LE DIRECT
Giacometti
Épisode 2 :

La métaphysique a-t-elle oublié l’Homme ?

49 min
À retrouver dans l'émission

En quoi l'oubli de l'Être, la négligence du mystère originaire face à la question de l'Être, que les Grecs avaient si bien expérimenté, rejaillit-elle sur l'idée que l'on se fait d'un homme ? Bruno Pinchard nous éclaire.

Giacometti
Giacometti Crédits : Walter Bieri - Maxppp

Pourquoi, selon Heidegger, la métaphysique, d'Aristote à Kant en passant par Descartes, est-elle responsable d'une conception erronée de l'être humain ?

Bruno Pinchard nous éclaire aujourd'hui sur la manière dont Heidegger cherche à établir la "dignité" de l'homme, et comment sa redéfinition de l'homme dans la Lettre sur l'humanisme est une forme de nihilisme.

Textes

Martin Heidegger, Être et temps, (1927), chapitre 1, § 1, trad. Emmanuel Martineau (1985), édition hors commerce.

Martin Heidegger, Lettre sur l'humanisme (1947), trad. Roger Munier, pp.78-79.

"Tout humanisme se fonde sur une métaphysique ou s’en fait lui-même le fondement. […]

Le premier humanisme, j’entends celui de Rome, et les genres d’humanisme qui depuis se sont succédé jusqu’à l’heure présente, présupposent tous l’« essence » la plus universelle de l’homme comme évidente. L’homme est considéré comme animal rationnel. Une telle détermination essentielle de l’homme n’est pas fausse, mais elle est conditionnée par la métaphysique. […] La métaphysique ne pose pas la question portant sur la vérité de l’Être lui-même. C’est pourquoi elle ne se demande jamais non plus en quelle manière l’essence de l’homme appartient à la vérité de l’Être.

L’Être attend toujours que l’homme se le remémore comme digne d’être pensé. […] En outre, et avant toute autre chose, reste à se demander si l’essence de l’homme, d’un point de vue originel et qui décide par avance de tout, repose dans la dimension de l’animalité. D’une façon générale, sommes-nous sur la bonne voie pour découvrir l’essence de l’homme, lorsque nous définissons l’homme, et aussi longtemps que nous le définissons, comme un vivant parmi d’autres, en l’opposant aux plantes, à l’animal, à Dieu ? Mais on doit bien comprendre que par là, l’homme se trouve repoussé définitivement dans le domaine essentiel de l’animalité, même si loin de l’identifier à l’animal, on lui accorde une différence spécifique. […] Par là, l’essence de l’homme est appréciée trop pauvrement.

Se tenir dans l’éclaircie de l’Être, c’est ce que j’appelle l’ek-sistence de l’homme. Seul l’homme a en propre cette manière d’être."

Archives

- Retour au pays, d'Hölderlin (1801), lu par Heidegger

- George Steiner, RST (Radio Télévision Suisse) 27/11/1998, interview par Guillaume Chennevière.

Extraits musicaux

- Rag’n’Bone Man – Human, 2017

- Pulses, Comp Steve reich Interprétation Ensemble Modern

- Steve Reich, Music for 18 musicians: Pulses Interprétation Ensemble Signal

- Colette Magny, L'exil

Bruno Pinchard
Bruno Pinchard Crédits : Marie Aubert

Chroniques

10H50
2 min

Deux minutes papillon

Les théoriciens de l'art sous la direction de Carole Talon-Hugon (PUF)
Intervenants
  • professeur et doyen de la Faculté de philosophie de l’Université Jean Moulin Lyon III
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......