LE DIRECT
Débats au pied du Château, siège du gouvernement de Dubcek. juillet 1968.

Les ouvertures manquées de la Tchécoslovaquie

59 min
À retrouver dans l'émission

Aux racines du Printemps de Prague, du souffle démocratique qui balaye la Tchécoslovaquie pendant cette année 1968.

Débats au pied du Château, siège du gouvernement de Dubcek. juillet 1968.
Débats au pied du Château, siège du gouvernement de Dubcek. juillet 1968. Crédits : MARC GARANGER / AURIMAGES / MARC GARANGER / AURIMAGES - AFP

Déjà 50 ans que l'Armée Rouge et les troupes du Pacte de Varsovie envahirent la Tchécoslovaquie prétendument coupable d'avoir voulu introduire la liberté dans un pays socialiste. Quand Antoine Spire se rend à Prague en 1988, "l'occupation temporaire" dure toujours. C'est sur place, à ce moment-là, qu'il restitue ces événements-clé de la "Guerre froide" au cours de trois émissions mêlant archives et interviews.

Participants :
Antonin Liehm, écrivain et journaliste tchèque ; Jiri Pelikan, directeur de la Télévion tchèque en 1968 ; Jiri Dienstbier, initiateur de la Charte 77 de Tchécoslovaquie et journaliste tchèque ; Ota Sik, ministre de l'économie tchèque sous Novotny et Dubcek ; Lise London, résistante française, militante communiste, épouse d'Arthur London.

Les Tchèques sont les éternels orphelins de la démocratie, également, il y a un autre aspect de l'affaire, c'est que l'état tchécoslovaque démocratique ne peut exister dans une Europe qui ne soit pas démocratique, la Tchécoslovaquie disparaît avec la démocratie.      
Ivo Fleischmann

Les racines du Printemps de Prague, du Printemps tchèque répondent aux questions qui subsistent encore : que s'est-il passé en 68 ? Comment le Printemps de Prague a-t-il été possible ? Pourquoi est-ce en Tchécoslovaquie que le réformisme khrouchtchévien a trouvé son champ d'expérimentation ?

Je me dis que nous étions une drôle de génération, parce que nous n'étions plus enthousiastes pour le modèle soviétique, comme l'étaient nos parents, nous n'avions pas non plus une fascination pour l'Occident. Nous étions certainement pour le socialisme, nous étions de gauche, mais sans illusions concernant notre régime. Pourtant nous espérions encore changer le parti communiste de l'intérieur.        
Madame Rosana

12 ans après le 20e Congrès du PCUS de 1956, les thèses réformistes de Khrouchtchev se voyaient enfin appliquées : non seulement on libérait, et on réhabilitait les victimes du stalinislime, mais encore on parlait publiquement des crimes commis sous Gottwald, on ouvrait les yeux sur l'arriération économique d'un pays dépassé par la RFA et même par l'Autriche. 

Le printemps de Prague ne devait être qu'un début et devait servir à mettre en place un système libre des anciennes structures, il n'était pas question au moment du printemps de changer immédiatement l'ancien système, mais le printemps de Prague était le moment qui devait préparer pour l'avenir, un changement des structures politiques, économiques et sociales.
Ota Sik

C'est de l'intérieur du parti Tchèque que surgit le réformateur Dubcek qui, avec une sage lenteur, commença à bousculer les uns après les autres les dogmes communistes. En quelques semaines, la presse dit la vérité sur la corruption de l'Etat, le rôle des conseillers soviétiques, les procès truqués, la fausseté générale des statistiques. On interviewa les anciens dirigeants sur leurs responsabilités dans la terreur stalinienne, on réhabilita le rôle du marché et l'autogestion sortit des discours formels pour s'incarner dans certaines usines. Une effervescence démocratique s'emparait de la société civile.

Le printemps de Prague ne commence pas le 5 janvier avec le changement dans la direction du parti, je pense que si ce changement est intervenu, c'est parce que je pense qu'on sentait dans les sphères dirigeantes que ça ne pouvait pas continuer comme ça. Et je pense que dans un premier temps, les intellectuels, mais aussi les étudiants, les jeunes, étaient le moteur.        
Madame Rosana

Mais on parle aussi du problème slovaque, une des principales cause de la crise.

Il s'agissait en 68 de trouver une forme constitutionnelle pour mettre les Slovaques au même plan que le peuple tchèque, c'est-à-dire faire une confédération. C'est le seul point du programme du printemps de Prague qui a été réalisé, ou plutôt qui a survécu à l'intervention soviétique, parce que la fédération a été réalisée au mois d'octobre 68.        
Rudolf Slansky

C'ETAIT LES ANNEES 60 du samedi 21 avril 2018

L'Autre 68 : Printemps de Prague (1/3), par Antoine Spire et Blandine Masson, première diffusion le 10 août 1988

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......