LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean-Jacques Rousseau
Épisode 1 :

Explication de texte - Jean-Jacques Rousseau Mémoire à M. de Mably

1h
À retrouver dans l'émission

La recette du bonheur se trouve-t-elle dans la modération des plaisirs ou dans leur satisfaction à tout prix ? Les Chemins révisent l'épreuve du commentaire avec Rousseau.

Jean-Jacques Rousseau
Jean-Jacques Rousseau Crédits : Allan Ramsay

Par où commencer son explication de texte ? Comment arriver à en saisir tous les enjeux ? Florian Nicodème, professeur au lycée Jacques Decour, s'est prêté à l'exercice pour nous venir en aide.

Je conçois deux manières d’arriver à la félicité. L’une en satisfaisant ses passions et l’autre en les modérant : par la première on jouit, par la seconde on ne désire point, et l’on serait heureux par toutes deux s’il ne manquait à l’une cette durée et à l’autre cette vivacité qui constituent le vrai bonheur. Les routes pour arriver à ces deux états sont entièrement opposées, il faut donc opter, et le choix est aisé si l’on compare les effets de l’un et de l’autre. On ne saurait nier qu’un homme qui savoure à longs traits le plaisir et la volupté ne soit actuellement plus heureux et ne jouisse mieux des charmes de la vie que celui qui ne désire ni ne possède point. Deux choses me semblent pourtant rendre l’état du dernier préférable. En premier lieu : plus l’action du plaisir est vive, et moins elle a de durée ; c’est un fait incontesté. On perd donc sur le temps ce qu’on gagne sur le sentiment ; jusqu’ici tout serait compensé. Mais voici en quoi la chose n’est pas égale : c’est que le goût ardent des plaisirs agit d’une telle manière sur l’imagination qu’elle reste émue, même après l’effet du sentiment, et prolonge ainsi le désir plus loin que la possibilité de le satisfaire. D’où je conclus que la jouissance immodérée du plaisir est pour l’avenir un principe d’inquiétude.  Au contraire : les peines d’un homme qui, sans avoir joui, n’a que quelques désirs à combattre, diminuent à mesure qu’il gagne du temps, et la longue tranquillité de l’âme lui donne plus de force pour la conserver toujours. Son bonheur augmente à mesure que celui de l’autre diminue.

Jean-Jacques Rousseau, Mémoire à M. de Mably, aussi dit Mémoire présenté à M. de Mably sur l’éducation de M. son fils, décembre 1740

Lectures cette semaine: Georges Claisse

Retrouvez le plan détaillé ici

Chroniques
10H55
7 min
Carnet de philo
Bac philo : 4 exemples de films, séries et chansons

Bibliographie

Intervenants
  • professeur de philosophie au lycée Jacques Decour à Paris et traducteur de philosophie allemande (Marx, Adorno)
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......