LE DIRECT
Des soldats Israéliens montrent le portrait du président égyptien Gamal Abdel Nasser

1967 (2/4) : Fin de la "Guerre des 6 jours " ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Les accords de cessez-le-feu entre les Etats arabes et Israël sont-ils vraiment respectés ? Actualité à chaud le 9 juin 1967 sur France Inter. La marche de la Paix contre la guerre du Vietnam à Washington. La Grande-Bretagne et le marché commun. La première greffe du coeur au Cap.

Des soldats Israéliens montrent le portrait du président égyptien Gamal Abdel Nasser
Des soldats Israéliens montrent le portrait du président égyptien Gamal Abdel Nasser Crédits : Mondadori Portfolio / Contributeur - Getty

Retour sur l’année 1967 à travers une sélection d’archives radiophoniques proposée par Philippe Garbit.

Comment savoir si le cessez-le-feu est respecté ? Des combats sont encore signalés sur le Canal de Suez et à la frontière syrienne. Les journalistes font le point sur les alliances des deux camps. Et diffusent un enregistrement téléphonique entre le président égyptien Nasser et le roi Hussein avec une traduction décalée très théâtrale.

A Washington, Michel Anfrol rend compte de la Marche de la Paix contre la guerre du Vietnam. Bilan 47 blessés et 500 manifestants arrêtés.

Le 26 septembre 1967, à Strasbourg le ministre d’Etat du Foreign Office britannique prononce un vibrant plaidoyer pour l’entrée de la Grande Bretagne dans le Marché commun qui compte alors 6 membres. Commentaires de Michel Meyer à propos du discours en anglais. 

La première greffe du coeur au Cap, en Afrique du Sud intéresse les médecins français mais les inquiète aussi. 

Il faut se procurer des coeurs humains vivants, et ça tombe sous le sens de chacun que ce n’est pas une denrée facile à se procurer.

Reportage le 16 décembre pour les 20 ans du Théâtre des 3 Baudets. Autour de Jacques Canetti, ses amis artistes sont venus partager ce bel anniversaire : Georges Brassens, Jacques Brel, Raymond Devos, Yves Robert.

Jacques Brel regrette cette époque, où il chantait pour un billet de 1000 balles ce qui le rendait fou de joie.

La première fois (en 1953) que j’ai chanté (...) j’ai fait pipi dans ma culotte, un spectacle avec Mouloudji.

Tout était artisanal, le coeur pouvait pallier à l’économie. On avait le droit de se tromper, même en étant tête d’affiche. Ce n’est plus possible aujourd’hui, c’est devenu industriel.

Georges Brassens après avoir résisté à répondre se souvient que tous les artistes étaient tellement passionnés de chansons qu’ “être payé était presqu’une extravagance” “On ne manquait de rien” "J’espère faire des chansons qui atteindront leur but”.

Indexation web : Véronique Vecten, Documentation sonore de Radio France

Intervenants
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......