LE DIRECT
Les plus jeunes font de plus en plus l'objet de critiques de la part de leurs aînés pour une attitude qui serait désinvolte face au virus.

Reprise de l'épidémie : faut-il blâmer la jeunesse ?

44 min
À retrouver dans l'émission

Lors de son dernier point épidémiologique, Santé publique France a noté une hausse des nouveaux cas de Covid-19 particulièrement marquée chez les 25-35 ans. Alors que les critiques sont virulentes envers les comportements à risque de certains jeunes, assiste-t-on à une fracture entre générations ?

Les plus jeunes font de plus en plus l'objet de critiques de la part de leurs aînés pour une attitude qui serait désinvolte face au virus.
Les plus jeunes font de plus en plus l'objet de critiques de la part de leurs aînés pour une attitude qui serait désinvolte face au virus. Crédits : Peter Dazeley - Getty

Depuis le 11 mai, aux abords du bois de Vincennes, c’est chaque weekend la même scène. Alors que la nuit tombe, des grappes de jeunes gens affluent, en métro ou à vélo. Des files se forment dans la pénombre, avant de s’enfoncer, plus ou moins discrètes, dans les allées sombres du Bois, cet immense parc de l’Est parisien aux allures de forêt.

Tous les weekends, depuis le déconfinement, une certaine jeunesse parisienne se donne rendez-vous au Bois de Vincennes pour danser jusqu’au petit matin dans des free parties, des fêtes organisées illégalement. Si les boîtes de nuit restent fermées, et les grands rassemblements festifs interdits, cet été, Paris est une fête malgré tout.

Ce phénomène essaime bien au-delà de la capitale, en témoigne l'immense rave party qui s’est tenue à Hures-la-Parade, dans les Cévennes, du samedi 8 au mercredi 12 août sans interruption. L’événement fut très suivi par les médias, qui ont été ces dernières semaines particulièrement prompts à fustiger l’irresponsabilité d'une jeunesse qui danse en temps de crise sanitaire.

Pendant ce temps, les bilans épidémiologiques tombent et montrent effectivement une reprise épidémique importante, particulièrement marquée chez les moins de 30 ans. Est-ce à dire que les jeunes sont responsables de la reprise de l’épidémie ? La jeunesse est-elle devenue le bouc émissaire de cette crise sanitaire ?

Pour en débattre, nous recevons le sociologue spécialiste du vieillissement Serge Guérin, le chercheur au CNRS Henri Bergeron, le bibliothécaire et signataire d'une tribune le 15 août dans Le Parisien Nathanaël Travier, et l'enseignant-chercheur à l'EHESP Pascal Crépey

Les mesures de sécurité prises dès le confinement sont moins efficaces pendant la période estivale, l’épidémie n’est donc plus autant sous contrôle. Mais l’augmentation de cas est générale : la relier à des comportements précis, à des catégories d’âges, c’est compliqué.  
Pascal Crépey

Depuis le déconfinement, le gouvernement appelle à une reprise économique avec des incitations à dépenser, sortir, aller en vacances… Et c’est ce qu’on fait les jeunes. Par ailleurs, on oublie souvent que c’est la jeunesse qui s’est retrouvée en première ligne au pic de la crise, notamment dans les services hospitaliers. Le discours médiatique négatif encourage une critique systématique de leur comportement, et il y a donc une certaine lassitude.    
Nathanaël Travier

La jeunesse, cela ne veut rien dire. Il y a plein de manière de vivre son âge, sa citoyenneté. Quand arrête-t-on d’être jeune ? Pendant le confinement, on a d’abord infantilisé les plus âgés, et c’est à présent l’inverse qui se produit. Il faut sortir de ce genre de discours de guerre des générations.    
Serge Guérin

Il faut des campagnes de sensibilisation plus ciblées, en s’adressant directement à des populations ou des situations à risque. Pour que chacun comprenne quel comportement adopter, que le message soit entendu et qu’il y ait des résultats, il ne faut pas tout mettre sur le dos d’une catégorie d’âge.    
Henri Bergeron

Intervenants
  • Chercheur CNRS au CSO (Centre de Sociologie des Organisations) de Sciences Po
  • sociologue, spécialiste du vieillissement
  • enseignant-chercheur en épidémiologie et biostatistiques à l’Ecole des hautes études en santé publique à Rennes.
  • Bibliothécaire
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......