LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ne rien laisser dire pour ne rien voir ?

La liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre

5 min
À retrouver dans l'émission

La génération "snowflakes", couvée par ses parents, ne supporte pas la contradiction. Cela rend, dans les universités britanniques, le débat difficile.

Ne rien laisser dire pour ne rien voir ?
Ne rien laisser dire pour ne rien voir ? Crédits : Juan Manuel Rodriguez / EyeEm - Getty

Le NUS, se défend d’avoir instauré un climat de censure sur les campus. Au niveau national, sa liste des organisations interdites ne comprend que 6 sigles. Trois appartenant à l’extrême droite raciste, trois autres relevant du djihadisme. Sur le site libertarien Spiked, un universitaire, Jim Butcher lui répond. Oui, c’est vrai, en 1974, le syndicat étudiant avait établi une liste sur laquelle ne figuraient que des groupes et partis extrémistes. Mais la politique, sur les campus, a beaucoup changé depuis. La censure s’est répandue.

Censures d'hier et d'aujourd'hui.

Jim Butcher reconnaît avoir lui-même contribué à empêcher l’intervention  du député conservateur Harvey Proctor à la Polytechnique de Coventry, lorsqu’il y était étudiant. Mais, précise-t-il, on était alors en pleine grève des mineurs, la Grande-Bretagne était gouvernée par Margaret Thatcher. Devenu libertarien, il regrette aujourd’hui cet accroc à la liberté d’expression, car ce sont de tels précédents qui ont provoqué l’inflation de censures universitaires que le pays connaît à présent. 

Mais cette interdiction de parole était menée, précise-t-il, au nom de la solidarité entre étudiants et travailleurs. Elle n’avait rien à voir avec l’actuelle « politique des identités », au nom de laquelle des groupes s’arrogeant le droit de « défendre les intérêts » de telle ou telle minorité qu’ils estiment « victimisée », veillent à interdire les points de vue qui leur déplaisent. Aujourd’hui, au contraire, la politique d’interdiction, le « no-platforming », a été étendue à toute sorte d’orateurs, qu’ils soient de droite et même de gauche. Des petits groupes d’étudiants, se proclamant "vulnérables", et prétendant qu’ils pourraient se sentir « offensés » par les propos qu’ils supposent, obtiennent les désinvitations désirées. 

Peter Tatchell, un militant de longue date de la cause homosexuelle, fondateur de l’association Outrage !, et membre du Parti travailliste, raconte comment il a été, lui aussi, victime, d’une tentative d’interdiction de parole. Invité à un panel de discussion par la Canterbury Christ Church University, sur le thème des droits des gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres, il a appris sur le tard, que ce présence était dénoncée comme inacceptable par certains des participants. La responsable du syndicat étudiant pour les LGBT, Fran Cowling, l’accusait de racisme et de transphobie.

En réalité, il lui était reproché deux choses. Avoir signé un appel collectif à la liberté d’expression dans The Observer et avoir dénoncé des chanteurs de raggae jamaïcains ayant appelé au meurtre des homosexuels. Dans cet étrange contexte, pétitionner pour la liberté d’expression est assimilé à un alignement sur des positions réactionnaires. Et dénoncer l’homophobie de musiciens noirs est considéré comme « raciste ». Contrairement à la théorie de la « convergence des luttes », certaines revendications identitaires sont clairement inconciliables. Lorsqu’on en entre dans le vif du sujet, les islamistes, par exemple, peuvent difficilement trouver des terrains  d’accord avec les féministes et les associations de défense des droits des homosexuels. Mais sur ces nouvelles « contradictions au sein du peuple », les nouveaux censeurs jettent un voile pudique. 

Il y a clairement une affaire de générations. Comment l’expliquer ?

Selon le sociologue Frank Furedi, les clivages passaient entre droite et gauche chez les anciennes générations. On débattait d’idées. Aujourd’hui, que « le personnel, c’est le politique », il est devenu impossible de discuter des idées sans mettre en cause la personne. La « politique des identités » sacralise de fait toutes les croyances, toutes les idéologies, parce qu’elles sont rapportées à l’identité de la personne qui les professe. Critiquer, c’est insulter.

On a affaire à une « génération de flocons de neige » - snowflakes generation - label que leur a décerné la journaliste Claire Fox, dans son livre « I find that offensive ! ». Origine de cette expression, qui fait florès sur les réseaux sociaux ? Une réplique du roman Fight Club de Chuck Palahniuk, dont a été tiré le film fameux. « Tu te crois spécial. Tu n’es pas spécial. Tu n’es pas magnifique et unique, comme un flocon de neige. Tu es fait de la même manière organique et pourrissante que n’importe qui. » 

La Snowflakes Generation, ce sont ces jeunes adultes, élevés par des parents, persuadés que leurs rejetons étaient uniques et fragiles et désireux de leur éviter toute contrariété. Du coup, ils prennent la mouche et se sentent « offensés » face à la moindre déviance envers ce qu’ils considèrent comme la seule vision du monde juste, la seule manière de se comporter « appropriée ». Incapables de faire face à la contradiction, à la mise en question de leurs certitudes, ils exigent aussitôt d’en être protégés. D’où les « safe spaces ». 

Orwell "la liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre".

Dans une préface inédite à son roman La ferme des animaux, refusé alors par les tous éditeurs britanniques, par peur de déplaire aux anciens alliés soviétiques, George Orwell écrivait : 

« S’il me fallait me justifier à l’aide d’une citation, je choisirais ce vers de Milton : By the known rules of ancient liberty » (selon les règles admises de l’antique liberté). Le mot « antique » met en évidence le fait que la liberté de pensée est une tradition profondément enracinée, sans doute indissociable de ce qui fait la spécificité de la civilisation occidentale. Nombre de nos intellectuels sont en train de renier cette tradition. Ils ont adopté la théorie selon laquelle ce n’est _pas d’après ses mérites propres, mais en fonction de l’opportunité politique_, qu’un livre doit être publié ou non, loué ou blâmé. […] Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre. »

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......