LE DIRECT
Conversion de Saint Paul sur le Chemin de Damas par Michel-Martin Drolling- Détail - (1850)

Alain Badiou (4/5) : "Saint-Paul est celui qui va transformer une hérésie en religion"

59 min

2013 |Quatrième temps des "Nouveaux chemins de la connaissance" avec Alain Badiou, autour de la figure de Saint Paul, figure en laquelle le philosophe voit le fondement de l’universalisme.

Conversion de Saint Paul sur le Chemin de Damas par Michel-Martin Drolling- Détail - (1850)
Conversion de Saint Paul sur le Chemin de Damas par Michel-Martin Drolling- Détail - (1850) Crédits : Manuel Cohen - AFP

Dans ce quatrième volet des "Nouveaux chemins de la connaissance", Alain Badiou explique combien il lui a été facile de "décoller Saint-Paul de l'horizon chrétien auquel il appartient". Il reconnaît en lui "un écrivain extraordinaire" qui ne pouvait être "réductible à l'héritage religieux lui-même".

C'est d'abord parce qu'il me touchait personnellement, dans la puissance de la langue que Saint-Paul m'a convaincu que sa dimension la plus importante pour moi finalement était indépendante de l'appareil religieux dans laquelle elle est inscrite.

Alain Badiou se dit aussi séduit par l'attachement fondamental de Saint-Paul à la résurrection du Christ. Il fait alors référence à Mai 68 qui changea profondément le cours de son existence et qu'il met en relation avec la "résurrection événementielle" que fut le Chemin de Damas pour Saint-Paul.

Le fait que les fables, y compris les grands romans L’Iliade et l'Odyssée, Tristan et Yseult, inspirent le philosophe, à mon avis c'est la moindre des choses. Si on considère que le christianisme tout entier est fondé sur une fable, ça ne me gêne pas... et en effet c'est mon point de vue. Mais que cette fable puisse être extraordinairement instructive, c'est une des lois de la philosophie.

Alain Badiou explique en quoi Saint-Paul est devenu la figure du "militant de l'universalisme" et en quoi son "héritage le plus fidèle" c'est "le communisme". Car "l'égalitarisme est une condition de l'universalité, c'est-à-dire de la vie en commun".

Si on réfléchit bien, non seulement Saint-Paul c'est la première pensée universaliste au sens strict, liant l'universel à son avènement, à son événement, mais c'est aussi une proposition tout à fait égalitaire.

Il semble au philosophe que déjà Saint-Paul "nous met en garde contre l’universalité comme puissance, comme pouvoir". Il conclut par "cette tension qu'on ne peut pas éviter" entre l'événement et l'universel.

Ce que j'appelle conviction, pour ne pas l'appeler foi, c'est un peu au même niveau. A la fin des fins, une émancipation subjective est toujours liée à une conviction. [...] La force d'un projet qui se prétend universel n'a pas d'autres recours que d'en venir aux convictions.

Lectures:

  • - La Bible, Nouveau Testament , Epître aux Romains, VI 1-X, édition de la Pléiade, (traduction : Jean Grosjean, Michel Léturmy, pp. 480-481)
  • - Alain Badiou , Saint Paul, la fondation de l'universalisme (PUF)

Archive:

  • Entretien avec Jean-Claude Milner , ( France Culture, émission « Du grain à moudre », 20/06/2007)

Références musicales:

  • - Car tu as fait naître , Theodore Vassilikos
  • -_S_onate en mi bémol maj, Bach
  • - Infra 5 , Max Richter

Par Adèle Van Reeth

Réalisation: Nicolas Berger

Lectures: Jean-Louis Jacopin

Intervenants
  • Philosophe, dramaturge, professeur émérite à l'Ecole Normale Supérieure

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......