LE DIRECT
Les bulles de savon

Fragilité de Jean-Louis Chrétien

58 min
À retrouver dans l'émission

Un miroir brisé, une bulle de savon ou du verre cassé, qu'est-ce que la fragilité ?

Les bulles de savon
Les bulles de savon Crédits : Jean Siméon Chardin

Si certains veulent la supprimer, d'autres la masquer, elle est pourtant propre à chacun… De la naissance à la mort, des coups durs aux ruines qui nous entourent et dont parlaient si bien Chateaubriand, sans oublier les fêlures de Fitzgerald, comment trouver la force de conquérir la fragilité et d'en faire le sens de l'existence ?

Le texte du jour

Toute vie, bien sûr, au fil du temps se délabre, mais les chocs qui constituent la partie spectaculaire du processus, les coups soudains et violents portés – du moins apparemment – de l’extérieur, ceux que l’on se rappelle, auxquels on attribue ses malheurs, dont on parle à ses amis dans des moments de faiblesse, n’ont guère d’effets immédiats. Il existe une autre espèce de choc qui vient de l’intérieur, que l’on n’éprouve pas avant qu’il ne soit trop tard pour y remédier, avant d’avoir acquis l’absolue certitude que, d’une certaine manière, on ne sera jamais plus le même homme. La première sorte de cassure paraît survenir vite, la seconde a lieu sans presque que l’on s’en aperçoive mais l’on s’en rend vraiment compte d’un seul coup.

Une observation d’ordre général, avant que je ne poursuive cette histoire : ce qui caractérise une intelligence de premier ordre, c’est son aptitude à garder simultanément à l’esprit deux idées contradictoires sans pour autant perdre sa capacité à fonctionner. On devrait, par exemple, être capable de voir que les choses sont sans espoir et pourtant déterminé à les changer. Cette philosophie était adaptée aux premières années de ma vie adulte, alors que sous mes yeux se réalisaient l’improbable, l’invraisemblable et même souvent l’impossible. La vie était alors quelque chose qu’on parvenait à dominer à condition d’être quelqu’un. (…) Pendant dix-sept ans, si l’on compte une année d’oisiveté et de repos volontaires au beau milieu, les choses se déroulèrent ainsi, chaque corvée ne dessinant qu’une perspective agréable pour le lendemain. (…) Et puis, dix ans avant cette ligne des quarante-neuf ans, je me rendis soudain compte que j’étais fêlé avant l’heure.

Francis Scott Fitzgerald, « La fêlure » (1936), in La fêlure, Folio Gallimard 2012, p. 135-137.

Extraits

  • Shakespeare, Mesure pour mesure II, adaptation pour les fictions de France Culture 1977, réalisé par Claude-Rolland Manuel
  • Archive : Deleuze (cours de Vincennes, 20/04/1982)

Références musicales

  • Samuel Aguilar, Ascending
  • Debussy, Pièce de la seconde série des images pour piano
  • David Hykes, Rainbow voice

Bibliographie

Intervenants
  • Professeur d'histoire de la philosophie de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge à l'Université Paris-Sorbonne.
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......