LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Simone Signoret dans "Dédée d'Anvers", réalisé par Yves Allégret en 1948

Un panoramique cinématographique sonore avec Simone Signoret et une (trop) brève rencontre avec Marlene Dietrich

58 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd’hui, nous rendons hommage à deux grandes comédiennes : Simone Signoret et Marlene Dietrich.

Simone Signoret dans "Dédée d'Anvers", réalisé par Yves Allégret en 1948
Simone Signoret dans "Dédée d'Anvers", réalisé par Yves Allégret en 1948 Crédits : John Springer Collection - Getty

On célèbre cette année le centenaire de la naissance de Simone Signoret. L’occasion de réécouter "Les cents actes divers" consacrés à l’actrice sur la Chaine Parisienne le 22/04/1963. De nombreux extraits de films illustrent l’émission qui est un véritable panoramique cinématographique sonore. Simone Signoret débuta dans la figuration en 1942 et passa aux choses sérieuses dès 1946 avec "Les Démons de l’aube" puis "Macadam", "Dédée d’Anvers" et "Manèges" qui firent d’elle l’une des plus grandes vedettes françaises de l’après-guerre. 

Simone Signoret, qui est connue pour avoir une forte personnalité, a tourné avec des metteurs en scène de grand caractère également : Henri-Georges Clouzot, Jacques Feyder, Marcel Carné, René Clément, Jacques Becker… Mais élevée dans le respect du metteur du scène, elle se dit très docile dans le travail. Ses rapports avec Henri-Georges Clouzot n’ont néanmoins pas été simples sur le tournage du film "Les Diaboliques".  

"Casque d’or" est probablement le personnage qu’elle a le plus aimé jouer et c’est son rôle dans "Les Chemins de la haute ville" de Jack Clayton qui lui a permis en 1960 de devenir la première actrice française à recevoir un Oscar. Cette récompense l’a bouleversée : "Je me sentais à la fois Jeanne d’Arc, Victor Hugo, la prise de la Bastille, la Commune et tout ce qu’il y a de plus important dans l’histoire de France. Parce qu’on a tendance à l’étranger à être chargé de toutes les gloires de son pays". 

Une émission à écouter intégralement sauf si vous n’avez pas encore vu "Les Diaboliques" car la chute de ce film est dévoilée au cours de cette archive. Donc si nécessaire, coupez le son après vingt-deux minutes et remontez-le quatre minutes plus tard. 

Dans un entretien enregistré à la fin de l’année 1944, c’est une autre voix célèbre du cinéma que vous pourrez entendre : celle de Marlene Dietrich

Enrôlée dans l’armée américaine en décembre 1941, c’est en uniforme et en tant que soldat que l’actrice revient à Paris. Elle suit dans un camion les troupes alliées sur les routes d’Afrique, d’Italie et de France et le soir, accompagnée d’un accordéoniste et revêtue d’une robe à paillettes, elle remonte le moral des troupes en chantant. Elle évoque également l’engagement de Jean Gabin dans la marine. Elle a rencontré l’acteur en Amérique. De retour quelques années plus tard à Paris, elle évoque dans une seconde archive le film de Georges Lacombe, "Martin Roumagnac", dans lequel elle a joué avec l’acteur français à la fin de la guerre.  

L'équipe
Coordination
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......