LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Salle de cinéma vide

Reconfinement de la culture : comment faire face ?

50 min
À retrouver dans l'émission

Cinémas, théâtres, salles de concert, musées, librairies et bibliothèques : pourquoi la culture ne serait pas un bien essentiel ?

Salle de cinéma vide
Salle de cinéma vide Crédits : SEBASTIEN BOZON / AFP

Cinémas, théâtres, salles de concert, musées, librairies et bibliothèques… ne sont donc pas essentiels. C’est ce qui ressort des modalités du confinement annoncé mercredi par Emmanuel Macron et précisé le lendemain par Jean Castex. Depuis jeudi minuit les lieux de création et de diffusion de la culture ont fermé. Ils étaient déjà très éprouvés par le premier confinement, beaucoup craignent donc pour leur avenir. Car selon une étude du ministère de la culture publiée en juillet, le chiffre d’affaire total du secteur avait alors chuté de 25%, soit 22,3 milliards d’euros en moins. Avec une grande disparité évidemment entre les types d’offre culturelle : le spectacle vivant a énormément souffert, le cinéma ou la librairie aussi mais dans une moindre mesure. 

Et puis la reprise était là, très forte en librairie dès cet été, plus lente mais réelle ailleurs. La semaine dernière s’était révélée plutôt bonne par exemple  pour les salles de cinéma, avec près de 3 millions de spectateurs, un chiffre qui sans être spectaculaire retrouvait des niveaux comparables à ceux d’avant… Il faut encore une fois se réinventer, et penser à l’après, aux enjeux pour demain, de ce qui doit être modifié pour redonner à la culture sa force, qu’elle soit de nouveau considérée comme essentielle. 

Car cette présentation de la situation économique, si elle est nécessaire, est aussi le symptôme d’un besoin absolu de pouvoir mesurer, quantifier… qui ne rend que très imparfaitement compte de ce qu’on perd vraiment avec ces fermetures.

« Reconfinement de la culture : comment faire face ? »

"Depuis le premier confinement, nos commerces ont été équipés." Wilfrid Séjeau

"Face aux grandes enseignes, il y a une rupture d'égalité." Wilfrid Séjeau

"La question du sens et du rôle de la culture se posent." Emmanuel Demarcy-Mota

"Il n'y a pas de cluster dans les salles de cinéma." Elisha Karmitz

"Il faut saluer la solidarité de l'ensemble des acteurs du cinéma." Elisha Karmitz

"L'enseignement va avec l'art. Je comprends que le milieu culturel soit fort perplexe." Fabienne Brugère

"L'endroit de l'art c'est l'endroit de la pensée, de l'action, de la construction." Emmanuel Demarcy-Mota

"Dans les librairies, il y a un appétit très fort qui se manifeste depuis huit mois." Wilfrid Séjeau

"Click and collect" n'est pas suffisant : "Notre première fonction (en tant que libraire) est le conseil et la discussion." Wilfrid Séjeau

"Le grand avantage des arts : nous ouvrir à l'altérité. Créer du commun, faire du récit, tenter de comprendre." Fabienne Brugère

"La culture et les œuvres, ce sont des individus, des sujets." Fabienne Brugère

"Le cinéma est le seul commerce ouvert 7/7, du matin au soir." Elisha Karmitz

"Il faut lutter contre la tristesse et la mélancolie qui nous guettent en période de confinement." Emmanuel Demarcy-Mota

Musique diffusée :

  • I Got You Babe, de Sonny & Cher (cf. film culte Un monde sans fin)

Programme Tenir paroles mis en place par le Théâtre de la Ville. Des médecins travaillent avec les artistes.

Bibliographie

La politique de l'individu

La politique de l'individuFabienne BrugèreSeuil/La République des Idées, 2013

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......