LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les traces de nos vies en pandémie sont-elles masquées ?

Coronavirus, une conversation mondiale : Quelles traces de nos vies en pandémie ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Les traces que laisse sur nous la période si étrange que nous traversons sont multiples : matérielles ou immatérielles, visibles ou invisibles, intimes ou collectives... puisqu’elle-même s’est promise de garder trace de cet événement si particulier.

Les traces de nos vies en pandémie sont-elles masquées ?
Les traces de nos vies en pandémie sont-elles masquées ? Crédits : Sergi Escribano - Getty

Puisqu’il nous faut désormais « vivre avec le virus », le Temps  du  Débat reprend la conversation mondiale ouverte à la veille du confinement. Chaque vendredi, sur le site et à l’antenne, est engagé un dialogue entre des artistes, intellectuels, de France et d’ailleurs,  pour nous aider à comprendre ce qu'il nous arrive.

Les historiennes et historiennes du XXe siècle nous impressionnent quand ils nous rapportent le nombre de cartes postales envoyées du front à l’arrière et de l’arrière au front : un million et demi par jour pour la France, plusieurs milliards pendant tout le conflit. 

Qu’en sera-t-il un siècle plus tard avec une épidémie mondiale et les milliards de mails, sms, réunions en vidéoconférences ou messages éphémères postés chaque jour dans le monde entier touché par la Covid ? 

A ces traces stockées dans d’immenses serveurs, s’ajoutent les signes urbains du confinement collectés par des chercheurs mais aussi les recueils de rêves de confinés. 

Des signes à interpréter car le Covid laisse des traces, comme l’évènement mondial qu’il est. 

Nous en discutons ce soir avec le philosophe Maurizio Ferraris, professeur à l’université de Turin et auteur aux éditions du Cerf de Documentalité. Pourquoi il est nécessaire de laisser des traces ? et avec la sociologue Sarah Gensburger, qui a lancé avec Marta Severo, pendant le premier confinement le programme Vitrines en confinement qui a collecté des centaines de traces du confinement dans les rues.

Depuis le début du confinement, l'équipe du Temps du débat a  rassemblé sur le site de France Culture près de quatre-vingt-dix textes d’écrivains, d’artistes ou d’intellectuels du monde entier qui nous ont donné leur regard sur la crise en cours. Cette saison, cette  conversation continue chaque vendredi. Nous vous invitons à lire la  contribution de la semaine, signée Maurizio Ferraris : "Le virus, comme le web, ne va nulle part sans les humains"

Intervenants
  • professeur ordinaire de Philosophie théorique à l’université de Turin
  • sociologue et historienne (CNRS / Institut de Sciences sociales du Politique)
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......