LE DIRECT
Repas de Noël durant la Grande Guerre_Paul PopperPopperfoto

Manger au temps de la Grande Guerre

29 min
À retrouver dans l'émission

Centenaire de la Grande Guerre : comment on mangeait en 1918.

Repas de Noël durant la Grande Guerre_Paul PopperPopperfoto
Repas de Noël durant la Grande Guerre_Paul PopperPopperfoto Crédits : Getty

En ce jour du centenaire de l’armistice de la première Guerre mondiale, notre plat du jour est consacré à l’alimentation au temps de la Grande guerre : que mangeait-on entre 1914 et 1918 et comment s’approvisionnait-on tant sur le front qu’à l’arrière ? Quel rôle a joué l’alimentation des troupes et des civils dans l’issue de la Grande Guerre ? et enfin quel impact sur nos pratiques alimentaires a eu le premier conflit mondial du XXe siècle ?...

Silvano Serventi :

Il y avait une très grande différence entre Paris et la province. Par exemple, à Reims qui était sur la ligne de front, les gens vivaient dans les caves à champagne. En province, on avait plus de difficultés en montagne à se nourrir qu’en plaine. Le ravitaillement arrivait plus difficilement. Mais c’était plus facile en France qu’en Allemagne globalement.

Emmanuelle Cronier : 

En première ligne, la ration était de 3000 à 4000 calories dont 500 grammes de viande par soldat et par jour. Les plus isolés parmi eux avaient des rations de survie ou dites de longue conversation telles que les biscuits de guerre qui se conservaient très bien. D'autres produits étaient plus durs à avoir et manquaient beaucoup aux soldats, comme l'œuf, très difficile à se procurer au front. Les œufs en poudre se sont développés à ce moment-là. 

Silvano Serventi : 

A l'arrière, durant les temps de repos avaient lieu ces moments de convivialité et de partage autour des paquets envoyés par la famille. Par exemple, le camembert était très présent car il a des avantages notamment de conservation avec sa boîte et donc facilement transportable. Avant la guerre, c’était un produit local Normand et il s’est diffusé dans toute la France après la guerre grâce aux soldats revenus du front.

Rémy Cazals : 

En termes de repas, les soldats avaient donc des rations plutôt équilibrées, mais on sait que la qualité laissait à désirer. D'ailleurs, après la guerre, tous évoquaient le repas du jour de l'armistice partagé avec les soldats américains.

- Le replay du documentaire d'Emmanuelle Cronier Au menu de la Grande Guerre. L’alimentation au coeur du conflit

- Pour participer à la collecte de recettes de la Première Guerre mondiale, veuillez la contacter sur son site emmanuellecronier.fr / ou sur twitter @EmmanuelleCron1 #recettes1418

En partenariat avec Alimentation Générale :

Pour aller plus loin...

Histoires 14-18 : Recettes de guerre
Emission Cuisiner pendant la guerre
Site d'Emmanuelle Cronier.
Interview Rémy Cazals : Manger et boire entre 1914 et 1918. Les “saveurs du village”

Chroniques

12H12
2 min

La Madeleine de...

Patrick Bouchain: "Le goût de l’œuf me rappelle combien ma mère faisait preuve de créativité pour réussir à me nourrir."
12H26
3 min

La Cerise sur le gâteau

Être flexitarien : pour un véganisme éclairé 

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......