LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Anarchie
Épisode 4 :

Emma Goldman, “la femme la plus dangereuse de l’Amérique”

58 min

Connaissez-vous Emma Goldman (1869-1940), celle qui n'incarne pas seulement l'histoire de l'anarchie au tournant du XXème siècle, mais qui incarne un destin anarchiste fait de féminisme, de réflexions sur la violence, la culture et l'anti-bolchévisme ?

Emma Goldman par l'illustratrice Charlotte Mo
Emma Goldman par l'illustratrice Charlotte Mo Crédits : copyright Charlotte Mo

Emma Goldman, “la femme la plus dangereuse de l’Amérique” selon John Edgar Hoover (l’ancien directeur du FBI),est née en 1869 en Lituanie. À 16 ans, elle émigre aux Etats-Unis, expulsée en Russie en 1919, elle part sur les routes de l'Europe dès 1921, pour finalement retrouver l'Amérique.
La vie d'Emma Goldman est l'occasion de se demander : à quoi ressemble une existence anarchiste ? Ou plutôt, à quoi ressemble à l'échelle d'un individu l'engagement dans des combats collectifs ?

L'invitée du jour :

Alice Béja, maîtresse de conférences en études américaines à Sciences Po Lille, chercheuse au CERAPS-CNRS

L'anarchisme, une révélation

L'anarchisme est une révélation pour Emma Goldman, en 1931, après la pendaison des anarchistes de Chicago. C'est vraiment un moment fondateur qu'elle construit aussi à travers son autobiographie et dans un certain nombre d'autres textes. Elle a 18 ans au moment de l'exécution des martyrs de Haymarket. Elle avait déjà, dans son enfance et son adolescence en Russie, été influencée par les nihilistes russes, et de manière générale, c'est une jeune femme révoltée qui ne craint pas d'exprimer ses opinions et ses convictions, y compris par le geste. On retrouve tout au long de sa vie ce caractère sanguin et passionné.                          
Alice Béja

La violence, un concept fondamental

La violence est une question centrale dans l'anarchisme de l'époque, et également dans la perception des anarchistes, en particulier dans ces toutes dernières décennies du 19ème siècle, qui voient d'un côté se multiplier les attentats en Europe et aux Etats-Unis à l'encontre de personnalités politiques, puisque le président William McKinley est assassiné en 1901, et cela va créer l'image de l'anarchiste, poseur, poseuse de bombe. Pour Emma Goldman, la violence, qu'on appelle "propagande par le fait" est un des moyens à la disposition des anarchistes pour faire passer leur message, dans un contexte où la violence est avant tout la violence du système capitaliste. Mais sa réflexion sur la violence a évolué tout au long de sa vie... Plus elle avance dans sa vie, plus elle estime que la violence qui doit avant tout être condamnée, c'est la violence d'Etat.
Alice Béja

Féminisme et émancipation intérieure

Emma Goldman critique les suffragistes parce qu'elles pensent que les femmes vont pouvoir changer le système politique par le droit de vote. Goldman pense que non, qu'il n'y a aucune raison pour que le droit de vote donné aux femmes ait un quelconque impact, qu'elles ne sont pas intrinsèquement meilleures que les hommes. Ce qui importe véritablement, c'est l'idée d'émancipation intérieure, qui est en fait plutôt une émancipation vis-à-vis des normes et des conventions.    
Alice Béja

Textes lus par Hélène Lausseur :

  • Emma Goldman, Vivre ma vie : une anarchiste au temps des révolutions, 1931, traduction de Laure Batier et Jacqueline Reuss, éditions de L’Échappée, page 32
  • Emma Goldman, La tragédie de l’émancipation féminine, texte paru dans le premier numéro de Mother Earth en mars 1906, traduction d’Émile Armand, publiée dans le numéro de mai 1931 de La Brochure mensuelle
  • Emma Goldman, L’Agonie de la Révolution, Mes deux années en Russie 1920-1921, 1924, arrière-propos, traduction d'Étienne Lesourd, éditions Les Nuits Rouges, page 295

Sons diffusés :

  • Archive d’Emma Goldman, interview télévisée lors de son retour aux États-Unis, 1933-1934
  • Commémoration des 50 ans du droit de vote des femmes aux Etats-Unis : archive du 27 août 1970, JT 20h, ORTF 
  • Extrait de Maison de poupée, un film de Joseph Losey, sorti en 1973
  • Extrait de Reds, un film de Warren Beatty, sorti en 1981
  • Chanson de Sole, I think I’m Emma Goldman

Dessin de l'illustratrice Charlotte Mo : Insta @charlottemagicmo et Portfolio

Chroniques
10H52
3 min
Le Pourquoi du comment : Philo
Pourquoi aime-t-on tant parler des œuvres d'art ?
Intervenants
  • Maîtresse de conférences en études américaines à Sciences Po Lille, chercheuse au CERAPS/CNRS
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......