LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Avec "Le roman de Tyll Ul'espiègle", Daniel Kehlmann signe un roman picaresque à idées sur fond de guerre de Trente Ans

Daniel Kehlmann, Till l'Espiègle et la fin du monde

5 min
À retrouver dans l'émission

Avec "Tyll Ul'espiègle", Daniel Kehlmann signe un chef-d'oeuvre contemporain d'un genre très allemand : le roman philosophique. Et Sahnehäubchen auf der Torte, un récit épique à plusieurs niveaux de lecture, prêt à être découpé en épisodes pour une série sur Netflix. Kehlmann, nouvel Umberto Eco ?

Avec "Le roman de Tyll Ul'espiègle", Daniel Kehlmann signe un roman picaresque à idées sur fond de guerre de Trente Ans
Avec "Le roman de Tyll Ul'espiègle", Daniel Kehlmann signe un roman picaresque à idées sur fond de guerre de Trente Ans Crédits : Culture Club - Getty

Avec Daniel Kehlmann, on a affaire à un des plus grands auteurs européens de notre époque. Une sorte d’Umberto Eco allemand. Comme le savant italien, Kehlmann est doté d’une immense culture historique et philosophique, mais c’est en même temps un conteur prodigieux, à l’imagination baroque. D’où sa popularité méritée. Ses romans ont, en effet, été traduits en plus de quarante langues. Ils se vendent à plusieurs millions d’exemplaires et ont été souvent adaptés au cinéma. Le dernier, Tyll, donc, va donner naissance à une série sur Netflix. Il faut vivre avec son temps. 

C’est d’autant plus étonnant que, comme dans le cas d’Umberto Eco, on a affaire à une littérature extraordinairement savante, bourrée d’allusions culturelles et de réflexions philosophiques de haute volée. Mais, toujours comme chez Eco, ces romans offrent plusieurs niveaux de lecture. Il n’est pas indispensable de saisir toutes les intentions de l’auteur pour goûter ses inventions, son humour sarcastique, son style éblouissant. Ni d’aller chercher sur Google qui sont au juste, les personnages et les événements historiques qu’on y croise. Mais lorsqu’on le fait, on s’aperçoit que tout est juste et à sa place, dans ces constructions parfaitement maîtrisées.

Un roman picaresque... et philosophique 

Les Allemands ont souvent brillé dans le roman historique. Mais le sens du détail véridique et la connaissance des enjeux politiques d’une époque ne suffit pas. Kehlmann, lui, y ajoute une maîtrise inhabituelle de l’histoire intellectuelle. Et c'est surtout ça qui l'intéresse. Comme Goethe, ou Thomas Mann, il crée des personnages qui sont aussi l’incarnation d’idées générales. Il procède à des expériences de pensée qu'il met en scène, avec une science très précise des enjeux intellectuels de l'époque abordée.. 

Avec Till Eugenspiel, auquel notre langue française doit l’adjectif espiègle, traduit astucieusement par Juliette Aubert par Tyll Ulespiègle, nous sommes plongés au cœur d’un des événements historiques les plus traumatisants de l’histoire allemande : la guerre de Trente Ans. Le Danemark, la Suède, la France et d’autres puissances vinrent y ravager les Allemagnes, au XVIIe siècle, en s’y livrant à une guerre absurde et interminable. 

Les locaux qui échappent aux tortionnaires de l’Inquisition, aux bandes de mercenaires ravageant les villages, finissent par mourir de la peste, ou dévorés par les loups. Les forêts sont pleines de pendus. On tombe, par hasard, sur des batailles effroyables. On chevauche au milieu d’agonisants à la puanteur atroce. Beaucoup croient que la fin du monde est proche. La sorcellerie est beaucoup pratiquée. 

Till, danseur de cordes sceptique et rebelle

Dans ce cadre lugubre à souhait, Kehlmann raconte ses histoires sur un ton sarcastique et désenchanté. Toutes tournent autour de ce personnage venu du Moyen Age flamand, Till l’Espiègle. Kehlmann en fait le commentateur audacieusement ironique de la sottise et de la cruauté des acteurs, grands et petits, de la catastrophe en cours. Danseur de cordes, Till incarne la légèreté sceptique de celui qui ne se laisse pas prendre dans les mailles des discoureurs. 

Si Sa minuscule Majesté, Sa Majesté stupide à la couronne dorée sur son trône doré a entendu parler de moi, c’est parce que je vous ai fait venir. Et ne me frappe pas, j’ai le droit de le dire, tu connais la liberté des fous. Si je ne traite pas Sa Majesté d’imbécile, qui le fera ?

Prêt à payer le prix de son indépendance, on le suit dans ses errances, tour à tour comédien itinérant, bouffon professionnel, se débrouillant toujours pour rebondir et survivre dans un monde livré au chaos. Il a le don d’apparaître et de disparaître tout soudain, comme le diablotin qui sort de sa boîte. D’ailleurs, il est parfois absent du roman lui-même, ne réapparaissant que selon les nécessités narratives de son auteur. Porteur d’un esprit anarchiste et rebelle, il provoque des perturbations dans les communautés villageoises qui le reçoivent. Mais sa liberté fait des adeptes.  

La formule du roman picaresque, un genre en vogue justement au XVIIe siècle, se prête fort bien à l’évocation des aventures du facétieux saltimbanque. Elle permet à l’auteur de multiplier les personnages et les points de vue. 

Tous les spécialistes eurent pour consigne d’imaginer des supplices plus subtils et plus effroyables que ceux rêvés par les plus grands peintres de l’enfer, la seule condition étant que l’âme ne s’éteigne pas et qu’on ne devienne pas fou : Il fallait en effet que les coupables dénoncent leurs complices et qu’ils aient le temps de demander pardon à Dieu et de se repentir. Car Papa était un bon chrétien.

  • Daniel Kehlmann, Le roman de Tyl Ulespiègle, traduit de l'allemand par Juliette Aubert, Actes Sud
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......