LE DIRECT
Les funérailles des huit tué lors d'un rassemblement anti-guerre d'Algérie au métro Charonne
Épisode 1 :

La fin de la guerre d'Algérie

59 min
À retrouver dans l'émission

"Se prendre la tête à deux mains et réfléchir aux tristes événements d'hier soir: Huit morts et plus de deux cents blessés." commente un journaliste d'Inter actualités, ce 9 février 1962, à propos de la répression au métro Charonne. Le 18 mars, les accords d'Evian amorcent la paix en Algérie.

Les funérailles des huit tué lors d'un rassemblement anti-guerre d'Algérie au métro Charonne
Les funérailles des huit tué lors d'un rassemblement anti-guerre d'Algérie au métro Charonne Crédits : Keystone-France / Contributeur - Getty

Retour sur l’année 1962 à travers une sélection d’archives radiophoniques proposée par Philippe Garbit. 

1962 : cette année marque la fin de la guerre d’Algérie. Mais avant cela, le 8 février, le Parti communiste français et d’autres organisations appellent à manifester contre l’Organisation armée secrète (OAS) et pour l'arrêt de la guerre. Le gouvernement interdit la manifestation et donne l’ordre de la disperser. Le journaliste conclut  à propos de "ces événements qui endeuillent et divisent le pays" :

L’OAS, c’est assez pénible à dire, peut se féliciter de ce qui s’est passé hier soir à Paris. Ils pourraient remercier les communistes d’avoir si bien saisi la perche tendue, d’avoir ajouté au désordre OAS les désordres anti-OAS.

Le 18 mars les accords d’Evian réussissent à imposer le cessez-le-feu sur le territoire algérien. Le président de la République, Charles de Gaulle annonce un référendum sur la ratification des accords d'Evian.  Auparavant il expose sa vision des futures relations entre la France et l’Algérie indépendante.  

Par dessus les combats, les attentats, les épreuves en dépit de toutes les différences de race de vie et de religion qu’il y a entre l’Algérie et la France non seulement les liens tissés au cours des 132 ans de leur existence commune, non seulement les souvenirs des grandes batailles ou les enfants des deux pays luttèrent côte à côte dans nos rangs pour la liberté du monde, ces deux peuples sont faits non pour se combattre mais pour marcher ensemble sur la route de la civilisation.

1962, c'est aussi pour Georges Brassens le début de la célébrité, qu'il évoque avec Claude Dominique :

ça me gêne parfois, ça dépend de la manière dont c’est fait. Je ne peux pas flâner comme tout le monde. Maintenant il m’est difficile d’avoir une vie intérieure normale en traversant Paris. J’entends chuchoter derrière moi “C’est Brassens”...

Si vous êtes nostalgiques du jeu télévisé "Intervilles", écoutez ensuite Guy Lux arbitrer le match entre Dax et Bayonne.

Indexation web : Véronique Vecten, Documentation sonore de Radio France

Intervenants
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......