LE DIRECT
Portrait de David Hume par Allan Ramsay, 1754
Épisode 4 :

Faut-il préférer la destruction du monde à l’égratignure de son doigt ?

57 min

Pour David Hume, davantage que par la raison, l’homme est mu par les passions, motivées par la sympathie. Mais qu'est-ce que la "sympathie" dans sa philosophie morale ? Proche de l’empathie, en quoi permet-elle au philosophe de penser les origines de la société ?

Qu'est-ce que la "sympathie" chez Hume ?
Qu'est-ce que la "sympathie" chez Hume ? Crédits : CSA-Images - collection Vetta - Getty

Une émission présentée par Géraldine Mosna-Savoye

L'invitée du jour :

Céline Bonicco-Donato, maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture, membre de l’UMR AAU, équipe Cresson

Les passions plus fortes que la raison 

Au XVIIIe ce que l’on voit c’est une approche qui va s’attacher aux principaux mouvements de la nature humaine que l’on peut observer chez chacun d’entre nous, la peur, la joie, l’amour, la haine et tout le geste de la philosophie des Lumières et notamment de Hume ça va être de montrer l’efficace de ces passions plutôt que de la raison pour comprendre un certain nombre d’actions. L’originalité de la philosophie de Hume par rapport à ces passions ça va être non seulement de les réhabiliter en montrant leur importance pour comprendre la genèse de l’identité, pour comprendre le lien social et même pour comprendre l’approbation morale en essayant de relativiser le rôle de la raison qui pour Hume est l’entendement. Il ne va pas opposer la raison aux passions mais il va subordonner l’entendement aux mouvements impulsifs que va donner la passion à l’action humaine.        
Céline Bonicco-Donato

Ce qui nous meut 

Si on regarde des activités théoriques et intellectuelles, qu’est-ce qui nous meut ? C’est l’amour de la vérité, c’est la curiosité. Il faut toujours une impulsion première, et je trouve que la description que fait Hume de la nature humaine est beaucoup plus proche de ce qui se passe en nous qu’un certain nombre de textes philosophiques qui peuvent nous donner une reconstruction qui nous semble assez éloignée de ce que nous vivons au quotidien où nous expérimentons bien en nous-même ces mouvements affectifs, ces joies, ces peurs… Et la raison se contente de les éclairer avec plus ou moins de pertinence.        
Céline Bonicco-Donato

Textes lus par Vincent Schmitt :

  • Extraits du Traité de la nature humaine, de David Hume, 1739, éditions Garnier Flammarion, traduction Jean-Pierre Cléro (avec deux musiques : Deru, Black Beach, et Loscil, Motoc)
  • Extrait du _Caractère des nation_s, de David Hume, 1748, dans Essais et traités sur plusieurs sujets, éditions Vrin, traduction de Michel Malherbe (avec une musique de Autechre, Rsdio)

Sons diffusés :

  • Chanson de Jean-Claude Brialy, J'étais fait pour les sympathies
  • Extrait du film Les Sept Péchés capitaux, un film à sketchs de 1962 réalisé par de nombreux réalisateurs, entre autres : Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, Jacques Demy
  • Archive de Deleuze sur Hume contre les théories de l'égoïsme, dans l'émission Connaissance de l'homme, RDF-RTF, 1956
  • Chanson d'Anne Sylvestre, Les gens qui doutent
Intervenants
  • maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture, membre de l’UMR AAU, équipe Cresson

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......