LE DIRECT
Des bureaucraties recrutées sur concours ?

Aux origines de la Méritocratie

6 min
À retrouver dans l'émission

Michael Young, qui forgea le terme de "méritocratie" y voyait un cauchemar à la "1984". Comment ce mot en est-il venu à signifier mobilité sociale et promotion par les compétences ?

Des bureaucraties recrutées sur concours ?
Des bureaucraties recrutées sur concours ? Crédits : LEEMAGE - AFP

L’inventeur du mot "méritocratie" est mort en 2002, désespéré d’avoir été compris de travers. Michael Young, sociologue britannique, c’est de lui qu’il s’agit, aura été l’un des grands intellectuels organiques du Labour. Il est l’auteur du manifeste qui permit aux travaillistes de Clement Attlee de l’emporter, face au conservateur Winston Churchill, en 1945. Mais si son nom est revenu sur le devant de la scène dans les pays de langue anglaise, ces derniers temps, c’est à cause du livre qu’il a publié en 1958. Ce roman était intitulé L’Ascension de la méritocratie. Pour répondre à votre question, c’est lui qui a forgé ce mot nouveau. Or, un peu partout dans le monde, le concept de gouvernement par le mérite est à nouveau beaucoup débattu.

Et tout d’abord, une précision, le livre de Michael Young, L’Ascension de la Méritocratie, se voulait satirique. C’était une dystopie dans le genre du roman « 1984 », qui avait valu tant de succès à George Orwell une décennie plus tôt. Michael Young avait décelé une tendance de fond à l’œuvre dans les sociétés occidentales : la tendance des élites à asseoir de plus en plus leur légitimité sur leur intelligence et leurs compétences. Or, cela ne les rendait ni moins arrogantes ni moins dominatrices, bien au contraire. A la fin de son livre, les masses, exaspérées par le mépris et l’autoritarisme de la Méritocratie, se révoltaient en l’an 2033…

Michael Young combattait la méritocratie, explique aujourd’hui son fils, Toby Young, parce qu’il y voyait un moyen de perpétuer et d’accentuer l’inégalité sociale, en la légitimant par le diplôme. Mais, comme il l’écrit dans The Spectator, « une société plus méritocratique ne connaît pas nécessairement une plus forte mobilité sociale ». C’est que, dit-il, « les élites cognitives ont une fâcheuse tendance à l’auto-reproduction ».

Au temps de mon père, écrit Toby Young, la gauche était égalitariste. Aujourd’hui, elle est devenue méritocratique. Or, beaucoup en conviennent: des élites recrutées sur la base d’une sélection par le diplôme peuvent se fourvoyer tout aussi allègrement que celles qui proviennent de la naissance. Et elles peuvent également privilégier leurs propres intérêts au détriment de ceux du reste de la population. C’est précisément l’idée qui nourrit les populismes d’aujourd’hui. De Donald Trump à Beppe Grillo, on voit champignonner les politiques qui prétendent remettre les « têtes d’œuf » à leur place.

La revue américaine de critique culturelle The Hedgehog Review (La Revue du Hérisson) consacre un dossier au thème : la méritocratie et ceux qu’elle mécontente.

On y trouve un article d'Helen Andrews, universitaire australienne, qui fait remonter le concept de méritocratie à une date et à un lieu précis : Londres, 1854. A cette époque, explique-t-elle, William Gladstone, le célèbre homme d’Etat libéral britannique, trouve sur son bureau le rapport qu’il a commandé pour une réforme du service public. La tradition du « patronage » (népotisme en français) voulait alors qu’on récompensât les plus éminentes personnalités de leur soutien aux élections en leur offrant – à eux ou à leurs protégés - des emplois publics. Des strates de fonctionnaires recrutés d’après ce principe s’étaient accumulées. Et les services de l’Etat étaient devenus couteux, désorganisés, incontrôlables. Les auteurs du Rapport, Northcote et Trevelyan, proposaient en conséquence l’organisation d’un concours annuel de recrutement de la fonction publique, sur la base de connaissances de type universitaire, portant sur des matières allant du grec ancien à la chimie.

L’idée rencontra, certes, l’approbation de quelques-uns, comme le philosophe libéral John Stuart Mill ; mais l’hostilité du plus grand nombre. Et leurs arguments valent la peine d’être retenus, parce qu’on retrouve nombre d’entre eux aujourd’hui parmi les critiques de la méritocratie.

L’idée de recrutement des fonctionnaires par concours fut reçue à la fois comme l’irruption de l’univers scolaire dans la politique où il n’aurait rien à faire ; et comme une tentative de soumettre toute activité à l’acquisition préalable d’un diplôme : le célèbre romancier Anthony Trollope, qui était lui-même fonctionnaire des Postes, y fait une allusion directe, lorsqu’il se demande si l’exercice du métier d’épicier sera désormais soumis à l’obtention d’un certificat de porteur de cageots de légumes.

D’autres critiques pointèrent le fait qu’en ouvrir le recrutement à toutes les classes sociales, on allait devoir accueillir aussi des membres des classes inférieures. Dans une société de classe, comme l’étaient alors la Grande-Bretagne, ceux-ci auraient du mal à se faire respecter par les parlementaires et obéir par les financiers. Ils n’appartiendraient plus au même monde.

On critiqua aussi le sentiment d’indépendance que ne manqueraient pas de nourrir des fonctionnaires ne devant leur position qu’à leur seul mérite. N’auraient-ils pas tendance à s’émanciper du gouvernement, pour mener, sous couvert de rationalité, une politique conforme à leurs propres intérêts ?

Le système méritocratique fut considéré par beaucoup comme étranger à la mentalité britannique : il semblait inspiré à la fois du modèle de l’Empire napoléonien et, plus directement encore de la bureaucratie issue des réformes menées par Stein et Hardenberg quelques années plus tôt en Prusse. "Teutonic" and "napoleonic" ne sont pas des adjectifs très valorisant en Angleterre....

Lord Salisbury, important politicien conservateur, pointa le risque de voir la politique, qui demande de la souplesse et du doigté, confiée à des adeptes de la formule, des règles qu’on applique sans réfléchir.

Pour d’autres, enfin, la fonction publique avait servi jusqu’alors à caser des ratés ; la réserver à des méritants risquait d’en faire des apprentis-despotes.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......