LE DIRECT
Tarot
Épisode 2 :

Prenez-vous en main avec les Stoiciens

58 min
À retrouver dans l'émission

Tous les événements de notre vie sont-ils reliés entre eux ?

Tarot
Tarot Crédits : P DELISS / GODONG / LEEMAGE - AFP

Était-il vrai, de toute éternité, que César se ferait tuer aux Ides de Mars ? Quel jour sa mort a-t-elle été fixée ? Le jour où Brutus fut mis au monde ? ou le jour de sa propre naissance ? A quand faire remonter la série des causes qui ont conduit à l'assassinat de César ?

La croyance des stoïciens en un destin fixé d'avance nous entraîne dans un monde où tout événement serait l'effet du précédent, sans responsabilité pour l'homme. Mais alors, comment les stoïciens peuvent-ils encore parler de dignité devant les événements ?

Le texte du jour

Nos destins nous mènent, et la première heure de notre naissance a réglé tout le temps qui nous reste à vivre. Une cause dépend d’une autre cause ; un ordre de choses éternel détermine la vie privée et la vie publique. C’est pourquoi il faut tout supporter avec courage ; c’est que rien ne survient par hasard, comme nous le croyons ; tout vient à son heure ; avant le temps a été décidé ce qui te réjouit ou te fait pleurer ; et bien que la vie de chaque homme se colore en apparence de grandes variétés qui les distinguent, le tout se résume au même point : passagers, nous avons reçu des biens passagers. Pourquoi donc s’indigner ainsi ? De quoi nous plaignons-nous ? Nous sommes nés pour cela. Que la nature use, comme elle veut, de corps qui sont à elle. Pour nous, toujours joyeux et courageux, pensons que rien ne périt de ce qui est vraiment à nous. Qu’est-ce qui appartient à l’homme de bien ? C’est de s’offrir au destin. (…) Des caractères paresseux, enclins au sommeil ou à une veille semblable au sommeil, sont tissés d’éléments inactifs. Pour faire un homme qui mérite le respect, il faut un destin plus puissant ; il n’aura pas devant lui une route unie ; il lui faut sans cesse monter et descendre, se faire ballotter par les flots, et gouverner sa barque dans une mer agitée, il lui faut aller à contre-courant de la fortune. Il arrivera bien des passes difficiles et rudes, il les adoucira et les aplanira de lui-même.
Sénèque, De la providence, chapitre 5, traduction de la Pléiade, « Les Stoïciens »

Lectures

  • Sénèque, De la providence, chapitre 5, traduction de la Pléiade, « Les Stoïciens »
  • Aulu-Gelle, Nuits Attiques, VII.2. 6-13

Extraits

- Danièle Roland, romancière et cartomancienne, RDF, 01/01/1954

- Archive : Gilles Deleuze, Cours sur l’Anti-Œdipe à Vincennes, 1981

Références musicales

  • M, La bonne étoile
  • Bruno Letort, Au fil des jours : le temps qui court
  • Beethoven, Symphonie n°5 en ut mineur, op.67 allegretto
  • Juliette Greco, C’est le destin qui commande

Chroniques

10H55
4 min

Le Journal de la philo

#Balancetonporc, Weinstein et Cantat : comment entendre cette libération de la parole ?
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......