LE DIRECT
L'acteur Michel Simon et les chanteuses Line Viala et Mireille

Une macédoine d’extraits de films pour raconter Michel Simon, le Prix du Citron et le Prix de l’Orange

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment mieux raconter le parcours cinématographique de Michel Simon que par des extraits des films dans lesquels il a joué ? Puis nous assisterons à la délibération du Prix du Citron et du Prix de l’Orange remis par les journalistes aux acteurs et metteurs en scène.

L'acteur Michel Simon et les chanteuses Line Viala et Mireille
L'acteur Michel Simon et les chanteuses Line Viala et Mireille Crédits : Jean-Guillaume Goursat - Getty

Les extraits de films à la radio, c’est magique. Surtout quand les films sont en noir et blanc et que Michel Simon en est le héros. "Les cent actes divers", émission diffusée pour la première fois sur la Chaine Parisienne le 06/05/1963, revient sur les personnages incarnés par l'acteur. 

Michel Simon, né à Genève en 1895, a d’abord exercé les métiers les plus divers - camelot, professeur de boxe, danseur acrobatique, photographe. Il débute dans les music-halls de la banlieue parisienne en 1911 mais il lui faut attendre 1920 pour accéder à la notoriété. Quatre décennies plus tard, il possède plus de cent films à son tableau de chasse. 

Le parcours cinématographique de Michel Simon est raconté avec les extraits des films "Le Bateau d’Émile" de Denys de La Patellière, "Panique" et "Le Diable et les Dix Commandements" de Julien Duvivier, "Non coupable" de Henri Decoin, "Le Quai des brumes" et "Drôle de drame" de Marcel Carné, "La Beauté du diable" de René Clair, "Candide" de Norbert Carbonnaux, "Les trois font la paire" de Sacha Guitry. Michel Simon fut tour à tour un commissaire de la police judiciaire, un bagnard en liberté surveillée, un médecin trois fois assassin, un vieux colonial pourri de maladies et de machiavélisme et enfin jusqu’au diable en personne. Mais hormis ses rôles dramatiques, on peut entendre - fait rare - Michel Simon chanter dans "Un certain monsieur Jo" de René Jolivet. 

En fin d’émission, nous pourrons suivre les délibérations du Prix Citron sanctionnant le plus mauvais caractère de l’année parmi les acteurs et les réalisateurs et du Prix Orange récompensant le caractère le plus sympathique avec les journalistes. Le débat que nous diffusons a eu lieu le 04/02/1950 dans "Rendez-vous à cinq heures" sur Paris Inter. Monique Berger rend compte de la remise des prix mais les nommés ne font pas toujours l’unanimité parmi les journalistes. Michel Simon a lui-même reçu le Prix Orange en 1961.  

L'équipe
Coordination
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......