LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'annexion de la Crimée rappelle aux Baltes leurs terribles souvenirs

6 min
À retrouver dans l'émission

Les petites républiques baltes, envahies tour à tour par les nazis et les Soviétiques, redoutent de faire à nouveau les frais d'un partage de l'Europe.

Les médias baltes se demandent à quelle sauce leurs petits pays vont être mangés dans le grand jeu de partage de l’Europe qu’ils redoutent entre Donald Trump et Vladimir Poutine.

C’est ce qu’écrit Imbi Paju sur le site Project Syndicate. Cette cinéaste et écrivaine, née en Estonie, vit et travaille en Finlande, tout comme la grande romancière Sofi Oksanen, dont elle est proche et que nous avons eu la chance de recevoir aux Matins de France Culture. Imbi Paju a notamment mis en scène une adaptation de Purge, le livre le plus connu de Sofi Oksanen. Elle est l’auteur d’un travail documentaire sorti en 2005 sur les violences infligées aux femmes par les Soviétiques dans les pays baltes, Memories Denied. Mais si l’on veut avoir une idée du traumatisme consécutif à leur annexion par l’Union soviétique, il faut absolument voir le film magique de Martti Helde, Crosswind. La croisée des vents. Une réussite esthétique inégalée : un film composé de tableaux vivants immobiles en noir et blanc, explorés par une caméra pleine d’empathie et de délicatesse.

Pour comprendre l’état d’esprit dans lequel les petites républiques baltes abordent la période, il faut garder en mémoire le sentiment de fragilité et de vulnérabilité qui leur vient de leur histoire récente.

Comme l’écrit de son côté Gregory Feifer dans Foreign Affairs, la mémoire de l’invasion soviétique de 1940, puis hitlérienne de juin 1941, suivie d’une nouvelle occupation soviétique en 1944, avec son cortège de massacres et de déportations hante encore la mémoire des Baltes. L’occupant nazi a exterminé la population juive – Vilnius était appelée « la Jérusalem du Nord ». Et les Soviétiques ont torturé de manière abominable leurs opposants – comme cela est exposé dans Purge, le livre de Sofia Oksanen. Il ont déporté 250 000 Baltes dans les camps du Goulag.

Nous n’avons pas oublié le Pacte Ribbentrop/Molotov, signé à l’été 1939 entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique, écrit ainsi Imbi Paju. Sa propre grand-mère a été déportée au fin fond de l’Union soviétique. Nous nous souvenons aussi des conséquences morales des violences commises contre nos peuples. Des compromissions, des collaborations, des dénonciations. Ce type de régime provoque la dégradation morale des individus. Car ce sont les plus corrompus qui paraissent alors les plus avisés. C’est eux qui survivent. Les personnes décentes périssent. La confiance entre les gens disparaît. La société éclate. Le pouvoir peut alors faire tout ce qu’il veut : il ne rencontre plus en face de lui aucune force susceptible de lui opposer une résistance.

Or à nouveau, nous assistons, sidérés, écrit-elle, à l’achat des consciences, aux manœuvres politiques pour tenter d’apaiser une Russie menaçante.

Et Imbi Paju de réfléchir à partir de Freud aux capacités de résistance de l’individu face à la violence totalitaire. Elle rappelle l’existence d’un courant freudien important en Russie dans les premiers jours des révolutions de 1917, symbolisé par Tatiana Rosenthal. Cette neurologue et psychanalyste, se suicida en 1921, lorsque l’œuvre de Freud fit l’objet d’attaques, puis la psychanalyse fut interdite en URSS. Une génération plus tard, l’Estonie fit à son tour l’expérience de la terreur. Les Soviétiques s’acharnèrent à extirper tout ce qui rappelait aux Baltes leur lien avec la culture européenne. Ils détruisirent 26 millions de livres, mettant le feu à beaucoup de bibliothèques privées.

Or, écrit Imbi Paju, « je persiste à croire que la culture peut mettre un frein à la barbarie, en cultivant la mémoire. » Mes films et mes livres, poursuit-elle sont autant de tentatives pour mettre en lumière les cadres de pensée sous-jacents à des perversions sociales telles que les dénonciations de voisins et les crimes de masse. Or, poursuit Imbi Paju, ces forces sont en train de se réveiller. La banalité du mal, bien isolée par Hannah Arendt, rode toujours parmi nous, prête à resurgir. Je n’ai pas confiance, conclut-elle. La liberté n’est plus garantie. La culture ne suffit plus. Il faut une société civile désireuse de se défendre et capable de le faire. C’est dans cet état que nous affrontons la période, pleine de risques pour nous, qu’a ouverte la victoire de Donald Trump.

Mais qu’est-ce qui, dans l’actualité récente, a bien pu provoquer le réveil de cette inquiétude chez nos amis baltes ?

La guerre de Géorgie, en 2008, écrit Emilija Pundziuté-Gallois, du CERI, avait inquiété les Baltes. Mais la crise ukrainienne, entamée en 2014, les a affolés. C’est pourquoi Barack Obama était venu, la même année, sur place, à Tallin, capitale de l’Estonie, pour rassurer les Baltes quant au sérieux de la garantie américaine sur leur indépendance. Mais le scénario de l’annexion de la Crimée par la Russie a réveillé, dans ces pays, de terribles souvenirs. Car leur annexion avait obéi au même scénario : Moscou avait invoqué un « danger » planant sur sa propre sécurité et les liens supposés historiques avec ces pays, pour les envahir. De pseudo-élections avaient été organisées à la hâte. Un « Parlement fantôme », convoqué pour « réclamer » l’annexion à la Grande Russie.

Or, à nouveau, les plus hautes autorités russes ont recommencé à présenter les pays baltes comme « historiquement russes ». La récente réhabilitation par Poutine, du Pacte Ribbentrop/Molotov, cette alliance de circonstance entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique, devant des historiens en novembre 2014 paraît, là encore de mauvais augure….

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......