LE DIRECT
Frantz Fanon dans les années 50
Épisode 4 :

“Les Damnés de la Terre”, une philosophie de la violence

58 min
À retrouver dans l'émission

En 1961, “Les Damnés de la Terre” désigne les colonisés comme sujets révolutionnaires, et dans ce livre, Fanon théorise les rapports entre colonialisme et capitalisme, dénonçant la violence coloniale, mortifère, jusque dans la chair, et repensant ainsi les liens entre philosophie politique et lutte.

Les colonisés, sujets révolutionnaires
Les colonisés, sujets révolutionnaires Crédits : JDawnInk - Getty

Comment Fanon théorise-t-il le rapport à la violence coloniale ?
La violence peut-elle avoir une fin ?

L'invitée du jour :

Elsa Dorlin, philosophe, professeure de philosophie à Paris-8

De la colonisation au capitalisme

Fanon a pensé l’une des théorisations du sujet colonisé comme sujet révolutionnaire les plus marquantes et les plus abouties. En 1961, ce n'est pas anodin. Il revient sur une conceptualisation du rapport entre le colonialisme et le capitalisme. Dans “Les Damnés de la Terre”, Fanon dit qu’il existe une forme de complicité objective du capitalisme avec le colonialisme, et que probablement il faut repartir de la colonisation pour comprendre l’accumulation du capital dans les colonies à partir du vol, de la prédation, de l’appropriation des terres et des individus pour comprendre l’extension du capitalisme.      
Fanon va prendre cette position : penser cette histoire depuis le teritoire colonisé, et c’est une façon de mettre à distance cette histoire telle qu’elle a été écrite depuis l’Europe.      
Elsa Dorlin

Ecrire à une humanité nouvelle

Dans “Les Damnés de la Terre”, Fanon s’adresse à une humanité nouvelle, il écrit pour la lutte de libération nationale et pour soutenir la Révolution algérienne, mais plus globalement, il essaie d’imposer un autre cadre d’intelligibilité dans lequel son discours se positionne, un autre schème, un autre rythme dans la pensée politique. C’est dans cette perspective-là qu’il vient destituer le colon et plus largement le colonisateur, l’homme blanc, de son statut d’interlocuteur obligé, d’autorité.  
Elsa Dorlin

Violence du capitalisme

Fanon parle de la violence du capitalisme, et de l’exploitation. Il insiste sur cette idée d’une violence constamment médiatisée par un certain nombre d’autorités, d’ordres discursifs, moraux, qui passent par l’éducateur, le médecin... Ce qu’il montre c’est que dans le monde colonial, il n’y a pas tous ces intermédiaires. Cette violence de la domination, de l’exploitation, elle est nue, crue, saisissable dans toute sa vérité comme une violence mortifère.
Elsa Dorlin

Textes lus par Bernard Gabay :

  • Extrait des Damnés de la terre, de Frantz Fanon, chapitre 1, “De la violence”, 1961, éditions La Découverte
  • Extrait des Damnés de la terre, Préface de Jean-Paul Sartre, 1961, éditions La Découverte

Sons diffusés :

  • Extrait du film Rue Cases-Nègres, réalisé par Euzhan Palcy, 1983, adaptaté de La Rue Cases-Nègres, roman de Joseph Zobel 
  • Chanson de Plus Bifluorée, L’Internationale
  • Extrait du documentaire Black Panthers, réalisé par Stanley Nelson, Arte, 2020
  • Archive de Claude Lanzmann, dans Les Matins, France Culture, 9 janvier 2008

Chroniques

10H52
3 min

La Chronique d'Aurélien Bellanger

Pourquoi ressent-on le besoin de voyager ?
Intervenants
  • Philosophe, professeure de philosophie à Paris 8
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......