LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Lors de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, le président Emmanuel Macron a annoncé un nouveau plan d’investissement pour la rentrée.

Le plan d’investissement peut-il contribuer à sauver l’industrie française ?

44 min
À retrouver dans l'émission

Fin juillet, le gouvernement a annoncé la deuxième phase de son plan de relance pour l'industrie, prévu pour la rentrée. Au programme : investissements dans l'innovation afin de rattraper le retard industriel français. Mais miser sur l'innovation ne met-il pas en péril les industries historiques ?

Lors de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, le président Emmanuel Macron a annoncé un nouveau plan d’investissement pour la rentrée.
Lors de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, le président Emmanuel Macron a annoncé un nouveau plan d’investissement pour la rentrée. Crédits : Le plan d’investissement peut-il contribuer à sauver l’industrie française ? - Getty

Deux images résument à elles seules l’actualité estivale de l’industrie française.

La première : une centaine de métallurgistes, tristes et en colère, réunis pour un barbecue d’adieu devant la fonderie Fonte du Poitou, qui a fermé officiellement ses portes samedi dernier.

La seconde : le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, en déplacement jeudi dernier dans l’entreprise CARMAT, fleuron technologique spécialisé dans les cœurs artificiels, pour y faire notamment la promotion du tout nouveau plan d’investissement.

Un plan doté de 20 à 30 milliards d’euros et ciblés sur quelques secteurs d’avenir pour préparer la France de 2030 et engager sa ré-industrialisation.

Mais que signifie et que peut vraiment ce volontarisme industriel ? Est-il trop tard pour enrayer la désindustrialisation que connaît la France ? Quelle stratégie adopter pour rendre efficace le plan d’investissement ? Quelles ambitions assumer ?

Autant de questions qui traverseront ce soir Le Temps du débat d’été.

Pour en débattre, nous recevrons la docteure en géographie et géopolitique Anaïs Voy-Gillis, le chef du département Économie-Finances de France Stratégie Vincent Aussilloux, et l'ancien syndicaliste de la CFDT et ancien eurodéputé Édouard Martin

On s’est rendu compte, et la crise hélas, nous a rappelé à l’ordre : c’est bien d’avoir des entreprises ultra-compétitives sur les services, mais les services à qui ? S’il n’y a plus d’industries lourdes, s’il n’y a plus d’industries de base, si on est interdépendants de tous les autres pays aux alentours et notamment de la Chine (...) Ce serait peut-être bien qu’on reprenne la main sur des industries qui nous sont indispensables, je pense à l’aluminium, je pense à la pétrochimie, je pense à l’acier, au cuivre. Certes, c’est venu un peu tardivement, mais il faut le faire.              
Édouard Martin

Le point essentiel sur le plan d’investissement, c’est que la transition écologique est une opportunité pour la France pour reconstruire son leadership sur certains secteurs. Nous avons encore des secteurs très performants dans l’industrie, mais nous avons besoin de reconstruire certains secteurs qui ont perdu des marges de manœuvre. Donc ce plan va cibler la transition écologique notamment, et la transition numérique également, pour construire sur les opportunités  de répondre aux besoins sociétaux, aux grands enjeux et en particulier la décarbonation, et donc l’investissement dans l’hydrogène, dans les nouvelles mobilités. Tout ceci sont des enjeux essentiels que le plan va mettre en priorité.          
Vincent Aussilloux

On ne peut pas parler dans un plan d’investissement de baisse de fiscalité, c’est incohérent. Aujourd’hui on fait beaucoup de réformes fiscales, qui sont des corrections à la marge d’une fiscalité qui n’est plus adaptée aux défis qui se posent, aux industriels et à la société - à savoir notamment toute la question environnementale. Le deuxième problème c’est qu’aujourd’hui on a un refus de consentement à l’impôt qui est de plus en plus élevé, donc ça appelle bien à une nouvelle réflexion sur toutes ces questions de fiscalité (…) Il y a besoin d’avoir un impôt plus efficace et plus juste.      
Anaïs Voy-Gillis 

Pour aller plus loin : 

« La désindustrialisation a des conséquences économiques, sociales et politiques profondes », un article du Monde du 09/05/21

Plan d'investissement : comment Bruno Le Maire prépare la rentrée, un article des Echos du 30/07/21

Intervenants
  • Docteure en géographie à l'Institut Français de Géopolitique
  • directeur du département Économie-Finances de France Stratégie
  • Président de l'association BRIDGE (Bâtir le Renouveau Industriel sur la Démocratie et Génie Écologique), ancien eurodéputé et ancien syndicaliste CFDT
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......