LE DIRECT
Quatre questions pour se fâcher entre amis
Épisode 2 :

Collabo ou résistant, qu’aurais-je fait pendant la Seconde Guerre mondiale ?

58 min
À retrouver dans l'émission

Pourquoi cette question a-t-elle encore un sens aujourd'hui ? Que nous révèle cette alternative au sujet de notre propre réflexion morale ?

Collabo ou résistant : quelle direction aurions-nous prise ?
Collabo ou résistant : quelle direction aurions-nous prise ? Crédits : Malte Mueller - Getty

Et vous, qu'auriez-vous fait pendant la Seconde Guerre mondiale ?
Non pas : qu'avez-vous fait, pour ceux qui l'ont vécue... mais qu'auriez-vous fait, vous qui n'y étiez pas ?
Pourquoi cette question a-t-elle un sens ? Pourquoi emploie-t-on l'expression de "facho" ou de "collabo" si facilement aujourd'hui ?
Serait-ce là l'ultime test à passer pour savoir de quel côté ranger l'humanité, comme si celle-ci était très exactement divisée en deux... ?

L'invité du jour :

François de Smet, essayiste, philosophe tout-terrain, passionné de pensée politique

Collabo ou résistant... et l'entre-deux ?

C’est le dilemme moral par excellence, et on se le pose peut-être aujourd’hui de façon encore plus forte que dans l’immédiate après-guerre. Il est assez singulier que la question mémorielle a très rapidement vécu après la guerre, puis, il y a eu comme une disparition pendant 10 ou 15 ans, puis un réveil mémoriel avec l’affaire Eichmann. Pourtant, cette question moraliste est insuffisante : nous aurions dû ajouter à résistant ou collabo le terme de citoyen passif… sans doute la solution la plus couramment répandue. La plupart des gens dans les pays occupés n’étaient ni collaborateurs actifs ni résistants courageux, mais dans l’entre-deux.        
François de Smet

Une éthique individuelle

Ce qu’on peut appeler le mal est souvent une affaire de groupe, où on plonge sa responsabilité individuelle en devenant le rouage d’une machine et en s’y perdant, alors qu’à côté de cela, celles et ceux qui ont une architecture éthique particulière ont une capacité beaucoup plus grande à résister à l’autorité, à la tentation, et à faire ce qui est juste au bon moment en y trouvant le courage nécessaire parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement.      
François de Smet

Textes lus par Elsa Lepoivre :

  • Extrait de Qu'est-ce qu'un collaborateur ? In Situations, III, de Jean-Paul Sartre, éditions Gallimard
  • Extrait de Eichmann à Jérusalem, de Hannah Arendt, dans Les origines du totalitarisme, éditions Gallimard

Sons diffusés :

  • Extrait du spectacle En scène, de Pierre Desproges, au Théâtre Fontaine, 1984
  • Chanson de Georges Brassens, Les deux oncles, 1964
  • Extrait du film Hannah Arendt, de Margarethe von Trotta, 2012
  • Musique de Florent Schmitt, Dionysiaques
  • Archive de Mike Godwin, 15/09/2017
  • Archive de Stéphane Hessel, 03/01/2011, Radio Télévision Suisse
  • Extrait de la série Le maître du Haut Château, Saison 1 épisode 1, créée par Eric Overmeyer et Frank Spotnitz, 2015, d'après le roman de Philippe K. Dick
  • Extrait du film I... comme Icare, de Henri Verneuil, 1979
  • Chanson de Jean-Jacques Goldman, Né en 17 à Leidenstadt

Chroniques

10H52
6 min

La Chronique d'Aurélien Bellanger

Sherlock Holmes, une expérience de pensée philosophique ?

Bibliographie

Deus casinoFrançois de Smetpuf, collection Perspectives critiques, 2020

Intervenants
  • essayiste, philosophe tout-terrains, tente de passer de la pensée à l’action politique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......