LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Henry David Thoreau
Épisode 5 :

Qu'est-ce que le transcendantalisme ?

58 min
À retrouver dans l'émission

La relation intellectuelle et amicale entre Emerson et Thoreau, nous permet d'aborder l'acte de naissance de la philosophie américaine, et de s'écarter sur des sentiers inexplorés en ces temps d'agitation politique.

Henry David Thoreau
Henry David Thoreau Crédits : Benjamin D. Maxham active 1848 - 1858

Premier épisode de notre série consacrée au philosophe américain Henry David Thoreau. L'auteur de Walden, ou la vie dans les bois (1854) et de De la désobéissance civile (1849) porte un message et une vision philosophique qui est définitivement moderne et son œuvre trouve dans l'actualité un écho surprenant. 

Dans cette première partie, retour avec Thomas Constantinesco sur les débuts de Thoreau et notamment sa relation avec Ralph Waldo Emerson, intellectuel américain qui était son aîné et son maître.

"A travers la tranquillité du paysage [...] l'homme contemple quelque chose d'aussi magnifique que sa propre nature", écrivait Emerson. Thoreau, arpenteur et praticien de la nature, marche sur les traces d'Emerson, en naturaliste et poète expérimentant la symbiose de son être avec la nature. Mais il découvre aussi la nature dans sa complexité, parfois inhospitalière et inhabitable, la solitude étant tantôt harmonie, tantôt désolation.

La figure tutélaire de Ralph Waldo Emerson

Dans cet épisode, un retour est effectué sur la figure tutélaire de Ralph Waldo Emerson.

Thoreau et Emerson se rencontrent à Harvard en 1833. Constat : au premier tiers du XIXe siècle, les intellectuels américains ne sont pas légion. D'ailleurs Emerson le dira lui-même : aux Etats-Unis, il y avait des professeurs de philosophie, mais pas réellement de philosophes. Prenant acte de cette situation, Emerson donne plusieurs conférences intitulées "The American scholar" dans lesquels il expose la nécessité pour les américains de tracer leur propre voie en matière de pensée philosophique. S'ils adoptent une vision transcendantale, héritée de la philosophie Kantienne, la démarche intellectuelle d'Emerson vise à s'émanciper des courants de pensée venus du vieux continent.

On entend Adèle Van Reeth résumer la démarche d'Emerson : 

Tout l'enjeu du propos d'Emerson est de se distinguer des européens. Emerson dit : cessez de regarder de l’autre côté de l’océan où a lieu le romantisme, le grandiose, le sublime ; regardez à vos pieds, regardez ce qu’il y a de banal et de trivial. C’est le début de la pensée de l’ordinaire.

C’est un appel à un retour à l’ordinaire. Il vénère en un sens le proche, le commun, ce qui est humble, ce qui est à côté de nous, ce que nous voyons sans vraiment le voir. Et ça va être aussi la démarche de Thoreau après lui, d’observer, notamment cette nature qui nous entoure. Thomas Constantinesco

Comme le rappelle Thomas Constantinesco : "Thoreau est certainement, avec son maître Emerson, l'un des premiers philosophes américains".

Un objectif : tracer une nouvelle voie philosophique

Emerson écrit un texte fondateur, qui annonce les lignes directrices du transcendantalisme, auxquelles Thoreau se réfèrera tout au long de son œuvre philosophique.

Lorsqu'on est en bonne santé, l'air est un cordial d'une incroyable efficacité. Traversant au crépuscule, sous un ciel nuageux, un terrain dénudé parsemé de plaques de neige boueuse sans avoir présente à l'esprit l'idée d'une bonne fortune particulière, j'ai joui d'un sentiment d'allégresse parfaite. J’éprouvais une joie qui touchait à l’angoisse. Dans les bois aussi un homme se débarrasse de ses années comme le serpent de son ancienne peau. Ralph Waldo Emerson, La nature (1836).

On peut entendre Thomas Constantinesco nous expliquer en quoi consiste cette démarche transcendantale et quelle est la relation avec la nature : 

L'idée, c'est qu'il faut décaper le regard, au fond, de nos habitudes de vision qui ont fini par obscurcir cet instrument d'optique génial qu'est notre œil. [...] Un nouveau regard à travers lequel, en contemplant la nature, se regarder soi-même. Thomas Constantinesco

D'un côté, connais-toi toi-même et contemple la nature ne sont que les deux faces d'une même médaille. En contemplant la nature, en s'exposant au monde qui nous entoure, on va finir par y retrouver une image plus vraie de nous-mêmes. Thomas Constantinesco

Ce rapport à la nature, Thoreau en sera imprégné tout au long de son œuvre. Mais Thoreau aura un rapport à la nature légèrement différent de celui d'Emerson. 

Il s'agit dans cette émission de comprendre le cheminement de la pensée de Thoreau.

Le texte du jour

Quand j’ai atteint le sommet de la crête, dont ceux qui l’ont vu par beau temps disent qu’il fait cinq miles de long et est constitué d’un plateau d’une centaine d’acres, je me suis retrouvé au beau milieu des rangs hostiles des nuages, qui m’obscurcissaient tout. […] On avait parfois l’impression que le sommet serait dégagé dans quelques instants et resplendirait au soleil, mais ce que l’on gagnait d’un côté se perdait dans l’autre. C’était comme d’être assis devant une cheminée et d’attendre que la fumée se dissipe. En fait, c’était une usine à nuages : il s’agissait de matière nuageuse que le vent extrayait des rochers froids et nus. De temps à autre, je pouvais apercevoir rapidement un à-pic sombre et humide à droite ou à gauche, la brume ne cessant de passer entre lui et moi. […] Nul doute qu’Eschyle avait visité un paysage semblable à celui-ci. C’était immense, titanesque et de ceux qu’aucun homme n’habite jamais. Une partie de celui qui le contemple - et même une partie vitale - semble s’échapper entre ses côtes flottantes à mesure qu’il monte. Il est plus seul qu’on ne peut l’imaginer. Ses pensées ont moins d’envergure et son intelligence est moins affûtée que dans les plaines où habitent les hommes. Sa raison est sombre et dispersée, plus ténue et plus imperceptible, comme l’air. La Nature immense, titanesque et inhumaine l’a pris au dépourvu, piégé quand il était seul et lui a barboté un peu de ses facultés divines. Elle ne lui sourit pas comme dans les plaines. Elle semble demander sévèrement : Pourquoi es-tu venu ici avant ton heure? Ce terrain n’est pas encore prêt pour toi. Cela ne te suffit donc pas que je sourie dans les vallées ? Je n’ai jamais créé ce sol pour tes pieds, cet air pour ton souffle, ces rochers pour être tes voisins. […]

Les sommets des montagnes comptent parmi les parties inachevées du globe, où c’est un peu comme insulter les dieux que d’y grimper, de s’immiscer dans leurs secrets et d’éprouver l’ascendant qu’ils exercent sur notre humanité. Les hommes audacieux et insolents sont sans doute les seuls à y aller.

- Henry David Thoreau, Les forêts du Maine, 1864, trad. Thierry Gillyboeuf, Payot, 2012

Lectures

- Ralph Waldo Emerson, La nature, 1836, trad. Patrice Oliete Loscos, éd. Allia, 2009.

- Henry David Thoreau, De la marche, 1862

- Henry David Thoreau, Les forêts du Maine, 1864, trad. Thierry Gillyboeuf, Payot, 2012

- Henry David Thoreau, The Correspondance of Henry David Thoreau, p.86-87, 1958, Lettre de Thoreau à Emerson, Cahier de l'Herne, trad. Maurice Gonnaud.

Références musicales

- Louis Armstrong The star spangled banner. Live from Newport

- Mica Levi BOF Jackie. .Jackie Vanity

- Ella Fitzgerald , A beautiful friendship

Thomas Constantinesco
Thomas Constantinesco Crédits : MC - Radio France
Chroniques
10H55
5 min
Carnet de philo
Georges Bataille et ses Courts écrits sur l’art
Intervenants
  • maître de conférences à l’Université de Paris, spécialiste de littérature américaine du 19ème siècle
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......