LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La vie d'un bistrot, à Arles.

Places, ronds-points, bistrots : que reste-t-il des lieux publics du débat ?

43 min
À retrouver dans l'émission

Hors des hémicycles de la représentation nationale, loin de nos bulles numériques, où la parole publique trouve-t-elle à circuler ? Des ronds-points récemment investis, aux places, en passant par les bistrots, quels sont les lieux propices à l'expression d'une opinion, d'une idée, d'une colère ?

La vie d'un bistrot, à Arles.
La vie d'un bistrot, à Arles. Crédits : Anne-Christine Poujoulat - AFP

On s’est mobilisés sur les ronds-points. On a imaginé un monde meilleur, un monde nouveau, sur les places de Nuit Debout. On refait le monde, encore, toujours, dans les bars et les cafés. Car débattre, c’est échanger, discuter, transmettre. Mais c’est aussi, d’abord, aller à la rencontre de l’Autre et de sa pensée. C’est se réunir dans un lieu, en embrasser les codes ou les bousculer. C’est définir, avant toute chose,  des points de rassemblement et de ralliement. Alors que reste-t-il des lieux publics du débat ? Qu’est-ce que chacun d’entre eux incarne, symbolise ? Qu’est-ce qu’ils révèlent des personnes ou des mouvements sociaux qui les investissent et se les approprient ? Et qu’est-ce que ces lieux racontent de la France d’aujourd’hui ?

Avec Pierre Boisard, sociologue, auteur de « La vie au bistrot » (PUF), Patrice Maniglier, philosophe, maître de conférences en philosophie à l'Université Paris-Nanterre, Luc Gwiazdzinski, géographe, enseignant en aménagement et urbanisme à l'Université Joseph Fourier (IGA) à Grenoble, responsable du Master innovation et territoire et  Gaëlle Pairel, responsable de la conception et de la coordination des manifestations de la Fédération des cafés-librairies de Bretagne. 

Le bistrot est à l'image du reste de la société. On s'y rencontre, on apprend à se connaitre, on discute de choses intéressantes ou bien on dit des bêtises. Le zinc est comme un mini forum : on est interpellé, on discute de choses et d'autres, ça va très vite. On montre son habilité dans la discussion, on a de la répartie, on peut être drôle ou triste. C'est un peu comme la vie : c'est un concentré de vie. Pierre Boisard,

Les Gilets jaunes ont réussi à faire des ronds-points, qu'on pourrait qualifier de pires lieux de la mobilité avec le bruit, la circulation, la population, un espace public. Ils ont réussi à réinventer là le comptoir, l'espace public, un lieu de débat organisé. Et ces ronds-points ont réuni des personnes qui ne sont pas habituées à débattre, qui sont parfois sorties de toutes sortes d'échanges, mais qui ont réussi à organiser les conditions d'un débat. Luc Gwiazdzinski,

La place est un lieu particulièrement ouvert, c'est un lieu de passage. N'importe qui, en principe, est susceptible de s'arrêter devant une estrade où quelques micros et enceintes sont installés, de sorte à forme une sorte de tribune tournante. Dans la réalité, cela correspond à une sociologie déterminée. Mais ce qui est tout de même caractéristique des places, c'est la volonté de capter l'énergie de la révolte indéterminée, l'indignation, une sorte de soulèvement moral devant les inerties des autorités de toute sorte. Patrice Maniglier

Nos lieux démocratisent l'accès au comptoir, qui plutôt vu comme un lieu d'espace masculin. Or, le fait qu'il y a ait, dans nos librairies cafés, des livres, fait qu'on a un public féminin, ainsi qu'un public familial plus nombreux que dans un bar classique. Donc les portes d'entrées sont multiples, et c'est tout l'intérêt de ces librairies atypiques : nous sommes essentiellement des librairies mais nous avons pleinement envie de développer ces lieux de convivialité. Gaëlle Pairel

Intervenants
  • philosophe, maître de conférences en philosophie à l'Université Paris-Nanterre
  • Géographe, professeur à l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Toulouse, chercheur au LRA et associé à l’EIREST (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Responsable de la conception et de la coordination des manifestations de la Fédération des cafés-librairies de Bretagne
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......