LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Est-il raisonnable de croire en la raison ?

Lutte contre le complotisme et les fake news : est-il raisonnable de croire en la raison ?

38 min
À retrouver dans l'émission

La commission «Les Lumières à l’ère du numérique» présidée par Gérald Bronner, qui s’est ouverte le 29 septembre dernier, a pour but de trouver des solutions pour lutter contre la désinformation en France, notamment en mettant l'usage de la raison à l'honneur. Mais la raison suffit-elle ?

Est-il raisonnable de croire en la raison ?
Est-il raisonnable de croire en la raison ? Crédits : Getty

Depuis quelques semaines se dessine dans la sphère publique un nouvel arc de la raison dont un des signes a été la constitution d’une commission « Les Lumieres à l’ère du numérique » dirigée par le sociologue Gérard Bronner dont le but est de proposer avant la mi-décembre à la présidence de la République des réponses au développement des fake news au nom de la rationalité. 

Mais cette commission n’est qu’une des multiples instances de régulation imaginées pour combattre la désinformation qui pourtant n’a pas disparu des réseaux sociaux. 

Est-il si simple d’opposer raison et obscurantisme ou irrationalité ? Quel rôle a joué la crise de la Covid dans l’accélération de ces problématiques ? Est-il possible de convaincre ceux qui doutent déjà le plus la parole officielle ? 

Pour ce débat organisé en partenariat avec le magazine Chut!, Emmanuel Laurentin et Sophie Comte, directrice de la rédaction de Chut, reçoivent Thierry Ripoll, professeur de psychologie cognitive à l'université d'Aix-Marseille, Aude Favre, journaliste et membre de la commission "Les Lumières à l'ère du numérique" et Arnaud Saint-Martin, sociologue chargé de recherches au CNRS. 

"Dans le titre même de l'émission, il y a un oxymore difficile à traiter puisqu'on associe deux termes qui sont quand même contradictoires, en tout cas dans l'histoire des sciences et de la philosophie, ce sont les termes "croire" et "raison". J'ai tendance à opposer, d'ailleurs ça n'est pas moi mais la tradition, la croyance et la raison, ainsi la formule "croire" en la raison me pose problème. Je préférerais dire que je soutiens une approche rationnelle des informations dont on dispose et je crains qu'aujourd'hui cette approche rationnelle perde un peu de sa vigueur, ça ne date pas d'aujourd'hui mais disons que ça s'est renforcé. Je crois qu'il est très important de ne pas associer les termes "croyance" et "raison"  parce que c'est presque une astuce qu'utilisent les complotistes, c'est une manière de faire un amalgame entre croyance et raison qui me parait dangereuse" Thierry Ripoll

"J'ai été sidérée en 2019 quand j'ai lu un rapport d'une ONG Global Disinformation Index, ce rapport établissait qu'il y avait 235 millions de dollars minimum par an qui allaient dans des sites de désinformation, simplement avec la publicité en ligne. J'ai été vraiment sidérée de voir que seulement deux articles avaient été écrits sur ce rapport. Personne ne s'est emparé de cette question, alors qu'on touche quand même le cœur du réacteur : les fake news, ça permet quand même de faire sa propre propagande, de se faire une notoriété et en plus d'être payé, voire très bien payé, donc ça cumule quand même beaucoup de vices humains. La question de la monétisation est fondamentale ! (...) Je trouve ça intéressant en tant que journaliste de se pencher un peu sur les solutions qu'on peut apporter à ce problème" Aude Favre

"Je crois aussi qu'il a des façons de raconter "l'adhésion complotiste", on peut aussi s'adonner à un travail très patient de compréhension des raisons d'agir des uns et des autres, et on peut le faire en sciences sociales sans pathologiser, sans psychologiser non plus, ni dramatiser ou moraliser, et le faire par les voies du journalisme d'investigation. Par exemple, j'avais beaucoup suivi les enquêtes de William Audureau qui est aux décodeurs du Monde qui suivait le mouvement QAnon aux États-Unis : j'ai trouvé ça merveilleux. Il y a toute une série de papiers où il essaie de comprendre comment la croyance vient à la communauté, comment elle est retraduite, travaillée et comment il y a toute une construction communautaire et comment cette croyance devient de plus en plus extrême(…). C'est un exemple parmi beaucoup d'autres du type d'enquêtes qu'on pourrait faire sans cliver ni réifier cette adhésion complotiste parce qu'une fois qu'on a figé quelqu'un dans une croyance, il y a peu de chance de pouvoir le rattraper" Arnaud Saint-Martin

Pour des informations supplémentaires :

Le documentaire de Aude Favre et Sylvain Louvet "Fake News, la machine à frics" à voir sur France 2.

https://www.france.tv/france-2/complement-d-enquete/2721737-fake-news-la-machine-a-fric.html

Bibliographie

Intervenants
  • Chercheur en psychologie cognitive à l'université d'Aix-Marseille et membre du Laboratoire de Psychologie Cognitive.
  • Journaliste et youtubeuse (chaîne WTFake), également membre de la commission "Les Lumières à l'ère du numérique" présidée par Gérald Bronner
  • Sociologue, chargé de recherches au CNRS.
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......