LE DIRECT
Prendre la vague

Sigolène Vinson : "Le surf, c'est une sorte de philosophie stoïque, c'est accepter qu'on n'a pas le pouvoir sur les choses"

29 min

On a l'habitude de dire qu'un sport est action, mais il peut aussi être contemplation. Et si la part contemplative s'exprimait dans un sport intense qui regarde le large et qui ouvre l'horizon ? Le surf, ce n'est pas qu'attendre les vagues.

Prendre la vague
Prendre la vague Crédits : Dylan Lucas Gordon - Getty

J'avais déjà cet esprit de contemplation qui fait partie de la pratique du surf, ce qui a changé avec le surf, c'est que je regarde la météo du surf. 

Ce que Sigolène Vinson recherche dans le surf a plus à voir avec l'attente, la contemplation, un rapport stoïque au monde dont les événements ne dépendent pas de nous, comme les vagues. Elle raconte ses visions organiques, l'intuition primitive qui se joue dans l'eau, immergée des heures durant dans les éléments.

Pour moi il y a une sorte d'héroïsme à s'inventer une vie de surfeuse, porter les vêtements du surfeur, avoir les cheveux décolorés par le sel et le soleil. Même avoir un visage dessiné par le sel et le vent, par le soleil. C'est une sorte de philosophie stoïque, d'accepter qu'on n'a pas le pouvoir sur les choses. 

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......