LE DIRECT
Pour Beppe Grillo, la "démocratie sera remplacée, elle est dépassée".

Les pièges de la "démocratie directe numérique"

5 min
À retrouver dans l'émission

Le système le plus facile à manipuler.

Pour Beppe Grillo, la "démocratie sera remplacée, elle est dépassée".
Pour Beppe Grillo, la "démocratie sera remplacée, elle est dépassée". Crédits : Mondadori Portfolio - Getty

Oui, comme on sait, l’Italie est le laboratoire politique du monde. C’est dans ce pays, talentueux et inventif, qu’ont été mises au point toute sorte de formules, destinées à se répandre. Et Giuliano da Empoli, l’auteur de ce livre extraordinaire, Les ingénieurs du chaos, n’a pas de mal à démontrer en quoi le mouvement créé autour du bouffon Beppe Grillo anticipe sur Donald Trump et quelques autres phénomènes politiques récents. 

Beppe Grillo remplissait les salles de spectacle de toute l’Italie avec ses one-man-shows provocateurs. C’était un agitateur, maniant l’insulte et la dérision, se moquant du politiquement correct ; un moderne guignol, qui donne le bâton aux gendarmes et aux puissants. Un soir, débarque dans sa loge un geek, aussi concentré et méthodique que l’autre est exubérant et relâché, Gianroberto Casaleggio. « Avez-vous une idée de la manière dont Internet peut changer le monde ? » demande l’informaticien au comique ? »  Ces deux-là vont provoquer une espèce de révolution politique. Elle a éclaté en Italie l’an dernier, avec la victoire électorale du Mouvement Cinq Etoiles. 33 % des suffrages exprimés.

Le mariage du populisme anti-politicien et du marketing numérique 

« La force et la résilience du futur Mouvement Cinq Etoiles proviendront de cette combinaison inédite, écrit Empoli, _le populisme traditionnel épouse l’algorithme et accouche d’une machine politique redoutable_. » C’est à cette époque, en 2007, que deux journalistes Sergio Rizzo et Antonio Stella, font un best-seller - un million d’exemplaires, avec leur livre La Casta, sous-titré : comment les politiciens italiens sont devenus intouchables.

Premier élément de la recette de Casaleggio : un blog incarné par Beppe Grillo, dont la montée en puissance est calculée avec la précision du marketing digital. Casaleggio le disait : « la politique ne m’intéresse pas, ce qui m’intéresse, c’est l’opinion publique. » En quelques semaines, le blog de Beppe Grillo devient le plus fréquenté d’Italie. Chaque matin, sont sélectionnés les dix commentaires d’abonnés qui paraissent les plus intéressants. Dans l’après-midi, l’un d’entre eux, réécrit par Casaleggio pour le rendre le plus percutant possible, devient le post du jour. Très vite, le geek réalise que les messages les plus populaires sont ceux qui mettent en cause les élites – politiques, en particulier. 

Il crée alors une application qui permet aux fans de Beppe Grillo de se rencontrer et de lancer des actions. A ce stade, la base conserve une liberté d’initiative totale. En 2007, les deux compères convoquent un rassemblement anti-politicien, le Vaffanculo Day, ou journée « va te faire foutre ». Aucun média traditionnel ne reprend l’invitation, mais sur Internet, l’appel devient viral. Et le 8 septembre, ce sont des centaines de milliers d’Italiens qui participent, dans un grand nombre de villes à la « journée va-te-faire-foutre ». 

Et en 2009, l’entreprise privée de Casaleggio donne naissance à un mouvement quasi-politique, – Cinq Etoiles

Oui, mais le fonctionnement de l’ensemble est d’une opacité totale. Et tout aussi total, le contrôle conservé par Gianroberto et aujourd’hui, par son fils et héritier Davide Casaleggio sur ce système de communication. Ce dernier compare les participants de son réseau à des fourmis. « Les fourmis, dit-il, suivent une série de règles appliquées à chacune, à travers lesquelles se détermine une structure très organisée, mais pas centralisée. Chaque fourmi réagit au contexte, à l’espace dans lequel elle se déplace, ainsi qu’aux autre fourmis. Mais _une fourmi n’a pas à savoir comment fonctionne la fourmilière_, sinon toutes les fourmis souhaiteraient occuper les meilleurs postes, les moins fatigants. » L’entreprise Casaleggio contrôle la fourmilière, en surplomb.

En application de ce principe, les 163 parlementaires élus lors des élections de 2013 sur les listes du Mouvement Cinq Etoiles signent l’engagement de communiquer à la société de Casaleggio les mots de passe de leurs boîtes mail et de leurs profils sur Facebook. Le Parlement ne sert à rien, professent les grands manipulateurs. Dans la démocratie authentique, la souveraineté populaire, ne se délègue pas. 

D’où le mélange détonnant entre des procédures de démocratie directe, via les sites collaboratifs dévolus au mouvement, et le contrôle total, exercé par ses dirigeants. Mais au fait, Mussolini lui-même ne prétendait-il pas « rendre le pouvoir au peuple italien » ? Par exemple, en destituant le Parlement par les lois du 24 décembre 1925…

Le système Cinq Etoiles a inspiré d’autres « ingénieurs du chaos ». Steve Bannon, l’homme qui a mis la main sur le réseau Breitbart pour faire élire Donald Trump ; Arthur Finkelstein, l’as du micro-targeting, « le Keyzer Soze des droites nationalistes » qui s’est mis au service de Benjamin Netanyahu. Sa stratégie politique est fondée sur une observation de base : « en politique, c’est ce que tu perçois comme vrai qui l’est, et non pas ce qui est vrai. » 

Pour Giuliano da Empoli, nous sommes passés d’une ère politique newtonienne à une ère quantique. Les « ingénieurs du chaos » ont compris l’énorme potentiel utilisable dans la colère des peuples, leur volonté de « reprendre le contrôle ». Comme disait Woody Allen : « les méchants ont sans doute compris quelque chose que les gentils ignorent. »

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......