LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Claude Brasseur sur le tournage de "Josepha" de Christopher Frank.

Claude Brasseur : "Je suis un vieux monsieur, mais je suis un jeune comédien !"

50 min
À retrouver dans l'émission

Claude Brasseur est l’invité du "Tête-à-tête" de Frédéric Taddeï. Il revient sur sa longue carrière aussi bien au théâtre qu'au cinéma et à la télévision. Sans oublier, son attrait pour le sport de haut niveau qui le maintient en forme et lui remet la tête sur les épaules.

Claude Brasseur sur le tournage de "Josepha" de Christopher Frank.
Claude Brasseur sur le tournage de "Josepha" de Christopher Frank. Crédits : william karel/Sygma - Getty

Il représente la sixième génération de la plus ancienne lignée de comédiens du monde. Son parrain était Ernest Hemingway, il a fait le conservatoire avec Jean-Paul Belmondo, il a fait la guerre puis débuté au cinéma avec Carné, Gabin, Renoir et Jean-Luc Godard. Il a joué dans ce que l'on a peut-être fait de mieux en matière de fiction à la télévision (les adaptations de Molière et de Marivaux ou Les Nouvelles Aventures de Vidocq réalisées par Marcel Bluwal).

Il a rejoint la troupe de théâtre de Roger Planchon après avoir atteint la célébrité au cinéma. Pilier de chez Castel il a fait parti de l’équipe de France de bobsleigh et remporté le Paris-Dakar.

Il a tourné près de cent-cinquante films et le dernier "Quand je serai petit" de Jean-Paul Rouve sort ces jours-ci, en attendant la reprise du "Tartuffe" de Molière, en tournée dans les festivals d’été et à la rentrée à Paris.

Quand il se retourne sur sa longue et prolifique carrière, Claude Brasseur dit qu'il a juste "passé le temps". "Je n'ai jamais eu l'impression de travailler", s'amuse-t-il, il est comme un enfant qui jouerait au gendarme et au voleur pendant les récréations.

Il explique comment il aborde un rôle, en étudiant son personnage par le scénario et par son imagination. Il dit d'ailleurs bien aimer "se prendre la tête" avant un rôle, il pose beaucoup de questions, "parce que ça m'amuse". Il distingue le cinéma du théâtre, au théâtre, dit-il "on est deux : il y a l'auteur et l'acteur, point". "Quand le rideau se lève au théâtre, je suis le patron".

Comédien faisant partie d'une dynastie d'acteurs, il évoque sa famille et tout ce milieu de la scène dans lequel il a baigné dès son enfance. Fils de Pierre Brasseur, il n'a jamais ressenti de compétition dans le fait d'être un "fils de".

Au théâtre, je n'aime pas jouer pour le public, mais j'aime bien jouer avec le public, le faire rentrer dans le jeu.

"Le sport, c'est objectif", affirme Claude Brasseur et ça le rassure par rapport à son activité artistique où la subjectivité et le goût de chacun règnent.

Revenir au théâtre pour jouer des classiques, c'est naturel et fondamental pour ce grand acteur de cinéma et de la télévision. "C'est merveilleux, j'ai l'impression d'être au Conservatoire !", se réjouit-il, "les comédiens devraient faire ça plus souvent, ça ne fait pas partie d'un plan de carrière, mais c'est beaucoup plus important que ça."

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......