LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La Chine, en avance d'une technologie

Prévisions pour 2018 : un risque inflationniste mal anticipé par les marchés ?

5 min
À retrouver dans l'émission

La Chine et les Etats-Unis, lancés dans une concurrence sans merci pour le contrôle des technologies de l'Intelligence Artificielle.

La Chine, en avance d'une technologie
La Chine, en avance d'une technologie Crédits : TU MEIFEI / IMAGINECHINA - AFP

Bientôt la fin de l’année. Généralement le moment où l’on enchaîne les bilans de l’année écoulée et les prévisions pour la suivante. Chacun sait à présent combien les économistes peuvent se tromper… Mais que voient-ils dans leurs boules de cristal ?

Les premiers articles proposant des tendances pour 2018 sont en train d’apparaître. Et il faut prendre ces pronostics avec des pincettes, parce qu’ils sont établis à partir d’extrapolations sur des tendances actuellement connues. Mais ceux qui se risquent à cet exercice ne manquent pas de rappeler que l’histoire comporte une part d’impondérable et que bien des choses peuvent arriver sans qu’ils les aient prévues. Sans compter qu’un certain nombre de tendances existant sous nos yeux, mais auxquelles nous ne prêtons pas attention, peuvent se révéler décisives rétrospectivement.

Cela étant dit, je relève que les scénarii sont globalement positifs. Un économiste australien, Stephen Walters écrit ainsi : on peut miser sur le fait que l’administration Trump, aux Etats-Unis, se sera stabilisée et aura trouvé sa vitesse de croisière l’an prochain. Et que les autorités chinoises auront su, une année encore, empêcher les déséquilibres qui menacent leur économie de déstabiliser leur pouvoir. 

Sur le site Project Syndicate, Michael Spence, Prix Nobel d’économie et l’un des responsables du Forum économique mondial, fait un tableau beaucoup plus global et donc plus ambitieux.

Il remarque d’entrée de jeu que les tensions politiques qui se sont manifestées en 2017, qu’elles affectent la politique intérieure des principaux Etats, ou les relations entre ces Etats, n’ont pas eu d’incidence notable sur l’économie en 2017. Trump ou pas, la croissance est repartie à un rythme soutenu aux Etats-Unis : 3,3 % en rythme annuel au 3° trimestre, derniers chiffres connus. Les marchés demeurent donc insensibles aux turbulences politiques. Mieux : ils anticipent la forte baisse des impôts prévue l’an prochain. Aux Etats-Unis, Wall Street est en ébullition

Ce qui amène certains économistes, moins optimistes, à redouter un retour de bâton inflationniste. Gilles Moëc, chef économiste à Bank of America-Merril Lynch, le confie aux Echos, ce matin : « le marché refuse de voir » la probabilité d’un retour à l’inflation, provoqué notamment par l’excellente tenue du marché du travail aux Etats-Unis. Quand les emplois à pourvoir deviennent plus nombreux que les travailleurs disponibles, ceux-ci obtiennent des augmentations de salaires. Qui sont eux-mêmes répercutés sur les prix. 

Le spectre de l’inflation est agité depuis des années. On prétendait que la politique laxiste des Banques centrales allait la provoquer. Résultat : on a frôlé la déflation….

Oui, chacun sait que la politique « non conventionnelle » des Banques centrales, destinée à ranimer les économies des pays occidentaux après la crise de 2008, a atteint ses objectifs. Il faut donc maintenant revenir à des politiques plus conventionnelles. La Fed a déjà commencé à remonter les taux d’intérêt. Et la BCE va devoir cesser sa politique de rachat des obligations d’Etat. Ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour l’Etat français, l’un des dernier en Europe à ne pas avoir retrouvé la maîtrise de ses finances…. Comment la fin programmée du quantitative easing va-t-elle se traduire sur des marchés, dopés durant des années au crédit gratuit ? Selon Michael Spence, cela devrait bien se passer, parce que les conséquences du tournant ont été anticipées par les marchés. Nous verrons bien. 

Spence aussi pense que Xi Jinping va améliorer la gestion des déséquilibres chinois au bénéfice de la consommation intérieure. Le problème posé au secteur financier chinois par l’énormité des dettes accumulées par les entreprises du pays constitue, chacun le sait, une bombe à retardement. Mais la direction communiste a pratiqué, avec succès jusqu’à présent, une politique de fuite en avant. La Chine peut se le permettre parce que sa croissance n’a jamais cessé de galoper depuis plusieurs décennies. Ce pays, comme les Etats-Unis, bénéficiera en outre des énormes investissements consentis dans le domaine décisif de l’Intelligence artificielle, où les deux géants économiques se livrent à une concurrence impitoyable pour le leadership. 

Michael Spence relève que ces deux pays se sont dotés de grandes plateformes d’interaction économiques et sociales qui vont les avantager dans cette course. Alors que l’Union européenne, qui a raté la marche, va s’en trouver gravement handicapée. 

La Chine est en train de généraliser le paiement pas téléphone portable. Une partie de la population du pays passe directement du paiement en liquide à ce nouveau mode, en sautant l’étape de la carte de crédit. Symbole d’une économie qui brûle les étapes. Grâce à ce système, la Journée des célibataires est devenue « le plus grand événement marchand de la planète ». Ce jour-là, la plateforme de paiement en ligne chinoise Alipay a traité 256 000 opérations par seconde. Présente aussi dans l’assurance, Alipay est en train d’étendre son offre de services à d’autres pays d’Asie. 

Le problème de long terme les plus sérieux est celui posé par la pollution. La consommation de charbon continue à croître dans des pays comme l’Inde et les émissions de CO² n’ont pas commencé à baisser au niveau mondial. La lutte contre le réchauffement climatique n’a toujours pas trouvé les instruments adéquats.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......