divers devient-il un fait politique ? Et surtout de se demander pour paraphraser le sociologue Pierre Bourdieu : « le fait divers fait-il diversion ? ». 

Je pense que le fait divers est un matériau journalistique exactement comme les autres et je suis assez surpris que mes camarades du Figaro s'inquiètent de la création d'une cellule faits-divers. Il y en a à peu près partout, dans tous les médias, les radios, les télés, les journaux, la PQR, les hebdos (...). Le fait divers fait comprendre quelque chose (...). - Dominique Rizet -

Il faut avoir une approche assez nuancée, et je pense qu'il faut catégoriser mieux le fait divers, parce que c'est une catégorie fourre-tout. Derrière ce terme, il y a des réalités criminelles et sociales qui sont très différentes. (...). Une première catégorie qui va être révélateur des mutations sociales, qui va participer à la levée des tabous sur un sujet, donc il y a une vertu démocratique du fait divers ( affaire Bobigny et l'avortement, affaire Humbert et l'euthanasie, affaire Sauvage et violences conjugales, affaire Halimi et l'antisémitisme...). Et puis, il y a des faits divers qui vont être plus clos sur eux-mêmes, qui ne posent pas une menace directe sur la société, elles peuvent avoir un impact sur des dysfonctionnements sur des institutions policières, judiciaires ou médiatiques (affaire Grégory, affaire Dupont de Ligonnès... Et enfin le fait divers relatif au récit des violences du quotidien, qui vient illustrer un récit (affaire Yuriy)... Claire Sécail

Il y a plusieurs points qui peuvent paraître inquiétants. On peut se féliciter qu'on crée une cellule fait divers au Figaro, le problème c'est les conditions dans lesquelles elle est créée et le contexte. (...). Faire du fait divers à la manière du web est assez peu intéressant socialement et ça n'est plus que angoissant. On se pose des questions de ce pourquoi de cette création à un an et demi des élections présidentielles. Patrick Bèle

Intervenants
  • Chargée de recherches au CNRS, Laboratoire Communication et Politique
  • Journaliste au service étranger du Figaro quotidien chargé de l'Amérique latine
  • Journaliste à BFM
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......